interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Tony Valente - Hana Attori

Tony Valente - Hana Attori

A l'occasion de la prochaine sortie du Tome 2 de Hana Attori, Tony Valente nous parle de ce projet.

Bonjour, Tony, la traditionnelle question, peux-tu te présenter pour nos internautes qui ne te connaitrais pas.

Bonjour tout le monde, je m'appelle Tony Valente, j'ai 24 ans, et je suis scénariste,dessinateur et coloriste d'une série qui s'intitule Hana Attori (éditions Soleil). Avant ça j'étais dessinateur et coloriste d'une autre série, conclue en 4 tomes nommée « les 4 princes de Ganahan » (avec Raphaël Drommelschlager au scénario, éditions Delcourt).

Après Les quatre princes de Ganahan qui s'est achevée chez Delcourt, on te retrouve chez Soleil pourquoi ce changement d'éditeur?

Tout d'abord pour pouvoir être lu dans un magazine: Soleil m'offrait la possibilité d'être publié dans LanfeustMag. Il est difficile pour une nouvelle série bd de se faire sa place au milieu des tonnes de nouveautés, être diffusé dans un magazine est une chance pour être au moins aperçu par quelques uns... Et puis je suis lecteur de LanfeustMag depuis les débuts, j'ai même participé à plusieurs concours quand j'étais ado, donc faire partie des auteurs du magazine c'était un peu un fantasme étant plus jeune.

Ta nouvelle série se nomme Hana Attori et tu signes également le scénario, est-ce difficile de travailler en solo?

Très! Au début ça a vraiment été la galère, j'étais habitué à participer au scénario de ma précédente série, mais je ne l'avais jamais vraiment écrit, je pensais que le pas serait plus facile à franchir... J'ai été surpris de voir à quel point il était difficile de faire parler ses propres personnages! Maintenant j'ai l'impression qu'ils parlent tous seuls, le plus dur est qu'ils transmettent au lecteur les informations importantes pour le récit. Je passe mon temps à enlever la moitié des idioties racontées par Shifu (le sorcier peureux) sinon j'ai la place pour rien d'autre!

pourquoi cette envie de travailler en solo si rapidement ?

Je pense que j'ai été attiré par le côté narratif du dessin, depuis tout petit. J'ai toujours considéré le dessin comme un outil qui me permettait de raconter des histoires et pas comme un but en soi, faire un beau dessin ne m'a jamais apporté beaucoup de satisfaction. Je me suis rendu compte en travaillant avec Raphaël sur « les 4 princes » que j'avais une frustration, même si il allait toujours dans le sens de ce que je souhaitais dessiner et raconter. A présent je ne peux plus lâcher l'écriture! Je peux éventuellement participer à d'autres projets en tant que dessinateur, si l'univers me botte, mais il me faudra toujours pouvoir écrire à côté...

Hana Attori est donc cette nouvelle série du nom de son personnage principal, peux-tu nous en dire plus sur son univers?

Mon histoire prend part dans un japon médiéval fantasmé, plein de créatures maléfiques et d'anachronisme, avec comme cadre l'univers des ninjas, qui me fascine depuis out petit. J'ai pris comme base des faits ayant réellement eu lieu, en y rajoutant tout un tas d'éléments propre à ce que j'aime, des confrontations à coups de pouvoirs magiques, de l'humour pipi caca, des méchants plein de mystères et peut être pas si méchants... En gros c'est une comédie de baston et d'aventure,qui raconte l'histoire de la toute jeune Hana Attori. Cette petite ninja s'est enfuie de son clan pour retrouver et combattre un féroce seigneur, Oda Nobunaga, à qui elle doit la perte de sa soeur et de son père. Une histoire de vengeance un peu naïve.

Le choix d'une héroïne s'est-il imposé rapidement ou il a fallu de nombreux essais pour trouver tes marques?

