interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Entretien avec Marc Lataste

Entretien avec Marc Lataste

A l'occasion de la sorti de Feya 1 chez Vide Cocagne

Sceneario.com : J'ai donc eu le plaisir de dévorer ce premier volume de Feya et la première impression qui me vient c'est que ton dessin a incroyablement muri depuis le Professeur Infini, il a gagné en graisse, en personnalité.
Quel regard portes-tu sur ce dessin maintenant, sur cette évolution ?


Marc Lataste : Oui c'est vrai, je l'ai aussi remarqué.
Pour ce qui est de la graisse, j'avais dessiné Prof Infini avec un trait très fin, c'était intentionnel, je voulais un côté dessin animé. A cette période, j'avais l'habitude de dessiner avec ce trait fin. C’était en 2015 et depuis, forcément, j'ai évolué, mon trait a mûri, comme tu le soulignes.
J'ai dessiné Prof Infini avec le logiciel Manga Studio, et c'était mon premier gros boulot en utilisant ce soft. Je le découvrais un peu, c’était nouveau. Depuis, je m'y suis habitué, et j'ai trouvé la graisse qui convient à ce que je veux comme rendu.
De plus, Feya est différent dans le rendu graphique, par rapport à Professeur Infini.
Sur Feya, j'ai plus d'aplats de noir, je m'amuse plus à ce niveau et je sentais qu'il fallait que je "compense" le manque de couleurs par autre chose... J'ai donc naturellement "choisi" de graisser mon trait, mais en fait c'était totalement inconscient.


extrait


Sceneario.com : Et ça fonctionne vraiment bien dans ce format, en noir et blanc, les personnages ont vraiment plus de substance.


Marc Lataste : Merci ! J'ai donc fait le bon choix apparemment ;-)
Après, pour ce qui est du style en lui-même je suis encore plus dans mon mix cartoon/manga qui m'est propre, et dans lequel je me retrouve à 100%. C'est vraiment ce style qui me plaît et qui me correspond, donc c'est une évolution de mon style d'il y a 3 ans.


Sceneario.com : Je trouve que ton dessin gagne en présence aussi, tout en restant dans la même écriture cartoon/manga qui inscrit vraiment cet album dans une sorte de manga français !


Marc Lataste : Oui.. c'est peut-être que je gagne en confiance, aussi, j’assume mes choix et mon identité graphique. Je m'impose ;-)
Mais effectivement c'est une bd métissée, entre bd et manga. Je dis "bd façon manga », pour pas dire manga.


Sceneario.com : C’est tout a fait ça !


Marc Lataste : J’emprunte à tous les styles, tous ceux qui m'ont influencé, sans me positionner, c'est le fruit de mes influences et de mes envies. Je lis aussi bien du comics indés que du manga ou du franco belge, regarde de l'anim’, joue au jeux video… Bref, mes influences sont globalisées, depuis mes 7 ans. Et comme je suis une éponge, j'ai tout intégré et j'espère assimilé pour ressortir quelque chose de personnel qui mixe et mélange tout ça.


extrait


Sceneario.com : D’ailleurs, peux-tu nous raconter la genèse de ce projet ?


Marc Lataste : C'est parti d'une illus, celle de Feya dans son cocon et Gonzague qui était devant. Ensuite, la thématique est arrivée assez vite, j'avais déjà eu des pistes d'histoires, j'avais quelques persos dans mes "carnets ».
L'idée et l'histoire sont arrivées assez facilement, je voulais faire un manga, c'était mon envie profonde donc je l'ai développé avec ce format et ce découpage narratif en tête. Une fois que je sais ce que je veux, c'est rapide !


Sceneario.com : Tu pars généralement sur des perso qui t'inspirent un univers, ou le contraire ?


Marc Lataste : c'est assez lié, mais les persos en général définissent l'univers. Je navigue toujours dans un univers magique avec des créatures. C’est un peu mon « Marcoverse" qui se constitue au fur et à mesure des années et des idées... Cette idée d'un monde de créatures magiques est assez ancienne.


Sceneario.com : C'est un bon creuset pour animer des tonnes de créatures bizarres et variées…


Marc Lataste : Oui voilà, mon terrain de jeu :-)


extrait


Sceneario.com : Toutefois, ici le ton se durcit légèrement. Cela reste fun dans la forme, mais le fond aborde des thèmes plus tendus.


Marc Lataste : Oui exactement. Ca reste quand même premier degré, avec des touches d'humour via quelques personnages. Et les thèmes, les messages, je ne vois pas de BD sans, en fait, surtout en jeunesse.


