interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Avec les morts...les secrets de Viozat

Avec les morts...les secrets de Viozat

Interview de son scénariste Sébastien Viozat

Sceneario.com : Bonjour Sébastien. Ton actualité est donc la sortie de « AVEC LES MORTS » avec RaphaëlB chez Ankama, éditeur chez qui tu avais publié déjà « MA VIE DE ZOMBIE ». Deux livres sur les morts vivants, deux livres qui s se passent dans un cimetière et où l’un des personnages principaux est le gardien. Tu penses faire une trilogie genre Sergio Leone ?


Sébastien Viozat : Je dois dire que l’idée nous a traversé la tête, mais nous l’avons mise de côté, car RaphaëlB et moi sommes partis sur d’autres projets avec des collaborateurs différents. Il n’est pas exclus qu’on refasse une BD sur le thème « cimetière / gardien / zombies », mais ce ne sera pas pour tout de suite. On va également voir si Ankama nous sollicite pour un 3ème opus, ce qui va dépendre de l’accueil de « AVEC LES MORTS » par les lecteurs.

Sceneario.com : Pourquoi un nouveau récit donc sur les morts vivants ? Qu’est ce qui t’attires sur ce sujet ?


Sébastien Viozat : Le zombie est un de mes sujets favoris. Il est l’incarnation d’une entité devenue immortelle, caressant le rêve de l’Humanité de braver un jour la Mort… mais à quel prix ! Il suscite à la fois l’envie et le dégoût. Quand on contourne un peu les clichés de base – les zombies qui trainent des pieds, obnubilés par la chaire fraiche – le genre « mort vivant » devient un gigantesque terrain de jeu et d’écriture. Du coup, après avoir tâté du zombie intimiste avec « MA VIE DE ZOMBIE », nous passons au zombie manipulé et révolté dans « AVEC LES MORTS ».

Sceneario.com : Quels ont été tes influences pour ce sujet ?


Sébastien Viozat : « AVEC LES MORTS » est un bouquin presque politique : il y est question d’une population de morts dirigée par un vivant autoproclamé chef absolu. Celui-ci manipule les zombies, jouant tantôt le dur, tantôt le bienfaiteur, afin de les avoir à sa botte… jusqu’au jour où la révolte gronde, appelant répression et insurrection. Finalement, l’histoire pourrait se dérouler dans un ghetto, voire une entreprise, ou être transposée à une population plus large, à l’échelle d’un pays. Être confronté à des manipulations politiques n’est-il pas devenu notre sport national favori depuis quelques temps ?

Sceneario.com : Qu’as-tu en projet après ton incartade dans le monde des morts-vivants. ? Vas-tu visiter d’autres univers ?


Sébastien Viozat : Je suis en train de prendre l’air du grand large via une BD de pirates nommée « TORTUGA », avec le superbe Antoine Brivet au dessin et l’éblouissante Virginie Blancher aux couleurs. Le tome 1 (sur 2) devrait sortir chez Ankama en septembre 2010. Et plusieurs projets en gestation, que je ne peux pas évoquer pour l’instant car pas assez mature !

Sceneario.com : Quelle est ta technique de travail ?


Sébastien Viozat : Je crois qu’elle doit être assez commune dans le petit monde des scénaristes. Je propose un découpage à Raphaël. Celui-ci me donne son avis, on ajuste éventuellement les dialogues. Puis il me propose à son tour un story-board, qu’on modifie au besoin. Puis viennent les étapes du crayonné, de l’encrage et de la mise en couleurs.

Afin de travailler de façon dynamique, on utilise beaucoup la messagerie instantanée, qui permet une bonne réactivité sans être aussi intrusif que le téléphone. Les bonnes semaines, nous avons bouclé jusqu’à 1 planche par jour à partir des story-boards !

Sceneario.com : au fait, que devient Paul Neutron ?


Sébastien Viozat : Ah tu remues la hallebarde dans la plaie là ! Paul Neutron a pris une retraite anticipée sans avoir bouclé sa première aventure. Après un différent majeur et insoluble avec Théloma éditions, et après avoir cherché en vain un autre éditeur pour boucler le tome 2, Guillaume Tavernier (le dessinateur) et moi avons décidé de jeter l’éponge. Ca me fend le cœur, surtout que le scénario est déjà écrit… Qui sait, peut-être un jour nous ferons revivre l’ami Paulo, mais chaque mois qui passe rend cela de moins en moins probable.

Sceneario.com : Pourquoi avoir choisi RaphaelB ? Qu’est ce qui t’a plu dans son dessin ?