En fait, l'héroïne est arrivée avant le projet. Je fais souvent des croquis à côté de mes boulots, et un de mes grands plaisir est de créer des personnages. Hana est arrivée dans ces conditions, sans chercher à l'intégrer à un projet quelconque. Comme le personnage me plaisait, j'ai fait plusieurs dessins de ce même personnage, la mettant en situation... Alors j'ai développé le projet autour d'elle, et elle à pas mal changé entre temps.

Qu'est-ce qui change dans ta façon de travailler par rapport aux Quatre Prince de Ganahan, le graphisme se rapproche vraiment de l'animation sur Hana Attori ? As-tu abandonné l'encrage?

Ouaip,j'ai abandonné l'encrage, je fais une mise au propre au crayon. Ça change un peu l'aspect de mon dessin, puisque je ne met plus aucune masses de noir, plus aucun modelé ou autre effet d'encrage sur mes cases, juste des traits. Ça laisse plus de place pour la couleur, c'est certainement ça qui donne le côté animation. Et puis j'adore les dessins animés, et je crois qu'ils m'influencent de plus en plus! J'ai également changé mon format de travail: pour « les 4 princes » je faisait tout au format A3 alors que sur le premier Hana, mes pages en crayonnés sont entre le format A3 et A4. A présent je crayonne sur des pages encore plus petites, quasiment au format de parution... Je met au propre sur un peu plus grand, histoire d'amener des détails que je n'arrive pas à obtenir sur mon format de crayonné.

D'où viennent tes inspirations pour cette nouvelle série aux accents japonisant ?

Avant tout, de ce que j'ai pu voir petit dans le club Dorothée! Dragon ball reste une de mes influences principales (je suis également toujours très fan de la première saison animée de Ranma ½). S'ajoute à ces influences, des séries actuelles: One piece, Bleach, Naruto... Et pour le côté franco-français, Astérix et Lanfeust! Avec tout ça, je fais une salade, et j'ajoute en général mes coups de coeur du moment... Et ça fait un beau bordel.

Les personnages ont bien évidemment une grande importance, et certains sont-ils plus plaisant que d'autres à mettre en action?

Oui! Hana et Shifu sont ceux que j'ai le plus de plaisir à mettre en situation, et finalement ceux que je connais le mieux. En lecteur, je suis toujours plus attaché aux personnages naïfs ou légers, et je me rends compte qu'en scénariste, c'est aussi eux qui me passionnent le plus.

Cette série dans la collection Soleil Levant, n'est ni Shojo ni Shonen, est-ce la marque française de faire jouer la parité?

Je pense qu' Hana Attori n'est pas du tout un Shojo, l'histoire tourne essentiellement autour de l'action et des confrontations, jamais autour des sentiments amoureux des personnages. A mon avis, c'est plus à rapprocher d'un Shonen, mais en moins viril, surement dû au fait que le personnage principal soit une jeune fille!

Le tome deux ne va pas tarder ? sortir. Quelles genres de surprises nous réserve-t-il?

Ce sera un nouveau format d'histoire pour moi, puisque ce deuxième album sera la première partie d'une histoire en deux tomes. Ça laisse le temps de mettre en place une intrigue plus riche et pas mal de personnages secondaires y feront leur apparition. Certains aux côtés d'Hana, d'autres aux côtés d'Oda. L'histoire mettra en scène (entre autre) des émissaires jésuites, un nouveau lieutenant et on assistera à une petite démonstration de force de la part du mystérieux Oda.

En combien de tomes sont prévus les aventures de cette apprentie ninja?

Je ne sais pas encore, j'aimerai en faire 6 ou 7 au minimum, avec des petites histoires en un ou deux albums à chaque fois...

On trouve certaines similitudes entre Hana Attori et May l'héroïne de Nocturnes Rouges. Vas-tu faire vieillir ton héroïne ? Où va-t-elle avoir la même longévité qu'un Asterix, qui ne vieillit jamais?

Dans l'idéal, j'aimerai que la dernière scène de la série nous montre Hana avec son bébé dans les bras, donc oui, je la vois grandir... Mais ça peut arriver dans 4 tomes comme dans 15!