interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Et si Les Filles nous étaient contées... par Christopher

Et si Les Filles nous étaient contées... par Christopher

A l'occasion de la sortie du tome 4 de la série "Les Filles", l'auteur en dit un peu plus.
Interview réalisée par Marie en Novembre 2004.
Scenenario.com : Bonjour Christopher. Ton nom a une consonance anglo-saxonne, quelle en est la raison ?

CHRISTOPHER : Mes origines… Mais je n’en veux pas à ma mère. Grâce à ça, j’ai grandi au son des Beatles, des Teacakes et de Mary Poppins. Même si dans un village à côté de Marseille, ça fait bizarre.

Scenenario.com : On te connaît surtout pour « Les Filles » série originale, dynamique et passionnante. Comment est née l’idée de la série ?

CHRISTOPHER : De mon déménagement à Tours. Après dix ans de vie parisienne, j’étais en dédicace à Tours, j’ai craqué pour cette ville et deux mois après, on y était.
Là, le libraire (exceptionnel Bédélire) m’a proposé de faire une exposition présentant mes différents travaux aux clients de la librairie. Je sais pas s’il m’a choppé au Chinon ou au Bourgueil, toujours est-il que je me suis retrouvé à lui proposer en plus d’une expo un happening qui consistait à réaliser une bd en direct. Je dessinais la page le jour et elle était exposée le lendemain, ainsi, au bout de 46 jours, on aurait une bande dessinée de 46 pages.
Après, il fallait savoir quoi raconter.
Je ne voulais pas continuer avec David Watts, un personnage qui évoluait dans un univers parisien. Aussi, j’ai décidé de me lancer dans une nouvelle série et le mot PYJAMA PARTY a fait tilt dans mon oreille. Une situation où il n’y a que des filles, dans un lieu clos, avec toujours la même tenue, vu les contraintes de temps, c’était tout bénéf.
Je n’avais plus qu’à créer une histoire de vie quotidienne. J’avais déjà écrit deux histoires pour Jean-Philippe Peyraud à la comédie illustrée (À boire et à manger) et j’avais envie de revenir à ce genre de récit. Et écrire des histoires de filles, c’était un joli challenge.

Scenenario.com :Dans cette chronique moderne, tu dresses le portrait de différentes personnalités, quelles sont celles qui te sont le plus proches et pourquoi ?

CHRISTOPHER : Je ne crois pas avoir un personnage préféré. Elles ont toutes leurs caractères, leurs charmes…
En fait, une chose que le lecteur ne se rend pas compte (enfin pour moi) c’est que je me bats avec mes personnages. C’est un véritable combat où l’on doit amener nos personnages là où l’on veut et ce n’est pas ce qui se passe toujours. On a des intentions, et notre écriture, sans vraiment pouvoir le contrôler nous mène ailleurs.
Alors, pour ce qui est de mes préférés, je dirais celles qui me font le moins chier, mais ça, c’est pareil. Anna, est rêveuse et n’arrive jamais à prendre une décision. Bénédicte est réservée et a été longtemps protégée par ses parents des réalités de la vie. Chloé, au contraire s’est faite toute seule. Débrouillarde, elle est une véritable croqueuse de mecs et est très réservée sur toutes les misères de sa vie. Leïla, est un peu comme Chloé, sauf qu’elle a le poids de ses origines marocaines qui pèse sur ses épaules et enfin Muriel, la rigolote est étudiante aux beaux-arts. Innocente pour beaucoup de chose, elle prend la vie avec un grand sourire.
Comment de ces 5 filles savoir laquelle je préfère ?
Elles ont toutes leurs atouts et leurs faiblesses que j’aime à exploiter.

Scenenario.com :Certaines de tes proches se sont-elles retrouvées au travers de ces pages ?

CHRISTOPHER : Non, mais ils y a des personnages qu’elles ne veulent surtout pas être.

