interview bande-dessinée, interview auteurs bande-dessinée, Alice PICARD, Rencontre avec une jeune dessinatrice

Alice PICARD, Rencontre avec une jeune dessinatrice

Rencontre avec une jeune dessinatrice douée

 
SCENEARIO : Bonjour Alice. Weena 3 est sorti en début d’année 2005 , et Weena 4 en octobre 2005.
Mais avant toute chose, peux-tu te présenter ? Ton parcours avant de commencer Weena ?
Alice PICARD: Je suis née à Bordeaux en 1975, et depuis toujours, j’ai eu l’envie de dessiner, et surtout,de raconter des histoires, par l’intermédiaire de mon dessin.
Comme beaucoup de gens, j’ai été nourrie et abreuvés de dessins animés dont je m’amusais à refaire les personnages et de romans dont je m’inspirais. J’ai aussi vécu dans des lieux ( par exemple dans l’ aile d’un château datant du XVIe pendant deux ans ) et un environnement qui incitent à la création
J’ai toujours su que je voulais travailler dans le dessin, mais je n’avais jamais pensé à la BD, j’en lisais, bien sur, mais c’est plutôt le dessin animé qui m’inspirait..
J’ai fait des études générales dans un lycée de campagne avant de faire deux ans d’arts appliqués à Toulouse, une année de mise à niveau puis une première année de BTS Expression Visuelle, Image de Communication… Beaucoup d’art appliqués mais bien peu de dessin dans cette formation.. J’ai ensuite présenté le concours d’entrée au Gobelins pour m’entraîner , car je pensais aller au bout de mon BTS. Mais le sort en a voulu autrement, j’ai réussi toutes les épreuves du concours, et entre le graphisme publicitaire et le dessin animé, mon choix était fait. Je suis donc partie à Paris pour étudier aux Gobelins. Je ne pensais encore jamais que je travaillerais dans la BD un jour, mais quelque chose aurait du me mettre la puce à l’oreille : C’est à l’étape du story board de mes exercices d’animations, que je m’amusais le plus. Dès qu’il fallait passer à l’animation pure, je m’ennuyais…
A l’issu des Gobelins, j’ai travaillé pendant un an et demi, chez Disney, en tant qu’intervalliste sur Tarzan. C’est un travail de petite main, mais qui m’a beaucoup aidé à progresser en dessin et a développer le trait que j’utilise maintenant en BD.
A la fin de Tarzan, j’ai quitté Disney et je suis revenue à Bordeaux , rejoindre Kalisto, une boite de jeu video pour y faire de l’animation 3D. Voilà une occupation qui ne m’a vraiment pas intéressée, je bâclais mes animations afin de pouvoir dessiner pour moi. De plus , le travail à Kalisto n’était pas vraiment motivant, la plupart des jeux développés dans cette boite étaient systématiquement arrêtés donc les gens se rabattaient sur des projets persos.
J’ai eu la chance d’avoir mon bureau pas loin de celui de Marc Moréno qui avait déjà commencé sont tome 1 du Régulateur depuis quelques mois. Il a vu mes dessins et m’a proposé de me présenter à son scénariste. C’est ainsi que j’ai rencontré Corbeyran, avec ma caisse de dessins ƒº Il avait déjà écrit le synopsis du premier tome de Weëna que deux jours après, je retrouvais dans ma boite aux lettres.


 
SCENEARIO : Weena est une œuvre d’Heroïc-Fantasy. On est plus habitué à voir des « garçons » dans ce genre là.
Alice PICARD: J’avoue que l’appellation « Heroic-Fantasy » me fait un peu grincer les dents. L’Heroic Fantasy m’ évoque un récit mettant en scène un héros, musclé et puissant ( le corps huilé, le slip en fourrure et l’épée plus grosse que lui, accompagner de la jolie fille en bikini côte de mailles , et elle aussi avec une énorme épée , luttant contre les forces du mal, à la Conan. Tout ce qui me déplait.. Bon , je caricature un peu, je sais, mais à l’ « Heroic Fantasy », je vais préférer la Fantasy seule
En ce qui concerne Weëna, je veux juste raconter une histoire de princes et de princesses, à la façon des contes de fées, des légendes, des histoires qui me faisaient rêver quand j’étais petite. ƒº Et là, cela n’a plus rien de l’univers masculin de l’ « Heroic-Fantasy ».

Du coup, chaque nouveau tome nous apporte son lot de surprises car avec toutes ces questions qui surgissent, on finit par avoir des éléments complètement imprévisibles !
Bon, malgré tout ça, nous faisons attention de ne pas trop nous éloigner de la trame principale . 
SC : Sais-tu, à ce jour, combien de tomes comprendra la série ?

