interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Christophe CHABOUTE

Christophe CHABOUTE

Christophe CHABOUTE pour son album "Les Princesses aussi vont au petit coin"

Sceneario.com : Que représente aujourd’hui pour vous la bande dessinée ?


Christophe CHABOUTE: Une manière de raconter … un outil ou un support a "tout" raconter avec tres peu de moyens … une bonne combinaison texte/image , le texte sert l'image et l'image sert le texte et jouer avec l'intensité des deux et de l'un vis a vis de l'autre …


Sceneario.com : Qu’est ce qui a fait qu’un jour vous avez décidé de vous lancer dans le monde du neuvième art ?


Christophe Chaboute

Christophe CHABOUTE: L'envie de raconter …


Sceneario.com : Vous travaillez seul, pouvez-vous nous parler de ce choix ?


Christophe CHABOUTE: Je n'ai pas envie de discuter pendant des heures sur la place d'une "virgule" ou la forme du nez d'un personnage, j'ai besoin de changer d'avis au dernier moment et l'impression de travailler "pour quelqu'un" me stresse et j'ai simplement des choses a raconter et je préfere assumer tout ça tout seul …


Sceneario.com : Le fantastique latent et suggéré est une composante récurrente de vos histoires. Qu’est-ce qui vous plait dans cette démarche ?


Christophe CHABOUTE: J'aime bien les choses qui se décallent , les choses qui vont aller là ou on ne s'attend pas quelles aillent … rendre le "banal" etonnant , le quotidien "délirant" , simplement regarder autrement ...


Christophe Chaboute

Sceneario.com : Les lieux dans lesquelles évoluent vos personnages ont une place importante dans le récit. Ils participent pleinement à l’instauration de cette atmosphère pesante où les croyances mystiques prennent vie.


Christophe CHABOUTE: heu ! oui mais le défi serait aussi de rendre le coin de la rue terriblement oppressant si besoin est … j'essaye de détourner les clichés ou les "habitudes de regards" , regarder autrement , toujours , pour arriver a montrer autrement Les campagnes reculées et la mer sont vos deux décors de prédilection : des paysages où l’Homme est peu présent et où c’est la nature qui est maître des lieux. je connais assez bien la campagne et maintenant un peu mieux la mer … je pense que si j'avais passé 10 ans a new york , j'aurais fais des bouquins sur new york … je travaille avec ce que je connais, je ramasse ce que j'ai a mes pieds , je fais mon "petit marché" avec ce que j'ai autour de moi …et je l'utilise dans mes histoires La plupart de vos histoires prennent la forme d’un polar sombre où la noirceur de l’âme humaine guide l’intrigue. Mais bien souvent elles dépassent le simple récit de genre.



Christophe Chaboute

Sceneario.com : Pouvez-vous nous en dire plus sur cette volonté ?


Christophe CHABOUTE: Il y a toujours ce problème de vouloir classer des bouquins dans des genres, j'ai envie des parler de mes personnages et de les monter comme ils sont, ni bon, ni mauvais, juste comme ils sont, tout simplement. Ils n'ont pas tous une âme noire, souvent ils avancent du mieux qu'ils peuvent … et c'est ça qui m'intéresse. Hormis Purgatoire et Construire un feu, toutes vos bandes dessinées sont en noir et blanc. j'utilise la couleur quand elle sert l'histoire , quand elle devient un outil suplémentaire a raconter en plus du texte et de l'image. c'est evident dans Purgatoire, il suffit de le feuilleter... et la couleur dans construire un feu a pour but de rendre le blanc encore plus terrifiant… mais c'est vrai que j'ai une prédilection pour le noir et blanc.



Christophe Chaboute

Sceneario.com : Vos personnages parlent peu, pouvez-vous nous parler de ce choix ?


Christophe CHABOUTE: Pourquoi les faire parler juste pour paraphraser une action ou un sentiment que le lecteur a déja compris avec le dessin ?


Sceneario.com : Votre narration passe donc principalement par le dessin. Vous travailler particulièrement les regards et les expressions de vos personnages.


Christophe Chaboute

Christophe CHABOUTE: Ce qui n'est pas dit ou sous entendu est souvent plus interressant … je préfere le défi de faire passer tout ça par l'image ...


Sceneario.com : Le choix des cadrages n’est pas non plus anodin à cette option narrative. Comment travaillez-vous votre mise en scène ? Que recherchez-vous par là ?


Christophe CHABOUTE: je ne me pose pas trop de questions pour les découpages , j'essaye d'aller le plus vite possible dans mes story boards justement pour ne pas trop réfléchir et ne pas m'enliser dans trop de questions . j'essaye de jeter les images sur papier comme elles défilent dans ma tête ... Dans Les princesses aussi vont au petit coin, vous vous livrez au lecteur de manière peut-être plus explicite que dans vos précédent livre.


Sceneario.com : Pouvez-vous nous parler de cette envie ?


Christophe CHABOUTE: non! j'ai mis en scenes certaines chose en les "donnant" sous couvert de dessins narratifs … je n'ai pas envie d'en dire plus …


Sceneario.com : Vous soulevez un point essentiel de votre œuvre dans Les princesses aussi vont au petit coin : tous vos albums sont teintés de tristesse. Ce qui m’amène à cette question : comment faites-vous pour vous renouveler à chaque histoire tout en restant fidèle à vos obsession ?


Christophe CHABOUTE: je ne sais pas si je reste fidèle a mes obsessions , j'écris et je dessine,j'invente des histoires je raconte et j'essaye de ne pas tourner en rond dans ce que je raconte , mais c'est toujours le même bonhomme qui tient le crayon et la plume , donc forcément le fond reste le même … mais au niveau des "obsessions" je vais très bien si ça peut vous rassurer :-)


Sceneario.com : Les princesse aussi vont au petit coin est une métaphore de la fuite. De quoi avez-vous peur ?


Christophe CHABOUTE: "vous" considerez que c'est une métaphore de la fuite, c'est votre interprétation … chaque personnage du bouquin essaye soit "de retrouver" , "de quitter" ou "d'arriver à" et tous "essayent de" … chacun va interpreter le bouquin a sa maniere, c'est ça qui est amusant et flatteur pour moi, ça signifie peut etre que j'ai laissé assez de portes ouvertes au lecteur pour qu'il s'approprie l'histoire Jorn, Suzanne et Marco terminent leur périple au bord d’une plage. L’écrivain, avec son épouse et sa fille (peut etre pas bon pour le lecteur qui va découvrir le bouquin), scrute l’horizon assis sur une dune. Ils finissent tous en face de la mer. Cela ne peut être un hasard. oui , ils arrivent tous au bout ou au bord de quelque part … en tous cas tout et tous se rejoignent a la fin et tout s'explique , même le titre …


Christophe Chaboute

Sceneario.com : Avez-vous un nouveau projet ? L’histoire sera-t-elle triste… ?


Christophe CHABOUTE: elle sera en noir … et blanc … je ne parles jamais de mes nouveaux projets, tant qu'ils sont sur ma table a dessin je me les gardes jalousement … Mais une fois publié ils appartiennent entièrement au lecteurs


Sceneario.com : Christophe, merci beaucoup.