interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Interview des frères Mariotti pour Le Fils de son Père

Interview des frères Mariotti pour Le Fils de son Père

Interview des frères Mariotti pour Le Fils de son Père aux Editions Les Enfants Rouges

Sceneario.com : Nous savons encore peu de choses sur vous, hormis que vous êtes Corses et frères. Pouvez-vous nous faire une petite présentation des frères Mariotti ?


Olivier et Guillaume Mariotti : Nous sommes marseillais avec des racines corses et napolitaines, un bon petit mélange. Olivier Mariotti: Je suis professeur agrégé d'arts-plastiques chargé de cours à la faculté de lettres d'Aix-Marseille. Mon domaine de prédilection reste la peinture avec une spécialisation sur l'époque contemporaine.

Guillaume Mariotti: Je suis monteur-truquiste, réalisateur de films et coloriste donc.


Sceneario.com : Comment est né cet album ?


Olivier Mariotti : J'ai toujours dessiné, de façon quasi-maladive. il y a quatre ans j'ai pris un cahier à spirale sur lequel je me suis fixé deux règles. Utiliser un découpage unique (un gaufrier) et ne jamais revenir sur un dessin ou une séquence. Cela ressemblait un peu à de l'écriture automatique, et cette expérience m'a directement conduit à un récit autobiographique. Le principe des flash-back c'est imposé de lui même et cela m'a très vite permis de donner un rythme à l'histoire qui, au départ ne faisait que cinquante-trois pages. le traitement d'alors répondait aux exigences de l'urgence, le trait était vraiment jeté et la couleur "aquarellée".


Sceneario.com : Envie ou besoin commun d'écrire cet album ?


Olivier Mariotti : Guillaume a été séduit par l'ébauche et nous nous sommes unis pour la rendre présentable. Dès lors, le besoin et l'envie de finaliser un projet commun ne nous a plus quitté mais nous a aussi "bouffé" trois années de notre existence avec de gros pics de fièvre ces quelques derniers mois. Nous étions déjà très proches mais cette expérience nous a littéralement soudé, tant elle fut dure par moment (nous avons appris sur le tas) et tant elle nous replongeait dans les méandres de notre enfance. Guillaume est un vrai bédéphile et connaît bien les codes du média (comics, manga, franco-belge) et comme en plus il maîtrise parfaitement l'outil informatique, lui confier le "bébé" a été un petit soulagement.
Guillaume Mariotti: Dans un premier temps, j'ai scanné toutes les planches du cahier à spirale, puis je les ai étalonnées, afin de rendre l'ensemble plus unitaire. Sous forme de pdf j'ai envoyé le projet aux Enfants Rouges et Nathalie Meulemans a été séduite par ce dernier.
Olivier et Guillaume Mariotti: Sa rencontre a été déterminante, et à l'arrivée nous avons fait l'objet que nous voulions. Car dès le départ il était évident que la version présentée à Nathalie devait être reprise et réellement structurée afin de tenir la route sur le fond et sur la forme. Nous espérons au moins avoir réussi l'un ou l'autre.



Sceneario.com : Quelle est la part d'autobiographie dans cet album où vous vous mettez tous les deux en scène ?


Olivier et Guillaume Mariotti : Absolument, tout est autobiographique, rien n'est exagéré ni inventé. Même le prologue et l'épilogue, qui ont été rajoutés sur le tard, sont véridiques à deux exceptions près : La coupure de courant et l'ombre du père. Olivier Mariotti: En réalité, lors de cette exposition il m'avait semblé voir mon père sur le trottoir, mais il y avait du monde la vision fut furtive. C'est ma femme qui a trouvé la phrase de l'épilogue : « voir ton père ce soir c'est ce que tu aurais voulu, alors tu l'as vu.»
Olivier et Guillaume Mariotti: Et puis, ce soir là il y avait un fort Mistral donc il ne pouvait pleuvoir. Les anecdotes sur notre enfance sont si étranges et extravagantes que trois tomes ne suffiraient pas.


Sceneario.com : Vous avez choisi un ton léger et pourtant porteur d'émotions où l'ellipse du dessin remplace parfois avantageusement une longue tirade, est-ce pour prendre un peu de distance avec le sujet ?


Olivier et Guillaume Mariotti : Nous avons souvent de longues discussions qui partent un peu dans tous les sens mais qui ont chaque fois le même socle : utiliser chaque média pour ses qualités intrinsèques. Par exemple la chose sur laquelle nous sommes d'accord, c'est que la BD est rarement utilisée dans toute sa "chair', elle est souvent amputée d'un ou plusieurs "membres". C'est la raison pour laquelle nous avons fait des choix radicaux. Le gaufrier par exemple nous permettait d'étirer une séquence, de jouer sur les regards et les postures et de ce fait, sur les silences. C'est dans un espace de contraintes que nous avons le plus de liberté, contourner les règles fait aussi partie du jeu. Par exemple une image pleine page peut être soumise à la loi du gaufrier et imposer de ce fait deux temps de lecture, un traditionnel (de la gauche vers la droite) et un plus expérimental (lecture globale). Pour les séquences du passé, avoir douze cases par planches autorise une lecture lente qui dévoile tout la psychologie des personnages sans les faire parler, mettre trop de dialogues aurait eu un effet pervers et redondant. A l'inverse dans les passages sur le présent, les dialogues décalés (des enfants ou des amis) désamorcent la tension de certaines scènes (le stade vélodrome). Voir ces deux périodes s'affronter dans une même histoire nous a permis de prendre du recul sur ce que nous faisions et pourquoi nous le faisions. Il était hors de question de tomber dans la complainte. C'est la confrontation des deux époques qui crée la distance.


