interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Interview de Riad Sattouf

Interview de Riad Sattouf

Interview réalisée par Marie et Aub à Angoulème le 28 janvier 2005.
Les Albums de Riad Sattouf

Sceneario.com : Nous t’avons découvert tout d’abord chez Delcourt, te voilà chez Dargaud avec un style de dessin totalement différent.
Raid Sattouf :
En effet. J’ai commencé par un dessin plutôt réaliste avec « Petit Verglas » il s’agissait d’une commande de Delcourt lorsque j’étais étudiant. J’avais plusieurs styles, dont celui de Jérémie, mais Delcourt a préféré mon style réaliste, probablement plus vendeur. J’ai été très content de faire cette BD, qui m’a permis de débuter dans le métier.

Sceneario.com : Tu t’es retrouvé sur cette BD comment ?
Raid Sattouf :
Par hasard. Delcourt avait vu une page, ils m’ont contacté par la poste en me demandant de leur présenter d’autres choses. Et ça a commencé comme ça.

Sceneario.com : Maintenant tu es chez dargaud, avec un dessin totalement différent.
Riad Sattouf :
Oui, j’avais la possibilité de faire quelque chose d’autre chez Delcourt avec Corbeyran, mais j’étais dans un atelier avec Sfar, Blain et Sapin, et il m’a dit qu’il fallait que j’essaie de raconter ma propre histoire, de faire des dessins moins réalistes. J’ai tenté et je suis chez Dargaud. C’est Guy Vidal qui m’a fait signé, peu de temps avant sa mort.

Sceneario.com : Tu avais déjà les idées et l’envie de faire Jérémie ?
Riad Sattouf :
Oui, parce que j’adorais les histoires de frustrations sexuelles, de solitude et de misère sentimentale. J’avais écrit 30 pages du scénario et c’est ce que j’ai présenté à Dargaud.

Sceneario.com : Avec quel style de dessin ?
Riad Sattouf :
Celui d’aujourd’hui, car c’est vraiment celui que j’avais envie de faire. C’est un style qui m’est plus personnel, plus expressif et moins lourd. Et Dargaud a accepté… je suis super content.

Sceneario.com : Et ton passage chez les éditions Bréal ?
Riad Sattouf :
C’est Joan Sfar qui m’en a parlé, il m’a expliqué qu’il montait une collection. Ca m’a vraiment intéressé et j’ai donc fait les deux en même temps…. Tout simplement.

Sceneario.com : Tu travailles aussi pour « Capsule cosmique »…
Riad Sattouf :
Oui j’y raconte une histoire en 4 épisodes, les aventures d'u oiseau qui s’appelle Pipit Farlouse.

Sceneario.com : Et ton actualité du moment ?
Riad Sattouf :
Je travaille sur Jérémie tome 3, "La vie secrète des jeunes" pour Charlie Hebdo, et je vais commencer une série pour Fluide Glacial.

Sceneario.com : En effet nous avons rencontré Albert Algoud qui nous a parlé de toi… Tu vas y faire quoi ?
Riad Sattouf :
Ca sera du même genre que pour Dargaud, je vais raconter l’histoire d’un mec baraqué, dans un autre univers qu’habituellement.

Sceneario.com : Dans les nouvelles aventures de Jérémie, sera-t-il toujours un looser jusqu’à la fin de l’histoire ?
Riad Sattouf :
Je ne peux pas dévoiler la suite… mais ça va changer un peu en fait. Dans le premier c’était la découverte sentimentale, dans le deuxième la frustration sexuelle, et le troisième va éclairer les deux autres, avec une coloration bien différente.

Sceneario.com : Est ce que d’avoir écrit « la Circoncision » t’a apporté quelque chose ?
Riad Sattouf :
Euh… non je ne pense pas. J’ai eu envie d’écrire ça par ce que je suis contre la circoncision, j’ai eu la possibilité de raconter une histoire vraie, de manière marrante, avec une sorte de message alors qu’habituellement je n’aime pas porter un message. C’est un livre qui au final c’est plutôt mal vendu…

Sceneario.com : Ah bon ? Nous en avons pourtant beaucoup entendu parlé dans la presse. On avait le sentiment que tu te vidais de tes problèmes dans ce livre.
Riad Sattouf :
C’est drôle parce que pour moi ça n’a vraiment pas été un livre libérateur ou quelque chose du genre… En effet la presse, la radio, beaucoup de monde en ont parlé, mais il a été mal distribué et donc mal vendu.

Sceneario.com : Pour toi Angoulème, qu’est ce que c’est ?
Riad Sattouf :
Angoulème c’est l’endroit où se concrétisent toutes les paranoïas des dessinateurs. Car lorsqu’on est dessinateur et qu’on vient à Angoulème, on croise tous les 20 mètres quelqu’un que l’on connaît. Vraiment, on ne peut pas faire 20 mètres sans être happé par quelqu’un qu’on connaît, du coup on est en continuelle excitation. Des fois on croise des gens sans les voir, du coup on a des réflexions du genre « alors tu m’as pas vu ? ». Pour moi ça doit être la cinquième fois que je viens, c’est très agréable de voir tous les copains.

Sceneario.com : Et la rencontre avec le public ?
Riad Sattouf :
J’adore ça. J’aime demander à mes lecteurs ce qu’ils font dans la vie, et à chaque fois j’apprend des trucs mortels…

Sceneario.com : Du genre ?
Riad Sattouf :
Cette année j’ai rencontré un sismologue qui m’a appris que le noyau de la terre fait 1200 km, qu’il est constitué de fer et qu’il est en train de se cristalliser et qu’un jour nous n’aurons plus de champ magnétique. C’est pas mal non comme information ? j’ai appris aussi l’histoire d’un banquier qui s’est fait braqué trois fois, dont une fois avec un flingue sur la tempe… et que le braqueur avait même tué quelqu’un avant d’être emprisonné dans le sas de la banque puis attrapé par les flics… pour au final prendre 20 ans.

Sceneario.com : Après des rencontres de ce genre, tu dois penser que le métier de dessinateur c’est plutôt un métier cool, non ?
Riad Sattouf :
C’est le métier le plus cool de l’univers. Je ne vois pas quel métier pourrait être plus cool ; Quand on prend des métiers de branleur de ce genre… par exemple chanteur, il y a un stress total avec les concerts, le cinéma pareil, les écrivains ils se font super chier, ils gagnent mal leur vie, alors que dessinateur de BD ça permet de plutôt pas trop mal vivre, c’est un petit monde peinard, je ne vois pas de meilleur métier dans l’univers.

Sceneario.com : Tu te donnes des horaires de travail ?
Riad Sattouf :
Oui.. comme personne ne m’en donne, je m’en donne moi même. Je me lève vers 7h30, je bosse jusqu’à midi – une heure, et l’après midi jusqu’à 19h30.

Sceneario.com : Et l’équipe de l’atelier, ça se passe bien ?
Riad Sattouf :
Plutot bien oui, même super bien. Joann n’est plus là, il bosse chez lui maintenant. Il y a Christophe Blain et Mathieu Sapin.

Sceneario.com : Merci Riad pour le temps que tu nous a accordé.
Riad Sattouf :
Merci à vous.