Sceneario.com : Tu racontes avec beaucoup de douceur et de pudeur, et pourtant il semble que le ton est direct, sans détours, ni tabous, notamment tu parles d’homosexualité, de sida.. Cette série est née aussi pour ça, pour parler de tous les sujets ?

CHRISTOPHER :Ça me paraît évident. On est dans une société où les médias, les institutions considèrent tous ces sujets comme tabous, alors que tout le monde en parle. Il faut voir les étudiants, les lycéens dans les bistrots, tout le monde en discute et ont des avis très clairs là-dessus ! Alors, lorsque les politiques parlent de pacs, que TF1 nous sort les homos en prime time comme si c’était nouveau, on se dit qu’ils ne sont pas au courant de tout dans leur cage en verre.

Sceneario.com : De quoi veux-tu absolument parler ?

CHRISTOPHER : Comme sujet de société ?

Sceneario.com : Oui.

CHRISTOPHER : Dans le quatrième tome, je me lance dans la religion. La catholique à travers Bénédicte et son mec qui bouffe du curé. La relation entre Leïla et son mec (musulmane/juive) qui vont trouver leur développement dans le prochain volume. Après, il y a tout ce qui entoure la mort et le deuil, gros sujet tabou.

Sceneario.com : De quoi ne parleras-tu pas et pourquoi ?

CHRISTOPHER : De moi, parce que j’ai des origines anglaises…

Sceneario.com : Nombreux sont les auteurs qui racontent la vie des trentenaires presque toujours située à Paris. Tu as choisi la province, pourquoi ?

CHRISTOPHER : Parce que je considère la vie en province plus vraie que la vie parisienne.
À Paris, j’y ai vécu 10 ans. C’était très bien, mais bon. La vie en elle-même n’est pas top. Bruyante, polluante, exigu, surpeuplée. Après, on vante la vie culturelle, soit on a du temps et pas assez de sous pour les faire, soit on a des sous et pas le temps. Je pourrais faire le détail de toutes ces soi-disant exceptions culturelles parisiennes, mais là n’est pas le sujet.
Il ne me semble pas intéressant de raconter la pyjama party de 5 filles dont le papa bosse pour Arte, l’autre comme conseiller parlementaire ou dans une quelconque boîte d’édition. Je préfère un père dentiste, un militaire, une mère infirmière, un autre restaurateur. Des filles qui n’ont pas de problème de grève de métro et qui ne s’émerveillent pas devant le dernier défilé de Lacroix mais qui veulent être restauratrices de tableaux, puéricultrices, juristes… Rester avec des histoires simples qui peuvent arriver à mademoiselle tout le monde.

Sceneario.com : Combien d’albums prévois-tu et sais-tu déjà jusqu’où « Les Filles » vont-elles aller ?

CHRISTOPHER : Les filles vont aller jusqu’à 8 albums, sans compter les romans graphiques parlant d’une fille en particulier et des hors-série, albums d’histoires courtes parues à droite et à gauche (le premier sortira dans le premier trimestre 2005 et est intitulé De ci de là).

Sceneario.com : Aurais-tu envie de faire la même chose mais vu par les garçons ?

CHRISTOPHER : C’est parti. Ça s’appelle Les colocataires et c’est signé chez Dupuis dans la collection expresso (ironique pour moi qui suis un buveur de thé). C’est scénarisé par Sylvain Runberg et ça se passera à Aix-en-Provence, ville de mes vingt premières années. Le premier album sortira en août 2005.

Sceneario.com : Les histoires semblent assez influencées par la télé et les séries comme Friends par exemple..tu es fan ?

CHRISTOPHER : Évidemment ! Et pas que de Friends, qui reste à mon avis une série très bien écrite et très bien jouée, il y a Sex & the city, Ally Mc Beal, Absolutly Fabulous, Oz, Six feet under… Je suis un dévoreur de séries télé. Je rapproche souvent, au niveau de l’écriture, un épisode d’une série télé à celle d’une bd. Le format (temps en rapport aux pages) impose une rythme soutenu et efficace pour ne pas perdre le lecteur.

