interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Monsieur l'prof de Nemra chez Cinerzo Edition

Monsieur l'prof de Nemra chez Cinerzo Edition

Interview réalisée par Phibes en avril 2010

Monsieur l'prof 01 couv

Bonjour Nemra,


Sceneario.com : En guise de préambule pour mieux faire connaissance, pouvez-vous nous expliciter votre parcours au sein de cet univers bouillonnant qu’est le 9ème art ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce milieu artistique ?


Nemra : J’ai commencé le dessin à l’âge de 8/9 ans, je faisais des copies d’Astérix ou de Dragon ball z, et très vite, j’ai eu envie de créer mes propres personnages. Mais pas seulement, je voulais aussi raconter des histoires, c’est donc tout naturellement que j’ai choisi la bande dessinée comme moyen d’expression, car cet art allie à la fois l’écriture et le dessin.

Sceneario.com : Monsieur l’prof est, semble-t-il, votre première bande dessinée à tirage conséquent. Est-ce un projet qui, avant de franchir le cap de l’édition et d’arborer les étalages, vous a demandé une longue et intense réflexion ?


Nemra : Monsieur l’prof est un personnage que j’ai créé en 2001, j’ai commencé à réaliser quelques strips, puis j’ai laissé tomber ce personnage. Puis en 2008 en fouillant dans mes cartons, je suis retombé dessus, et je me suis dis pourquoi pas essayer de réaliser de nouvelles histoires avec Michel Grossin. Très vite je me suis pris au jeu, et j’ai présenté cette BD à un magazine mensuel, qui a tout de suite publié des histoires du prof. Les retours étaient positifs, alors j’ai décidé de le présenter à une maison d’édition, et aujourd’hui le BD est là !

Sceneario.com : L’album dont il est question se réfère à un personnage plutôt maladroit et malchanceux, et dont l’entourage ne lui fait pas de cadeau. Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir comme personnage principal un professeur, de surcroît, de mathématiques pour asseoir votre récit humoristique ? Comment êtes-vous parvenu à définir sa physionomie et sa maladresse chronique ?


Monsieur l'prof Extrait 2

Nemra : Il est vrai que je ne garde pas un bon souvenir de mes profs de mathématiques, surtout celui que j’ai eu en 3ème ! Le choix du prof, est venu car j’avais envie, en faisant appel à mes souvenirs d’élève, de raconter sous un ton humoristique les déboires d’un professeur dans sa salle de classe. De plus c’est un réel sujet d’actualité, surtout quand on voit au journal télévisé, les agressions dont sont victimes les enseignants. Sur la maladresse du prof, vu que le genre de cette BD est l’humour, je préférais un personnage maladroit, pas très beau, chauve, myope, et célibataire, plutôt qu’un personnage grand, beau, fort et qui réussi tout ce qu’il touche. Cela aurait été moins marrant.

Sceneario.com : Est-ce à dire que cet ouvrage est une sorte de revanche sur des enseignants qui, lors de votre scolarité, ne vous auraient pas laissé que de bons souvenirs ?


Nemra : Ce n’est pas une revanche, mais un constat, ce que je raconte dans cette BD se passe réellement en vrai ! J’ai été assistant d’éducation pendant 4 ans et j’ai vu des élèves tutoyer leurs professeurs ! En général j’ai de bons souvenirs de ma scolarité, à part en cours de mathématiques, c’est une matière que je détestais et que je déteste toujours !!

Sceneario.com : Monsieur Grossin joue entièrement la transparence par le fait qu’il nous dévoile ses déboires dans sa profession et également en dehors de son lieu de travail. Pourquoi un tel accablement et pourquoi avoir voulu jouer sur ces deux tableaux ?


Nemra : Tout simplement parce que c’est ce qui fait rire. Voir le prof se faire vanner sur sa calvitie ou se prendre des « vestes » par les femmes, c’est dans ces situations que réside le comique de cette bande dessinée. De plus si j’ai joué sur les deux tableaux, vie professionnelle et privée c’est pour ne pas lasser le lecteur, en offrant d’autres scènes que celles qui se passent en classe.

Sceneario.com : Plutôt que de faire une histoire linéaire parcourue de gags, vous avez opté pour un style scriptural à l’américaine audacieux à savoir des histoires très courtes sur une à trois vignettes (strips). Seriez-vous donc un adepte des scenarii qui vont directement à l’essentiel et qui éludent tout accessoire redondant ? Est-ce que cette méthode qui s’avère somme toute difficile ne vous pose aucun problème ?


Nemra : Ce qui me plaît avec le strip, c’est que ça va « droit au but ». C’est rapide, en trois cases on doit faire rire le lecteur. Ce n’est pas évident, chaque histoire courte est un challenge, mais je prends énormément de plaisir à réaliser des strips.


