interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Entretien avec le cavalier Jacques Terpant, explorateur du Royaume de Borée

Entretien avec le cavalier Jacques Terpant, explorateur du Royaume de Borée

par le voyageur BertholD en visite dans ces contrées lointaines

Sceneario.com : Bonjour Jacques. Un an après en avoir fini avec l’aventure des Sept cavaliers, te voilà de nouveau en compagnie des Pikkendorf avec ce premier tome (sur quatre) du Royaume de Borée. Es tu devenu le chroniqueur officiel de cette famille ? Ou simplement, as-tu eu envie de revenir sur cet univers imaginé par Jean Raspail et en faire partager le voyage aux lecteurs ?


Jacques Terpant : Effectivement ,je deviens une sorte de chroniqueur officiel,disons qu'à la fin de sept cavaliers, je n'avais pas l'impression d'avoir fait le tour du sujet.Jean Raspail qui n'intervient pas dans mon travail ,était enthousiaste sur le résultat et m'a dit que tout ce qu'il avait écrit était à ma disposition. Mon choix s'est porté sur le Royaume de Borée,dont l'univers me paraissait me correspondre et s'adapter à la BD. La famille Pikkendorff traverse son œuvre,ce sont parfois des personnages principaux comme dans sept cavaliers avec Silve de Pikkendorff,ou dans le Royaume.Parfois de simple silhouette qui passe comme ce Pikkendorff en Patagonie dans « moi Antoine de Tounens roi de Patagonie;jean Raspail en a dressé un dictionnaire complet ,resté inédit il me l'a confié pour en faire un dictionnaire illustré.Je le commence parallélement.


Sceneario.com : Comment as-tu choisi le thème de ce premier tome ?


Jacques Terpant : Le royaume de Borée et une saga qui commence au XVII e et finit au XXe ,j'ai décidé de structurer le livre en Quatre époques,pour les trois premiers albums ,l'époque et les évènements correspondent à un personnage ,un membre de cette famille Pikkendorff,ce sera un peu différent au dernier tome ,bien qu'il y est là aussi « une »pikkendorff.


Sceneario.com : as-tu choisi facilement les nouveaux personnages de cette nouvelle aventure?


Jacques Terpant : Je suis fidèle au roman,je n'ai pas eu de choix à faire de ce coté là, les seuls choix sont ceux de la manière de raconter l'histoire.


Sceneario.com : D’ailleurs, fais tu un casting avant de te lancer dans les premières planches ?


Le Royaume de Borée

Jacques Terpant : Toujours ,je cherche les principaux personnages,d'après leur caractère, il n'y a pas beaucoup de description de personnages (au sens physique) chez Raspail,donc je les cherche,l'époque aussi,fait l'objet du même travail ,il y a un coté Oriental dans ce premier album, dans les costumes des grands ducs etc... plus on avance dans le temps et les albums,ceci va s'occidentaliser.


Sceneario.com : comment se déroule une journée de travail pour Jacques Terpant ?


Jacques Terpant :Je vis à la campagne,je quitte mon domicile entre 8h et 9 h ,ma maison est située au pied de la montagne ,derrière il n'y a plus que la forêt ,je descends ensuite travailler,mon atelier est dans le village plus bas (quinze maisons) je suis un des seuls dessinateurs qui met des chaussures de montagne,pour aller dessiner.Je travaille ,je fais une coupure d'une heure pour déjeuner à l'occasion de laquelle ,je remonte chez moi,je redescends travailler jusqu' à 2O h ,je ne fais pas de rupture du week-end;Une vie de moine bénédictin ,qui alterne la marche et le dessin.


Sceneario.com : Comment as-tu « crée » cet endroit que nous voyons dans ce tome ? L’as-tu imaginé ? De quoi t’es tu inspiré ?


Le Royaume de Borée

Jacques Terpant : Je me suis inspirée de la nature de l'est ,la taîga ,la forêt russe.Pour la ville de Ragen,c'est une ville frontière ,comme les villes de l'ouest américain .Je suis partie de ce principe en prenant plutôt en compte le mode de construction russe.Pour le fort je me suis inspiré des forts que l'on construisait dans l'Amérique française,du Vauban (on est au XVII e) mais en bois.Les costumes j'en ai parlé ,plus haut une jeune étudiante polonaise en costume,m'avait donné pas mal de docs,qu'elle soit ici remerciée.


Sceneario.com : que gardes tu des livres de Jean Raspail lorsque tu adaptes son œuvre ?


Jacques Terpant : Ce que je crois être l'essentiel,il y a des choix à faire bien sûr ,des abandons,la BD prend de la place et il faut se méfier des chemins de traverse qui perdraient le récit.Mais je garde tant que je peux ses dialogues, j'utilise des « voix off » dans le récit et je suis là ,le plus souvent très fidèle à sa langue.


Le Royaume de Borée

Sceneario.com : Cet univers semble t’aller comme un gant, dirais-je. Il a du être fait pour toi. Mais n’as-tu pas envie d’aller vers d’autres horizons ? Ou bien comptes tu faire du western avec un Pikkendorf aussi, par exemple ?


Jacques Terpant : J'ai écrit un scénario qui se passe aux Etats Unis ,dans la période française, en Illinois, c'est vrai qu'un « Pikkendorff » emprunté à Jean Raspail, chez qui il n'a vécu que quelques lignes,prend là un peu plus d'importance, un clin d'oeil amical.


Sceneario.com : Quel est la part de Jean Raspail dans ton travail d’adaptation ?


Jacques Terpant : Il n'intervient pas,il aime à dire qu'il ne voit le tout que quand l'album sort.


Sceneario.com : As-tu d’autres projets en prévisions par la suite ?


Jacques Terpant : Pas mal! J'ai donc 3 albums à faire pour le royaume de Borée,le dictionnaire des Pikkendorff qui est un livre d'images, le scénario dont j'ai parlé,plus quelques autres projets d'histoire,cela va me faire quelques aller et retour sur mon chemin de chèvres.


Sceneario.com : Quel a été ton dernier coup de cœur pour une bande dessinée ? Et pour un livre ?


Jacques Terpant : Ce ne sera pas de l'actu ,mais je me suis amusé à relire Barbe noire de Remacle (un souvenir d'enfance); ce dessin de Remacle était charmant et il n'a pas assez été reconnu. Pour un livre ,un qui sort aussi cette rentrée et qui accompagne bien le monde de la Borée c'est « six mois en Sibérie de Sylvain Tesson » éditions Gallimard.


Le Royaume de Borée

Sceneario.com : quel a été ton dernier coup de coeur pour un film ?


Jacques Terpant : Un vieux truc mais revu récemment sur ARTE le film de Wim Venders « Buena vista social club » sur les musiciens de la Havane,complètement oubliés ,Ibrahim ferrer est cireur de chaussures, on les redécouvre,on les filme ils font un disque ,une tournée triomphale à travers le monde ,juste à temps ,ils ont entre 70 et 90 ans,juste avant de disparaître, de très beaux et émouvants parcours d'artistes


Sceneario.com : quel a été ton dernier coup de coeur pour une musique ?


Jacques Terpant : À l'occasion de sa mort j'ai réécouté Amy Whinehouse,il y avait quelques grands titres ,je garde back to black.


Sceneario.com : Merci Jacques pour ce temps passé avec nous.


Jacques Terpant : Mais à bientôt...