Nous ne connaissons pas exactement le nombre de tomes. Mais je peux déjà dire qu’il y aura deux cycles dont le premier devrait se terminer vers le 8ème tome . On prend notre temps car il y a des tonnes de choses à raconter et nous ne voulons pas d’un récit qui va trop vite …^^


 

SCENEARIO:
Corbeyran a dit dans « les dossiers de la Bande Dessinée » qu’il souhaitait que « Weena, héroïne féminine soit traitée par un auteur du même sexe, pour des questions de point de vue et d’intériorisation ».
Alice PICARD: Pour ce qui est de ressentir et de retranscrire Weëna, en temps qu’héroïne féminine, de l’intérieur.. j’imagine que c’est plus facile lorsqu’on est du même sexe, oui. Cela évite, sûrement de retomber dans les clichés d’un dessin plus ‘ masculin’. Je fais peut être complètement l’inverse lorsque je dessine les personnages masculins :D Cependant, garçons ou filles, j’essaie de les retranscrire tous des la même façon, suivant leur état d’esprit, leur passé et leur motivations.


SCENEARIO :Qu’apportes-tu à Weena ?
Discutes-tu du scénario avec Corbeyran ?
Lui suggères-tu des idées ?
Alice PICARD : Avant l’écriture de chaque nouveau tome, nous discutons beaucoup et mettons à plat toutes les idées qui pourraient nous servir. Ce ne sont pas vraiment des idées, mais plus des questions qui nous viennent à l’esprit par rapport à ce qui a déjà été écrit.. Tel personnage, fait telle chose, pourquoi ? que cherche t’il à faire ? qu’est ce qui le pousse à agir de telle façon, quels sont les fonctionnements du royaume, par rapport à telle ou telle chose.. Plein de questions de ce style surgissent et c’est avec leurs réponses que nous apportons de nouvelles idées. Et chaque nouveau lot de réponses engendrent de nouvelles questions ! On n’est pas sorti de l’auberge ! ƒº Ces idées varient en importances et beaucoup d’entre elles ne seront pas dévoilées dans les albums, elles nous servent juste à cerner les personnages et l’univers.
Chaque fois que je lis les scénarios, j’ai toutes les images dans ma tête, comme si j’y étais. A chaque lecture, je vérifie si ces images changent littéralement, ou si elles restent qu’à la lecture précédente. Si les images ne bougent pas, ma planche est prête pour le story board.. Ces mois de lecture et de préparation font que je n’ai pas beaucoup de recherches à faire, que je peux entamer mon découpage et mon story board de suite, et que je peux attaquer un album à n’importe quel endroit, je peux passer d’une page 6 à une page 28, et faire l’album dans un joyeux désordre ! Je travaille mes story boards à l’échelle de mes pages finalisées. Je n’ai plus qu’à les reprendre au propre, au crayon à papier. Je scanne ensuite le tout, en faisant des réglages sous photoshop, pour noircir le trait du crayon et préparer la page pour les couleurs. Une fois la page scannée et nettoyée , elle est envoyée à Elsa par le net. Plus besoin d’envoyer de cds par la poste.
 
SCENEARIO : Comment travailles-tu ? Fais-tu un story-board ?
Corbeyran te laisse-t-il carte blanche ou surveille-t-il ton travail ?
Alice PICARD:  Je travaille beaucoup avec ma mémoire, et je dirais, sur deux tomes à la fois…Avec Corbeyran, j’ai une chance inouïe : lorsque je commence un nouveau tome de Weëna, il m’écrit le tome suivant (ce que peu de scénaristes font.) Cela me permet d’anticiper sur ce qu’il va se passer dans l’album suivant lorsque je travaille sur l’album en cours. Ce nouveau scénario, je vais le lire et le relire pendant des mois , comme je l’ai fait pour le tome 5 lorsque je travaillais sur le 4.
Ce n’est pas non plus évident de laisser sa série à un coloriste, j’ai longtemps hésité, mais quand mon directeur de collection de l’époque m’a proposé de faire un essai avec Elsa Brants, j’ai sauté au plafond ƒº J’avais lu les "Chroniques de Magon" et j’étais vraiment fan de son travail ! Pour moi, il n’y avait qu’elle pour reprendre les couleurs de Weëna ! Elle a en fait, commencé les couleurs de Weëna dès les dernières pages du tome 2 que je n’aurais jamais pu terminer à temps sans son aide. Depuis, nous travaillons ensemble sur Weëna, et ce qu’elle fait est de plus en plus beau . De plus, elle est vraiment devenue un de mes meilleures amies . Cette collaboration n’est que du bonheur !


 
Corbeyran me laisse pratiquement carte blanche pour mon travail, surtout en ce qui concerne les designs, tout comme moi pour les couleurs, cela apporte un effet de surprise sur notre travail. Je lui montre régulièrement de nouvelles pages, mais plus pour la motivation que pour la vérification.


SCENEARIO : Tu as fait les couleurs des 2 premiers tomes. Pour le 3ème, tu laisses la place à Elsa Brants. Pourquoi ce choix ?
Alice PICARD: J’aime bien travailler la couleur, mais je me suis aperçue que c’était trop de pression que de bosser sur les albums à la fois au dessin et à la couleur. Les éditeurs les demandent pratiquement aussi vite qu’un album seulement au dessin. Je mettais vraiment trop de temps sur mes pages couleurs car au lieu d’aller à l’essentiel, je me perdais dans plein de petits détails inutiles. Mes journées de travail devenaient interminables et trop fatigantes.