Sceneario.com : Ce que je veux dire c'est que ça aurait pu rester une histoire d'attaque de robots classique, mais tu y as collé un fond qui fait davantage réfléchir sur l'homme, la nature, les dérapages de la technologie, par exemple, sans pour autant que ça soit pompeux ni même envahissant !


Marc Lataste : Ah merci ;-)
Tu as bien résumé. J’ai un propos, des questions que je pose, et j'habille ça avec du fantastique, de l'aventure, etc. Ou l'inverse. Je me fais plaisir avec le fantastique et je trouve des questions à poser avec cet univers, ça dépend des fois, en fait !
Mais pour Feya, quand j'ai eu l'idée de l'histoire, les thématiques sont vite arrivées, naturellement. Ces thématiques m'intéressent personnellement, le respect du climat, le monde qu'on va laisser aux prochaines générations, la tolérance, aussi entre personnes et entre ethnies (ici les races), l'intelligence artificielle et les retouches génétiques etc. Il y a un peu toutes mes questions dans Feya, et mes réflexions.


extrait


Sceneario.com : Ce sont des questions qui reviennent de plus en plus en ce moment, surtout dans la jeune générations d'auteurs. On a hâte de voir vers quel dénouement va évoluer l'histoire ;-)
Sinon, passer de Gallimard à Vide Cocagne, comment s'est passée la transition ?


Marc Lataste : Très bien, ce sont des professionnels et des passionnés. Le suivi a été parfait et je suis très content de la façon dont ils gèrent le livre, la maquette, etc.

Dans mes exemplaires auteur, j'avais un sachet de bonbons ;-) Des petites attentions comme ça, c'est cool je trouve, ça reste humain.


Sceneario.com : Quand tu as fait le Professeur Infini, tu m'avais parlé d'un soutien plus ou moins similaire de Sfar, travailler dans ce genre de cadre plus complice c'est important pour toi ?


Marc Lataste : Oui c'est très important, ça joue pour la confiance aussi. C’est un rapport humain et chaleureux. Mais ça reste pro !
Quand Fabien me dit que ça ne va pas, je retouche, il a toujours raison. C'était naturel et efficace comme relation, et j'en suis très satisfait.


Sceneario.com : En partant sur Feya, tu voyais le projet comme conclusif, ou éventuellement ouvert vers autre chose ?


Marc Lataste : Je le voyais initialement comme une série longue. J’ai mis en place un univers riche qui peut s'étirer. Mais j'ai d'abord signé pour un tome et ensuite un tome 2 qui sort en aout de cette année, l'histoire s'arrêtera là.


extrait


Sceneario.com : J'imagine que tu es en plein dans la finition du second volume en ce moment !


Marc Lataste : Bien vu :-) J’attaque la page 166 en ce moment !


Sceneario.com : Et qu'en est-il du Professeur Infini ? Un retour possible ou c'est en stand by ?


Marc Lataste : Non, rien de prévu pour lui. J’avais un cycle de 3 tomes en tête que j'ai proposé à Gallimard, mais ils ne m'ont jamais répondu !


Sceneario.com : Et l'après Feya, tu y as un peu pensé ? D'autres envies ? BD ou animé ?


Marc Lataste : J'ai bossé sur la saison 2 de Bapt et Gael en tant que concept artist. Là je termine quelques trucs dessus et j'ai quelques projets notamment avec Allan Barte, qui sont en cours, en BD et en anim’.


Sceneario.com : Tes deux domaines de prédilection !
C'est cet héritage qu'on ressent bien dans tes albums !


Marc Lataste : Oui, ce sont les deux domaines dans lesquels je veux me développer et bosser. Pour moi il n'y a pas de frontière entre les deux. Le plus important, c'est l'histoire.


extrait


Sceneario.com : Tout à fait !
Avant de te laisser, je voudrais un peu savoir quels sont tes lectures du moment, tes coups de cœur en animation ?


Marc Lataste : Alors…
Je viens de terminer un essai de Vincent Brunner sur les super héros (« Les super héros, un panthéon moderne » chez Robert Laffont) et un autre de Thomas Snegaroff sur un parallèle entre Star Wars et l'histoire des Etats-unis (« Star Wars, le côté obscure de l’Amérique » chez Armand Collin), les deux étaient super. Sinon, j'ai fini récemment la vie de Tezuka en manga (« Osamu Tezuka: Une vie en manga » chez Pika), c'était à la fois passionnant et démoralisant. Il tombait plusieurs centaines de pages en un mois…
Ca calme.


Sceneario.com : En tout cas je te remercie de t'être prêté au jeu des QR.


Marc Lataste : Plaisir partagé ;-)
A très bientôt !