Sébastien Viozat : RaphaelB a trois grandes qualités : un trait dynamique, un sens de la mise en scène hors du commun, et un amour partagé de l’univers zombiesque. Mais pour être franc, ce n’est pas moi qui ai choisi Raphaël, mais l’inverse ! Il savait que je travaillais sur un projet de zombies avec un autre dessinateur. Il a attendu patiemment que son prédécesseur parte vers d’autres horizons pour me déclarer sa flamme. Nous avons fait l’amour toute la nuit, puis il m’a avoué le lendemain qu’il avait fait cela uniquement pour travailler sur « MA VIE DE ZOMBIE ». Je l’ai traité de salaud, casser quelques vases en couinant, puis j’ai immédiatement accepté de bosser avec lui !

Sceneario.com : Tiens, petit quizz morts vivants.
- si je te dis : La nuit des morts vivants ?


Sébastien Viozat : Un des meilleurs films du genre que je connaisse, et un des premiers, réalisés par Romero, le pape des morts vivants, celui qui a ouvert la voie, grand maître respectable qui n’a jamais démordu du sujet. Total respect !

Sceneario.com : - Zombie ?


Sébastien Viozat : Tu veux parler du « Dawn of the dead » de Romero ? Là encore, un film de référence, malgré des effets spéciaux qui ont très mal vieilli (zombies à la peau bleue et confiture de framboise à gogo !). Une super idée que celle de ce quatuor de survivants qui s’enferment dans un supermarché assiégé par les morts.

Sceneario.com : - Lucio Fulci ?


Sébastien Viozat : Le maitre du Z italien, capable du meilleur (« l’enfer des zombies », et son affrontement mémorable subaquatique entre un zombie et un requin !) comme du pire (« la maison prêt du cimetière », avec son méchant de pacotille, nommé Dr.Freudstein, rapide comme un bulot cuit et qui malgré tout parvient à découper tout le monde sans soucis). Respect aussi pour ce Maestro !

Sceneario.com : - Walking Dead ?


Sébastien Viozat : Une grande référence de la BD de zombies. Un survival à la trame classique, mais très bien mené et accrocheur, même si parfois je trouve cela un peu trop bavard, voire « trop américain » sur les sujets abordés par les vivants.

Sceneario.com : - Marvel Zombie ?


Sébastien Viozat : Alors là je suis un énorme fan ! En adepte des Marvel depuis plus de vingt ans, et des zombies, je ne peux qu’adhérer à une série comme celle-ci. Vraiment génial, gore, atypique, et irrévérencieux. Peter Parker zombie qui mange Mary-Jane… fallait oser !

Sceneario.com : - Thriller ?


Sébastien Viozat : Si tu savais à quel point ce clip vidéo a pu me terroriser quand j’étais bambin ! Dés que j’entendais les premières notes, je taillais la route dans ma chambre, porte fermée, tête sous l’oreiller. Je ne mens pas ! Salaud de Mickaël !

Sceneario.com : - Le loup garou de Londres ?


Sébastien Viozat : Ah, une des plus belles transformations d’homme en loup garou que j’ai vu a cinéma. C’est un peu le cœur du film d’ailleurs, le reste ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.

Sceneario.com : - La boum ?


Sébastien Viozat : Probablement le film le plus terrifiant que je n’ai jamais vu dans ma vie ! « Dreeeeeeam is my reeeealityyy… » Je me moque mais « la boum » pourrait servir de base à une BD de zombie bien gore, façon « Dead Set ».

Sceneario.com : Parlons un peu de tes lectures BD. Quelles sont celles qui t’ont le plus marqué ?


Sébastien Viozat : Je crois que la BD qui m’a le plus marqué est « Quartier Lointain » de Taniguchi. J’ai été sidéré à la fois par la force du trait, et la qualité de l’histoire. Une perle absolue, à mettre par la gueule de tous ceux qui crachent sur la BD japonaise.

Sceneario.com : Et dernièrement, tes coups de cœurs ?


Sébastien Viozat : Je citerais « Blast », le dernier Larcenet, au graphisme noir et blanc qui pique droit au cœur, et dans un style totalement différent le « Ultimates » tome 2 qui m’a bien rectifié la tronche. Le tome 5 de « West » m’a fait bien mal également. Et puis mieux vaut tard que jamais, je viens de découvrir la BD « Nausicaa » de Miazaki : juste de l’or en barre, la larme à l’œil à chaque planche devant un univers, une histoire et une mise en page aussi riches !

Sceneario.com : Des coups de cœur cinématographiques ? Musicaux ?


Sébastien Viozat : Ah j’ai pris une bonne claque récemment au cinéma en allant voir « le Ruban blanc », le dernier film du magnifique Haneke. Un film lent, pesant, immersif, à la réalisation posée et à la photographie noir et blanc hors du commun. Vraiment génial !

Et une bonne claque musicale : le concert de « Rammstein ». Jamais vu un ovni pareil, du spectacle à l’état pur… le tout à coup de lance flammes en plein Zénith !

Sceneario.com : Merci Sébastien pour ces retrouvailles et le temps passé avec nous.


Sébastien Viozat : Merci à Sceneario pour son accueil toujours très sympathique !