SCENEARIO : J’ai vu que Marc Moreno faisait des illustrations chez Pocket : des séries de Michael Moorckok. D’ailleurs, la couverture de « Le joyau noir » me faisait penser à tes dessins, surtout à cause des couleurs.
Ne comptes-tu pas proposer les illustrations ?
Alice PICARD: Les illustrations de Marc pour les couvertures des romans de Moorckok sont vraiment superbes !
J’aimerais, pourquoi pas faire quelques couvertures de romans, une illustration par ci , par là, mais Weëna, et d’autres projets dont je ne rentrerai pas encore dans les détails me prennent un peu trop de temps pour que je puisse vraiment m’y concentrer. Il faut quand même un moment pour se relaxer, après le boulot ƒº


SCENEARIO : Lis-tu d’autres BD ? Quels sont tes derniers coups de cœur ?
Alice PICARD: Il m’arrive de lire d’autres BDs, en général, des albums où des series qui n’ont pas grand chose à voir avec ce que je fais. Il n’y a pas beaucoup de séries de fantasy qui m’ont beaucoup intéressées, à part la série Gorn. Mes coups de cœur en BD franco-belge sont Sambre, dont j’aime beaucoup l’ambiance et les sombres histoires de famille. J’aime aussi beaucoup Djinn, pour son ambiance orientale et les dessins d’Ana Mirales. Le Scorpion, aussi, car je suis très fan du style de Marini. Le Chant des Stryges, les Chroniques de Magon et Cross Fire, les histoires sont très bien et ces séries sont faites par des copains qui ont un talent fou ! ;)
Je lis aussi pas mal de mangas, avec une affection particulière pour les séries de Ai Yazawa ( Nana, Paradise Kiss et Gokinjo ), Full metal Alchemist , et Yakitate Ja-pan , mon dernier coup de cœur, une série sur l’art de.. la boulangerie !

 
SCENEARIO : Connais-tu la fin de Weena ?
Alice PICARD : La fin du premier cycle, oui, plus ou moins. Nous allons à ce moment là dire au revoir à Gwylym, Morckoor, Opéra and co. Happy ending pour certains ? Destins tragiques pour d’autres? On ne dira rien, juste que c’est Weëna seule, qui commencera le second cycle…



SCENEARIO : Es-tu cinéphile ? Quel est ton dernier coup de cœur au cinéma ?
Alice PICARD: Le travail ne me permet pas d’aller au cinéma aussi souvent que je le voudrait, il faut que j’arrive à m’arrêter pour me dire « tiens , il y a ce bon film que je pourrais aller voir… » .
J’y vais quand même de temps en temps et mon coup de cœur de l’année a été "le Château Ambulant," de Hayao Miyazaki ( et sorti le même jour que le tome 3 de Weëna :D ). Qui m’a d’ailleur donné envie de lire que roman dont il s’est inspiré ( Le Château de Hurle par Diana Wynn Jones , un régal …)


SCENEARIO : Sur France 3, ils faisaient un reportage sur le Festival d’Angoulême(fin janvier 2005). Pour annoncer le sujet, ils ont choisi la couverture de Weena tome 3 : le début de la consécration ?
Ce reportage montrait les files d’attente pour les dédicaces, une interview rapide de Guérineau et la dessinatrice de Weena en pleine dédicace avec des gants. Dessinais-tu vraiment avec ces gants ?
Alice PICARD: Le début d’Angoulème 2005 a été dur, oui, car dans la nuit du mercredi, les bulles n’avaient pas été chauffées, du coup le lendemain, il faisait vraiment très froid. Et dédicacer dans le froid, c’est horrible ! De plus j’ai généralement les mains froides, alors là c’était les gants obligatoires pour moi ! Les dessins s’en ressentaient, ils n’étaient pas terribles ^^


SCENEARIO : Merci Alice pour ce temps passé pour sceneario.com.
 

SCENEARIO : En littérature, t’inspires-tu d’autres œuvres d’Heroïc-Fantasy ou ton choix se diversifie ?
Alice PICARD: C’est surtout avant de faire de la BD, que je lisais beaucoup de romans, de fantasy, j’ai maintenant un rythme de lecture beaucoup plus lent.. On peut dire que je me suis diversifiée car je lis d’autre chose que je la fantasy, j’ai lu quelques romans historiques, des romans sur le thème du Japon moderne …
Pour ce qui est de la fantasy, je déguste A Game of Thrones, de George Martin, ( depuis Janvier, donc oui, je suis très lente quand je lis..) , le premier tome de A Song of Ice and Fire qui est vraiment une série magnifique, avec énormément d’intrigues et de personnages , et un auteur qui n’hésite pas à les faire disparaître ;) . Cette série m’inspire beaucoup en ce moment !