Sceneario.com : Vous mettez en avant deux thèmes dans cet album, la peinture et le foot, deux de vos passions ?


Olivier Mariotti : Je suis en effet un fou de peinture et l'expo de Barcelo que j'ai vu récemment à la fondation Lambert en Avignon m'a vraiment donné une claque. La dernière fois que j'ai eu un tel choc, c'était pour Basquiat au musée Cantini de Marseille. Si ce dernier m'a donné envie d'être peintre, Barcelo m'a découragé de le devenir. Il a même tué le peintre qui dormait en moi puisqu'il fait en mieux la peinture que je rêvais de faire. Je ne suis pas un passionné de foot, j'aime l'OM et le foot amateur. Je peux passer des heures (au grand désespoir de ma femme) à regarder des matches de vétérans ventrus sur des terrains improbables. En fait ce que j'aime dans le foot c'est ce que les autres détestent, ce sont les gestes ratés et le sérieux avec lequel ils sont réalisés.
Guillaume Mariotti: J'adore le cinéma et si je devais donner un film fondateur je parlerai d'Akira (K. Otomo) que nous avions vu avec Oliver au cinéma le Capitole sur la Canebière. Le film m'a beaucoup marqué. Il semblait s'adresser à l'adulte que j'allais devenir en utilisant pourtant une forme jusqu'alors réservée aux enfants (le dessin animé). J'ai eu l'impression de faire ma crise d'adolescence l'espace d'un film. Aujourd'hui le théâtre ma passionne car j'ai l'impression de découvrir dans sa forme la plus "crue", la dramaturgie, et c'est aussi un espace incroyable d'expérimentation car avec une économie de moyens, on peut créer un univers incroyable et voyager dans le temps.


Sceneario.com : Au-delà de la relation père fils et fils père, qui est le pivot de l'album, vous abordez aussi la relation entre frères et l'amitié, est ce parce que l'individu doit se construire par rapport aux autres ?


Guillaume Mariotti : En vieillissant, je me rends compte qu'il faut accepter les autres comme ils sont et cesser de vouloir agir sur leur vie et leur comportement.
Olivier Mariotti: Avec Guillaume j'ai appris à faire confiance à l'autre en acceptant que dans certains domaines il y a toujours plus talentueux ou compétent que soi. Sur ce point notre collaboration m'a fait le plus grand bien, déléguer et faire confiance sont les plus grands luxes dans le domaine de la création. On se construit toujours par rapport à l'autre.


Sceneario.com : L'enfance du garçon se passe avec son frère, pourtant ils ont une sœur mais avec qui ils partagent peu. Trop sage, trop image de la mère quand les garçons ont l'image plus virile du père ?


Olivier Mariotti : Bien qu'avec Guillaume nous ayons sept ans d'écart (je suis l'aîné) nous avons été très proches dans notre petite enfance et nous partagions la même chambre. Comme j'étais déjà un fou de dessin et de cinéma j'avais, il me semble, un petit pouvoir d'attraction sur lui. Guillaume Mariotti: Je dirais même plus un gros pouvoir d'attraction...
Olivier Mariotti: Très tôt nous nous sommes fabriqués un monde imaginaire peuplé de créatures étranges. Quand je pense que Guillaume dormait dans une chambre dont les murs étaient tapissés de monstres...
Guillaume Mariotti: Avec toutes ces photos en noir et blanc j'avais l'impression que King Kong et autre Nosfératu étaient des personnages historiques.
Olivier Mariotti: De ce fait, notre soeur s'est construit une autre bulle, plus douce et rassurante, d'ailleurs sa chambre était habillée d'un joli papier peint de petites fleurs roses. Ainsi deux groupes se sont formés sous le toit de notre maison, mère-fille, frère-frère. Au milieu naviguait un père tantôt absent, tantôt présent, mais dans un cas comme dans l'autre le personnage était envahissant. Sa douce folie nous "séduisait" tous. Ce n'est pas tant l'image virile du père qui attirait Guillaume et moi, mais plutôt cette image décalée qu'il nous renvoyait, aux antipodes des stéréotypes paternels qui nous entouraient. Notre père était (à cette époque) un vrai paradoxe, en ce sens qu'il n'était pas rassurant pour l'équilibre familial mais on sentait qu'avec lui rien de grave ne pouvait nous arriver.



Sceneario.com : Au-delà du manque et du vide ressenti, est-ce qu'on ne décèle pas une pointe de rancœur, le sentiment d'avoir été spolié d'une partie de son enfance ?


Olivier et Guillaume Mariotti : Il n'y a pas du tout de rancoeur, plutôt un sentiment d'incompréhension, la sensation d'avoir raté un rendez-vous. Avec notre père nous nous sommes croisés, c'est tout. D'ailleurs ce n'est pas notre enfance qui a été volée mais bien une partie de l'adolescence et surtout l'âge adulte.


Sceneario.com : Quelle serait votre recette du bonheur ?


Olivier et Guillaume Mariotti : Créer une "Factory" familiale où chacun trouverait sa place.


Sceneario.com : Pour terminer et parce qu'il en est beaucoup question dans l'album, quelle équipe supportez-vous ?


Olivier et Guillaume Mariotti : Beaucoup d'équipes nous sont insupportables. http://freresmario.blogspot.com/

et http://vimeo.com/user997504/videos