Monsieur l'prof portrait 1 Monsieur l'prof portrait 2 Monsieur l'prof portrait 3 Monsieur l'prof portrait 4

Sceneario.com : Monsieur l’prof ne fait apparaître en tout et pour tout qu’un seul personnage, les autres n’intervenant uniquement que par les bulles de dialogues. Qu’est-ce qui vous a motivé cette façon de construire votre récit ainsi ?


Nemra : Je voulais quelque chose de différent, et cette idée de ne faire apparaître que le personnage principal m’est apparu comme une évidence. Mon but est de centrer les actions sur le professeur, afin de jouer le plus souvent possible avec ses expressions du visage et autres mimiques. En plus ça laisse au lecteur une totale liberté, qui de ce fait, peut se faire sa propre image des personnages « cachés ».

Sceneario.com : Graphiquement, on perçoit que vous avez choisi d’utiliser un trait épuré, très statique, qui comme pour les thèmes de chaque planche, va à l’essentiel et qui se révèle très calculé (comme s’il était exécuté par ordinateur). Pourquoi un tel style ?


Nemra : Lorsqu’on regarde mes dessins originaux, on me demande souvent la même chose : « C’est imprimé ? » Ma réponse est claire, non ! J’apporte un soin tout particulier à mes planches, une fois le crayonné fait, je passe un temps fou à repasser à l’encre et à faire en sorte que tout soit parfait. C’est une obsession chez moi, il faut que mes planches soient nettes.

Sceneario.com : De même, on vous sent très à l’aise dans l’art de jouer sur les expressions faciales de Monsieur Grossin, auxquelles vous donnez une importance capitale dans les chutes de vos gags. Est-ce exact ?


Nemra : Oui, c’est par le biais de ces expressions faciales que je termine le plus souvent mes gags. Je mise beaucoup sur le visage du prof pour faire rire le lecteur et également pour faire comprendre certains gags. Tout est lié, si Monsieur Grossin est le seul personnage visible de cette BD c’est également pour montrer au mieux ces expressions.


Strip Monsieur l'prof

Sceneario.com : Qu’elle a été votre réaction lorsque vous avez vu votre ouvrage en vente sur les étalages ou sur le net (fierté, crainte…) ?


Nemra : Une fierté, parce que la réalisation a été longue. Comme tout auteur j’ai ouvert le premier carton à toute vitesse et j’ai parcouru ma BD tout heureux de l’avoir entre mes mains. La crainte est qu’elle ne plaise pas aux lecteurs, mais sur ce côté-là, je suis rassuré, car je n’ai que des bons retours.

Sceneario.com : Au niveau éditorial, comment s’est passée votre rencontre avec la maison Cinerzo ? Avez-vous eu l’occasion de démarcher d’autres éditeurs ? Est-ce que le fait que cette maison se trouve à proximité de votre lieu de résidence qui vous a poussé à œuvrer avec elle ?


Nemra : Cinerzo me paraît être le bon choix pour une première bande dessinée. Comme le dit mon éditeur, cette maison d’édition est un bon tremplin pour commencer à se faire connaître dans le monde de la BD.


Encrage Monsieur l'prof Strip Monsieur l'prof

Sinon, je n’ai encore jamais démarché d’autres éditeurs, mais cela ne va pas tarder, j’ai un rêve, qui est d’être auteur chez Glénat et j’espère le réaliser un jour.

Sceneario.com : Quels sont les auteurs qui vous inspirent et derrière lesquels vous seriez prêts à vous raccrocher ?


Nemra : Uderzo pour son coup de crayon monumental, et Franquin pour la même raison. Goscinny pour son talent de scénariste. Egalement, j’ai un immense respect pour Akira Toriyama le papa de Dragon Ball.

Sceneario.com : Une autorité naturelle préfigure inévitablement une suite (le calendrier scolaire n’est pas terminé). Où en êtes-vous de la réalisation du deuxième tome ? Comptez-vous rester dans la même trame ou allez-vous, pour casser celle-ci, faire intervenir (physiquement) d’autres personnages (une fiancée par exemple) ?


Nemra : J’en suis à l’écriture du tome 2, à la 10ème pages. Je vais continuer le calendrier scolaire, mais sans l’écrire cette fois-ci, la BD avancera plus lentement dans le temps. Ce qui est de faire intervenir d’autres personnages physiquement, ce ne sera pas encore d’actualité pour le tome 2, et pour la fiancée c’est une surprise.


Encrage Monsieur l'prof

Sceneario.com : Avez-vous d’autres projets dans les cartons dont vous souhaiteriez donner quelques indices ?


Nemra : Après le Tome 2 du prof, je vais proposer une bande dessinée à d’autres éditeurs, dont Glénat. Tout ce que je peux vous dire, c’est que l’action se déroulera dans un far ouest un peu spécial…

Sceneario.com : Sceneario.com vous remercie chaleureusement du temps passé à cette interview et vous souhaite bonne chance pour la suite !


Nemra : Merci beaucoup à vous, et j’espère à très bientôt pour une autre interview.