interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Interview de Sébastien Dallain

Interview de Sébastien Dallain

Interview de Sébastien Dallain, président de PANINI France. Angoulême 2017. Aubert BONNEAU pour Sceneario.com

Panini Sur Sceneario

Interview de Sébastien Dallain, président de PANINI France. Angoulême 2017. Aubert BONNEAU pour Sceneario.com

Sceneario.com : Bonjour. Pouvez-vous présenter votre métier chez Panini ?
Sébastien Dallain, président de PANINI Comics : J’ai plusieurs casquettes. Je m’occupe de la branche "édition" de Panini France, qui comprend Bande Dessinée, comics et manga, ainsi que les magazines jeunesse dont j’ai la charge aussi. Mon métier c’est d’acheter les licences et de gérer les équipes marketing, commerciales et éditoriales de Panini France.

Sceneario.com : C’est une équipe de combien de personnes ?
Sébastien Dallain : en France, nous sommes 5 sur Nice qui gérons les comics, et une équipe rédactionnelle est au siège de Panini, en Italie, et qui gère des collaborateurs externes qui travaillent chez eux.

Sceneario.com : Cette année nous fêtons les 20 ans de Panini, mais qu’avez-vous prévu pour ces 20 ans ?
Sébastien Dallain: Nous avons plusieurs choses de prévues. 20 ans c’est 20 couvertures spéciales pour les lecteurs.  Il y aura 8 couvertures qui seront des "variate covers" de comics qui paraissent en kiosque et nous avons  créé pour l’occasion une collection de 12 livres, dont les couvertures sont réalisées par des auteurs franco-belges.

Sceneario.com : Comment avez-vous sélectionné ces auteurs?
Sébastien Dallain : Il y a eu plusieurs étapes. Nous avons fait des réunions éditoriales avant l’été dernier. Chacun est venu avec une liste d’auteurs qu’il sentait bien en fonction de leurs travaux pour tel ou tel personnage. Nous avons dressé une liste puis contacté les auteurs, qui ont tous accepté avec enthousiasme de faire partie de cette aventure.

Sceneario.com : Il y a de grands écarts entre les différents auteurs : par exemple d’un côté Penélope Bagieu et de l'autre Denis Bajram, avec des univers graphiques très différents.
Sébastien Dallain : Oui, mais il y a aussi un grand écart entre l’univers des Fantastic Four et de Miss Marvel. Les choix ont été des coups de coeur de l’Equipe. Denis Bajram était une évidence ! Ce qui est très intéressant, c’est que tous se sont prêtés au jeu. L’objectif était que les auteurs s’accaparent les personnages de l’univers Marvel en les emmenant dans leurs propres univers. Le résultat est très réussi. Nous avons passé un été merveilleux car nous voyions les dessins arriver au fur et à mesure…

Sceneario.com : Les auteurs ont-ils été guidés, avaient-ils des consignes ou ont-ils été totalement libres de faire ce qu’ils avaient envie de faire?
Sébastien Dallain : Ils ont été vraiment libres de faire ce qu’ils avaient envie de faire. Evidemment Marvel a validé toutes les couvertures, comme tout ce que les licenciés comme nous faisons, mais par contre les auteurs ont restitué leurs visions. Lorsque j’ai discuté avec Lewis Trondheim, il m’avait dit « Envoyez moi la BD, si ça me parle je le ferai sinon je ne le ferai pas ». Très rapidement il a accepté et a rejoint le projet. Nous n'avons vraiment rien imposé, et de toute façon nous ne nous permettrions pas d’imposer quoi que ce soit à ces artistes.

Panini Sur Sceneario

Sceneario.com : Au delà de l’aspect artistique de faire réaliser ces illustrations de couverture par des auteurs franco-belges, il y a évidemment un aspect marketing pour les 20 ans ?
Sébastien Dallain : Quelque part, ce que l’on a souhaité, c’était de créer un pont entre les 2 cultures: la culture américaine et la culture franco-belge. Nous sommes vraiment partis plus dans cet esprit, plutôt que de faire un coup marketing. Les tirages sont limités et  nous n'avons pas prévu de réimprimer derrière. En temps qu’éditeur français de comics américains, nous avions envie de faire quelque chose dans ce sens.

Sceneario.com : Ces illustrations de couverture iront-elles en Amérique?
Sébastien Dallain : Marvel, comme pour chaque création d’un auteur fait une création : que ça soit sur un personnage écrit, une histoire, Marvel devient propriétaire et ils pourront donc utiliser ce matériel dans tous les territoires où les comics sont édités. Mais on ne sait pas encore où ils seront publiés, mais c’est probable que ça le soit.

Sceneario.com : Les ventes des produits Marvel sont énormes. Y a-t-il toujours une croissance des ventes ?
Sébastien Dallain : Aujourd’hui le comics c’est environ 10% des ventes de Bande Dessinée, on le sait, et on est sur une tendance positive puisque le marché des comics est à +10/12%. La croissance sur les comics est de cet ordre là depuis plusieurs années.

Sceneario.com : Même avec l’arrivée sur le marché depuis quelques années d'une concurrence comme Glénat ou Urban Comics, pour ne citer qu’eux ?
Sébastien Dallain : Oui, très sincèrement, le marché a été dynamisé par l’arrivée de ces éditeurs. Les films de supers héros boostent bien aussi toutes ces ventes.

Sceneario.com : Est-ce important pour Panini d'être à Angoulême?
Sébastien Dallain : Cette année nous avons la chance, en plus du stand, d’avoir une exposition sur la French Touch de Marvel, avec une mise à l’honneur des auteurs français qui ont travaillé ou qui travaillent encore chez Marvel. Nous sommes très fiers de faire partie de ce festival.

Sceneario.com : Quel est le public touché à Angoulême?
Sébastien Dallain : C’est un public très large. Les adultes viennent chercher les comics que nous proposons, et les lecteurs aiment beaucoup venir à la rencontre des auteurs pour des séances de dédicaces.


Retrouvez l'EXPOSITION PANINI A ANGOULEME (Janvier 2017)