interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Rencontre avec Ted Naifeh

Rencontre avec Ted Naifeh

Lors de l'inauguration de l'exposition à la galerie Arludik

La première passion de Ted Naifeh est la bande dessinée. Depuis l'age de dix-huit ans, il travaille comme artiste professionnel dans une variété de genre allant de l'horreur au western en passant par la science fiction et la fantasy. Cependant il lui a fallu plus de sept ans de travaux sur d'obscurs projets auto-publiés ou même non publiés avant qu'il ne se fasse remarquer. Désireux d'élargir ses horizons, il trouve du travail chez Accolade à la Silicon Valley pour faire du dessin 2D et 3D pour des jeux vidéo. Déçu par les limitations du média mais enrichi par la maîtrise du l'outil informatique, in retourne dans la BD et durant l'été 1998, Ted reste la nuit au bureau pour photocopier 500 mini-comics d'un projet qu'il décide de nommer avec la scénariste Serena Valentine, GloomCookie, une série d'histoire courtes sur la communauté gothique. La BD sera finalement remarquée et publiée par Stan Labor Graphics et sera un premier succès. Il décide alors de quitter son emploi pour créer sa propre BD. Au cours d'une nuit sans sommeil, il crée le personnage de Courtney Crumrin.

Ted Naifeh est un auteur particulièrement apprécié des lecteurs qui recherchent avant tout des récits originaux. Courtney Crumrin est son premier travail de scénariste publié et il a été particulièrement bien accueilli par le public et la critique. La première série Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit a été nommée pour l'Eisner Award de la meilleure série limitée en 2003 de même que la seconde, Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers, pour l'Eisner Award de la meilleure série jeunesse en 2005. Ted est également le co-créateur de l'étonnant How Leathsome. Il travaille actuellement sur le tome deux de la série Death Junior et prépare une histoire originale pour les éditions Akiléos : Xenith. Il vit à San Francisco, ville des choses de la nuit et du brouillard.

Nous avons pu poser quelques questions à Ted Naifeh qui était présent pour l'inauguration.

Sceneario.com: D'où vous est venu l'inspiration pour les créatures de la nuit. On reconnaît certaines créatures des contes de fée alors que d'autres sont originales !

Ted Naifeh : En effet, par exemple pour le doppelganger qui prend la place d'un bébé à la fin du tome 1, c'est plutôt une création. On sait qu'un doppelganger est une créature qui prend la place d'une autre, mais à partir de là, j'ai tout inventé et c'est un peu la même chose pour le reste des créatures même si elles sont basées sur des mythes. Je me les approprie pour en faire ma version.
Pour les gobelins, je me suis beaucoup inspiré de Hieronimus Bosch et de Brian Froud pour créer mes créatures. 


[image centre]

Sceneario.com: Pourquoi les textes en "voix off" sont au passé alors que le texte dans les bulles est au présent ? 

Ted Naifeh : Je voulais que ça ressemble à une histoire pour enfant. Habituellement les histoires sont racontées au passé. Elles commencent par "il était une fois" et cela me semblait plus approprié pour l'ambiance et l'atmosphère. 

Sceneario.com: Au cours des tomes, on suit l'évolution de Courtney. Au début, elle est vraiment solitaire, puis rencontre son oncle dans le tome 1. Dans le suivant, il y a l'institutrice, miss Crisp, qui la force à aller vers les autres alors qu'elle voudrait rester seule. Il y a une dualité très marqué entre ce qu'elle veut et ce que les autres veulent. 

Ted Naifeh : C'est le thème principal de la série. Elle voudrait vraiment faire partie de la société. Elle rêve d'avoir des amis mais elle ne sait pas comment s'y prendre pour s'intégrer émotionnellement. A la fin du tome 2, elle est justement confrontée à ce choix, soit suivre les règles de la société ou soit faire ce qui lui semble être la justice. Finalement, elle fait le choix de s'écarter de la société car cela lui permet d'avoir sa vengeance. 

Sceneario.com: Alors que dans le trois, elle est obligée de s'intégrer au groupe d'enfant malgré elle pour le protéger. 

Ted Naifeh : Oui, effectivement, mais on verra ou cela mène ! (rires) 

Sceneario.com: merci


[image centre]