interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Augustin Lebon, est un diable déchu du Nevada

Augustin Lebon, est un diable déchu du Nevada

Augustin Lebon dessinateur de la série "LE REVEREND"

Sceneario.com: Bonjour Augustin. Ton actualité est la sortie du tome 1 de la nouvelle série Le Réverend. Un western. Mais avant tout, peux-tu te présenter, nous raconter ton parcours.


Augustin LEBON : Ça va être rapide, je n’ai que 25 ans ! Je suis originaire du Nord de la France, j’ai suivi des études classiques jusqu’à mes 18 ans. Puis je me suis installé à Bruxelles pour suivre des études de BD à l’Institut Saint-Luc. J’y ai rencontré ma compagne, également dessinatrice, et quelques copains avec qui nous avons monté un atelier après nos études. J’ai bossé sur différents projets bds qui n’ont pas aboutis, comme animateur au musée de la BD de Bruxelles, fait quelques illustrations à droite à gauche…et deux ans plus tard, j’ai commencé à travailler sur Le Révérend.

Révérend Carnet de croquis

Sceneario.com: Comment es-tu arrivé aux Editions Emmanuel Proust?

Augustin LEBON :Lylian et moi avons proposé le projet du Révérend à plusieurs maisons d’éditions. Emmanuel a été l’un des premiers à réagir (un ou deux jours après l’envoi du dossier je crois). Il était très intéressé. Je l’ai donc rencontré sur Paris peu après, avec mon carton à dessin sous le bras et le stress au bide, il a été très sympa. A l’inverse de moi, il est du genre bavard donc le courant est vite bien passé. Et il aime vraiment bien mon travail, ça aide. Il a fait quelques suggestions sur le projet et sur mon dessin, mais il était partant. Nous aussi.

Sceneario.com: Avec Lylian, le scénariste du Révérend, tu te lances dans un western. Qu’est-ce que ce thème représente pour toi ? Pourquoi ce choix ?

Augustin LEBON :Pour moi c’est une évidence, j’ai toujours été un grand fan de westerns, depuis tout petit. Difficile d’expliquer d’où vient cette passion mais j’adore cette époque où les grands espaces avaient encore le dessus sur l’Homme. Les distances étaient hallucinantes, le courrier arrivait six mois en retard quand il arrivait, du coup les réputations étaient bâtis sur des rumeurs foireuses ou des tissus de mensonges. Et puis c’est sauvage, violent…Pour raconter des histoires, cette époque a un sacré potentielle ! C’est moi qui ait initié le projet d’ailleurs, je cherchais un scénariste pour m’écrire un bon western, un truc classique, bien foutu. Lylian était emballé, son pitch m’a plu, j’ai senti qu’on pouvait bâtir un projet solide, du coup on s’est mit au travail !


Révérend Carnet de croquis

Sceneario.com: Quelles ont été tes influences ?


Augustin LEBON :En BD : Durango, Bouncer, Blueberry, Commanche, et plus récemment Le Grand Siècle, une vraie claque niveau dessin ! Sur écran : Principalement Sergio Leone (évidemment !), Le Grand Silence, McCabe & Mrs. Miller, la série Deadwood, (culte !), les quelques westerns d’Eastwood, et pas mal de westerns moderne comme le remake de 3h10 to Yuma, Open Range, ou L’assassinat de Jessie James.

Augustin LEBON :En roman : Le sang des Daltons (les vrais !), Incident à Twenty Miles, Méridien de Sang, et j’en oublie pleins…

Sceneario.com: As-tu inséré dans ton dessin une ambiance plus western classique ou plus « spaghetti » ?


Augustin LEBON :Principalement « spaghetti » je pense, parce que j’ai tellement vu les films de Leone et lu les Durango étant ados que ça ressort forcément dans mon dessin. Mais ce n’est pas vraiment un choix, d’ailleurs je m’en fous un peu, j’essaye de retranscrire au mieux l’époque en fonction de ma documentation et de ce qui me plait, le reste vient naturellement…

Sceneario.com: Comment sont nés les personnages de cette histoire ? Comment choisis tu les personnages ?