Sceneario.com : Idem pour la musique, plutôt anglo-saxone ? D’où le titre de ta nouvelle série « All I Need is Love » ?

CHRISTOPHER : Je baigne constamment dans la musique et surtout la musique pop/rock anglaise. Forcément, ça rejaillit un moment ou à un autre dans mon travail.

Sceneario.com : Ton dessin style « ligne claire » évolue constamment au fur et à mesure des albums, tu expérimentes ? As-tu un style préféré ?

CHRISTOPHER : Non, rien n’est figé. Un jour, j’ai voulu faire de la bande dessinée parce que ce que j’écrivais était selon moi très faible pour tout ce qui était narratif et descriptif.
Je me débrouillais pas mal en dialogue, alors je me suis mis à dessiner ces histoires et depuis, je continue en essayant de maîtriser de mieux en mieux cet art et surtout en évitant d’être trop influencé par les autres et de ne pas trop lire de bd, sinon j’arrêterais immédiatement.
C’est comme de relire mes anciens albums, c’est catastrophique. Je ne vois que les erreurs, si je m’écoutais, je les redessinerais. Pour ce qui est de l’expérimentation, j’en sais rien, j’ai un truc en tête, j’essaye.
Pour ce qui est de mes influences, elles viennent directement des albums que j’ai lus dans ma jeunesse avec comme chef de file : Chaland, Ted Benoit et Avril avant de découvrir les fondamentaux (Franquin, Jijé, Tillieux…) puis de découvrir tous les auteurs américains dont le maître Eisner, et les manga avec Tezuka.

Sceneario.com : La couleur aussi évolue à chaque album. Comment travailles-tu avec les coloristes ?

CHRISTOPHER : Je les laisse faire. Que ce soit Scarlett ou Delf (All I Need Is Love et Les colocataires). En fonction de leurs premières intentions. On réajuste.

Sceneario.com : En dehors de cette série tu t’es essayé au polar avec « Treize êtres en jeu », quel souvenir en gardes-tu ? C’est un genre que tu reprendras ?

CHRISTOPHER : Ha, les treize êtres en jeu… j’étais jeune, je m’essayais. C’était plus un laboratoire qu’une série. Je découvrais un style à chaque nouvel album. En revanche pour ce qui est de reprendre cette série, je n’en sais rien, je vis au jour le jour. Tout ce que je sais, c’est que je suis en train d’écrire un polar sentimental.

Sceneario.com : Comme Ali Baba, tu peux faire trois vœux, lesquels ?

CHRISTOPHER : Je n’aime pas les jeux… Je préfère dessiner ou rêver.

Sceneario.com : Si tu n’étais pas dessinateur de bande dessinée, quel métier aurais-tu choisi ?

CHRISTOPHER : Un croisement entre un anglo-aixois, il a quoi comme chance dans la vie ?

Sceneario.com : Un coup de cœur ?

CHRISTOPHER : Tant que ce n’est pas un coup au cœur…

Sceneario.com : Un coup de gueule ?

CHRISTOPHER : Tant que ce n’est pas un coup dans ma gueule…

Sceneario.com : Tu devrais dessiner pour un scénariste (vivant ou mort), tu dessinerais pour qui ?

CHRISTOPHER : Je travaille déjà avec Sylvain Runberg sur les colocataires. Mais à savoir pour ce qui est de travailler sur un scénario d’un autre, je pense que ça serait plutôt le scénario en lui-même qui serait intéressant. Je dirais un scénar d’un Goscinny, Charlier, Hergé.

Sceneario.com : Pour conclure, tu rencontres souvent le public en festival. C’est plutôt bien ?

CHRISTOPHER : J’adore ça… Ça me donne un retour immédiat sur mon travail. C’est vrai que les gens disent adorer la série, mais après avoir passé 3 mois seul devant sa planche, on a envie de s’entendre dire que ce qu’on a fait plaît à des lecteurs.

Sceneario.com : Christopher, merci.