interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Lounis Chabane auteur de Ruden chez Carabas.

Lounis Chabane auteur de Ruden chez Carabas.

Interview réalisée par Aub le 28 janvier 2006 à Angoulême

Sceneario.com : Ruden est ton premier album ?
Lounis CHABANE : Oui j’ai juste fait des petites choses par opportunisme, dans la science fiction qui n’avaient rien à voir avec Ruden. Mais oui c’est le premier.

Sceneario.com : C’est devenu ton seul travail ?
Lounis CHABANE : Disons que ça me prend beaucoup de temps. Sinon, je fais quelques travaux de commandes, des illustrations, j’ai fait aussi un peu de clips vidéo, un peu d’animations, de décors.

Sceneario.com : Quelle est ta formation ?
Lounis CHABANE : J’ai fait l’école Estienne, et les Arts Déco de Paris.

Sceneario.com : Comment es-tu arrivé chez Carabas ?
Lounis CHABANE : Parce que je connaissais des gens, qui connaissaient des gens qui connaissaient des gens... Et puis parce que c’est eux qui l'ont pris, parce que je ne l’avais pas montré qu’à eux.

Sceneario.com : Comment as-tu présenté ton projet?
Lounis CHABANE : Ca c’est fait très vite, ils ont accepté très rapidement.

Sceneario.com : Combien de tomes sont prévus?
Jounis CHABANE : Trois.

Sceneario.com : La fin est déjà écrite? Tu sais où tu vas mener tes personnages?
Lounis CHABANE : Tout n’est pas écrit dialogue par dialogue. Mais je connais la fin, les points clefs, et je pense que ça ne sera pas quelque chose d’attendu. Je crois que ça sera plus généreux que les polars classiques, qui sont souvent un peu squelettiques au niveau des protagonistes.

Sceneario.com : Qu’est ce qui te fait penser ça ?
Lounis CHABAN E: Parce que il y a des scènes qui me viennent, et je me dis "ils devraient se dire ça, se passer ça". Ca serait du western, du pirate, je m’y prendrais de la même manière. Là c’est du polar, ça me permet de faire quelque chose que j’aime.

Sceneario.com : Quelles sont tes sources d’inspiration?
Lounis CHABANE : Le cinéma, ça c’est indéniable. Y’a aussi des romans, des histoires vécues, car j’ai envie que l’on croit au dialogue. J’ai envie que l’on morde parce qu’il y a une petite scène qui plait vraiment. L’intrigue, même si elle est importante est pour moi secondaire, elle est juste un prétexte, à laquelle je rajoute des éléments de réels. C’est d’abord les personnages qui construisent l’histoire.

Sceneario.com : C’est vrai que l’on sent que tu racontes plus l’histoire de tes personnage qu’une histoire...
Lounis CHABANE : Exactement. J’ai vraiment envie qu’arrivé aux 10 dernières pages de l’histoire, on ait un petit pincement au coeur. Même si je construis les personnages à partir de leurs défauts. Je vois plus leur côté “parasites”, leur côté désagréable si on les rencontre. Entre celui qui est plus opportuniste, l’autre plutôt donneur de leçon, j’aime bien les construire autour de ça.

Sceneario.com : Et pour les décors et les véhicules de l’époque tu as effectué un travail de recherches ?
Lounis CHABANE : Il y a énormément de films de cette époque qui nous restent, qui sont très beaux car tournés en couleur réelles. Je mixe souvent 10 ou 20 photos pour dessiner une scène.

Sceneario.com : Es-tu satisfait du travail final de ton album?
Lounis CHABANE : Oui, je l’ai lu et je me suis dit que ça se lisait bien, mais à la fois je me suis dit “quel con” j’ai un peu chargé le personnage... mais en discutant avec d’autres personnes, elles m’ont dit que ça allait. Sinon, graphiquement, on sent qu’il y a une évolution du début à la fin. Ca j’en suis assez content, je pense être sur la bonne voie. Le deuxième sera encore mieux, et je pense que plus ça va aller mieux,  je vais pouvoir me lâcher.

Sceneario.com : Et au niveau couleurs tu travailles avec quoi?
Lounis CHABANE : Je travaille directement sur ordinateur avec Photoshop, et je m’inspire beaucoup de photos pour essayer de comprendre comment marchent les chauds, les froids..

Sceneario.com : C’est la première fois que tu viens à Angoulême en tant qu’auteur ...
Lounis CHABANE : Oui c’est la première fois. Ce qui m’énerve un peu c’est les gens qui viennent en dédicace et qui n’ont pas encore lu l’album. Mais d’un autre côté, c’est incontournable d'être à Angoulême si on veut lancer son album.

Sceneario.com : D’autres séances de dédicace sont prévues?
Lounis CHABANE : Oui, y’en a quelques unes de prévues. J’ai des libraires qui sont vraiment contents de l’album, et c’est très encourageant pour moi.

Sceneario.com : Moi aussi j’ai bien apprécié l’album, et j’ai vraiment ressenti ton personnage principal comme un fin dragueur, un peu gauche, pas looser mais presque.
Lounis CHABANE : C’est exactement ça. Tu vois, le fait de faire draguer le personnage principal, n’a vraiment aucune importance pour l’intrigue, mais comme c’est ce que j’ai adoré dans les films de cette époque, j’avais vraiment envie de faire ressentir et faire vivre ça à mon personnage. Et ainsi, on voit vraiment qui est ce héros, c’est ça que je voulais.