Augustin LEBON :Pour le premier tome, Lylian m’avait fourni une description assez précise des personnages principaux et on a travaillé ensemble. Surtout les personnages d’Angus et Deborah. Pour le second, c’est un peu plus instinctif, on en discute oralement et je m’y mets. Généralement je commence par me documenter, dans des bouquins où sur le net, je cherche des idées, de l’inspiration. Et une fois que j’ai emmagasiné tout ça, j’essaye de trouver la gueule qui convient et le costume qui sera crédible. Il m’est aussi arrivé de m’inspirer d’un acteur mais c’est rare.

Sceneario.com: Comment travailles tu ? De quel façon t’organises tu avec Lylian ?


Augustin LEBON :Lylian me fournit un découpage écrit assez poussé, souvent séquence par séquence. Là encore, la première étape pour moi, c’est la documentation, j’amasse pleins de photos et d’idées, puis je réalise le storyboard de la scène en modifiant des petites choses si besoin, on en discute, on ajuste, une fois qu’on est ok, j’envoie le tout à Emmanuel pour avoir son avis, puis je crayonne et j’encre. Et enfin, je fais quelques indications couleurs pour notre coloriste, Hugo Poupelin.

Sceneario.com: Petit questionnaire western : Blueberry ?


Augustin LEBON :Un grand classique ! Je les lisais chez mon voisin étant gamin, mais j’ai mis un peu de temps avant d’y revenir. Il a fallu que je voie une superbe expo sur Giraud à Paris pour avoir envie de m’y replonger. Ces originaux m’ont vraiment scotché…c’était impressionnant. Depuis j’ai bien sûr racheté toute la collection. C’était un vrai maître du western, mais ça, ce n’est pas un scoop !

Sceneario.com: Comanche ?


Augustin LEBON :Découvert tout récemment ! A vu de nez, je n’étais pas spécialement fan du boulot d’Hermann, mais Lylian m’a poussé à les lire, puis on m’a mis entre les mains une édition noir et blanc grand format de l’album « Les Loups du Wyoming », et j’ai couru acheter les 2 intégrales.

Sceneario.com: Lucky Luke ?


Augustin LEBON :Je les ai relus il y a quelques années, c’est toujours excellent, surtout ceux avec Goscinny. Ca a vieillit c’est sûr, mais je reste admiratif de la facilité avec laquelle ça se lit…c’est vraiment découpé à merveille !


Révérend Carnet de croquis

Sceneario.com: Pale Rider ? L’Homme des hautes plaines ? Impitoyable de Clint Eastwood ?


Augustin LEBON :J’accroche un peu moins à L’Homme des hautes plaines, où les personnages sont un peu bancals à mon goût, mais les deux autres sont des références. Surtout Impitoyable, la scène du début où Eastwood s’exerce au tir devant ses gosses est terrible. Ca rejoint ce que je disais sur cette époque, ça traite des rumeurs et des réputations foireuses qu’on pouvait avoir. Et la mise en scène est magnifique…

Sceneario.com: Rio Bravo d’Howard Hawks ?


Augustin LEBON :Pas vu ! Mais j’ai un peu de mal avec John Wayne…

Sceneario.com: La Horde sauvage de peckinpah ?


Augustin LEBON :Non plus, mais celui-là est sur ma liste, ça ne devrait pas tarder !

Sceneario.com: Outre la suite du révérend, as-tu d’autres projets en route ?


Augustin LEBON :Un autre western où je fais scénario et dessin. Un truc sur des hors-la-loi après la guerre de sécession. J’y travaille en parallèle de temps en temps, même si pour l’instant la priorité c’est le tome 2 du Révérend, ainsi qu’un petit carnet de croquis qu’on sortira l’année prochaine avec Lylian.

Sceneario.com: Merci pour ce temps passé avec nous.

Augustin LEBON :Mais de rien ! C'était avec plaisir !