interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Serge Carrere:  Je suis un boulimique de travail...

Serge Carrere: Je suis un boulimique de travail...

Interview réalisée par Fef & Patatrak en Novembre 2004.
Les albums de Carrere

Sceneario.com: Le tome 3 de private ghost qui fini le premier cycle a une fin assez ouverte, la série est finie ou avez vous d'autres projet pour cette série ?
Serge Carrere:
Didier et moi avons prévu d'autres histoires avec notre fantôme chéri, des aventures en deux tomes, afin de pouvoir s'amuser scénaristiquement parlant avec Sam. L'éditeur dès le début a demandé à Didier, de prévoir une série et non un one-shot. Tout dépendra aussi de l'accueil du public sur ce premier opuscule en trois tomes. Bref, cela reste ouvert...

Sceneario.com: C'est une règle stricte de ne travailler que sur une seule série à la fois?
Serge Carrere:
Il n'y a pas de règles là-dessus.. Je peux travailler sur plusieurs boulots à la fois. C'est une question d'organisation et de gestion du temps...
Et puis, travailler sur quasiment une seule série pendant plus de dix ans, cela use... On a envie de passer à autre chose, de s'aérer les pinceaux.

dedicace tonton loco

Sceneario.com: Il y a une différence assez nette du dessin entre les tomes 2 et 3 de private ghost, et surtout par rapport à la série "Léo Loden". Est-ce l'évolution future de ton style ou bien cette différence est voulue?
Serge Carrere:
Que de questions à la fois.. Le dessin de Private a évolué (j'aime bien le terme d'évolution) entre les 3 tomes, mais surtout entre le 2 et le 3, comme tu le soulignes. C'est une réelle volonté de ma part. J'ai envie d'aller vers un style plus « réaliste » (attention, je ne fais quand même pas de l'hyper-réalisme, hein) que ce que j'ai l'habitude de faire surtout avec Léo.
J'ai surtout envie de me faire plaisir en travaillant, et généralement, ce plaisir est perçu par les lecteurs. De plus, d'avoir fait cette démarche graphique, cela me permet de me remettre dans un dessin plus « rond », plus « gros nez » pour Léo avec tout autant plaisir.

Sceneario.com: Crisse a peut-être une exigence sur ce point?
Serge Carrere:
Didier n'a eu aucune exigences à ce niveau là. Notre collaboration est le fruit de notre amitié, et elle m'a permis de me lâcher dans cette volonté de changement de graphisme.

Sceneario.com: Une question qui doit revenir assez souvent, pourquoi avoir changé la couverture entre le tome 1 et le tome 2 de private ghost ?
tome 1
ancienne couverture tome 1
tome 1 tome 2 tome 3
nouvelles couvertures

Serge Carrere: Ce n'est pas tant la couverture qui a été changée, mais la maquette de la série. La maquette, c'est un peu l'identité de la série. J'aime quand on regarde rapidement les albums et que l'on est capable de reconnaître une série (même si le titre ou le n° du tome n'est pas visible). C'est ce qui manquait à Private et c'est pourquoi on a changé la couverture du premier tome. On avait eu le même sentiment, Arleston et moi avec Léo il y a quelques temps.

Sceneario.com: Maintenant que les private ghost sont 'finis' un nouveau leo loden est prévu ?
Serge Carrere:
Plus que prévu, il est entamé et sa sortie est pour le printemps 2005. Son titre : « Macchabées à l'escabèche »

Sceneario.com: As tu d'autres projet ?
Serge Carrere:
Oui, je suis un boulimique de travail. Je suis en train de bosser en parallèle à Léo sur une nouvelle série de science fiction avec un auteur Delcourt, Weissengel. On fait tout ensemble, scénario et dessins. Le titre générique est « La Mémoire des Étoiles », c'est un space-opéra épique dont le'histoire est prévue en 4 tomes. Le premier tome sortira début 2006 chez Vents d'Ouest. Là aussi, on s'amuse beaucoup et je pense que les lecteurs sentiront le plaisir que l'on aura eu à la réalisation de ces aventures.

dedicace private ghost

Sceneario.com: Un scénariste s'attache souvent aux personnages qu'il crée. Est-ce pareil pour toi? Par exemple, si "Léo Loden" devait s'arrêter pour telle raison, ça te toucherait beaucoup?
Serge Carrere:
Le dessinateur n'est pas un tâcheron insensible. Lorsqu'on crée un personnage, qu'il prend corps sous nos doigts, que ce soit le héros ou le vilain, on s'y attache. Si en plus ce personnage, on le dessine depuis plusieurs années, on a du mal à se dire que cela pourrait être sa dernière aventure. Mais le moteur dans notre boulot étant le plaisir, si jamais la lassitude s'empare de nous, alors on peut envisager l'arrêt d'une série, ou le passage à d'autres (dessinateur ou scénariste) pour perpétuer les aventures.

Sceneario.com: J'ai vu sur le site soleil que tu avais travaillé dans pif gadget.que penses- tu de la re-sortie du magazine ?
Serge Carrere:
On est toujours content de retrouver un vieux pote, même si on le trouve changé, un peu vieilli. Mais, nous aussi, on a vieilli...
Comme tous les anciens lecteurs de Pif, une bouffée de nostalgie s'est emparée de mon portefeuille, et j'ai acheté le premier numéro. Je l'ai trouvé intéressant, avec des bonnes choses et des progrès à faire sur certains domaines. Mais cela me fait penser au même mouvement que le « chantal Goya's revival » ou le « Casimir's once again », à savoir que la génération des lecteurs de Pif est maintenant la génération qui représente un pouvoir d'achat conséquent et que les éditeurs en période de grosse production se réfugie dans les valeurs sûres, celles que connaissent ceux qui achètent.

Sceneario.com: Merci Serge et bonnes continuations.
Serge Carrere:
Amicalement.