exposition bande-dessinée, Venise sur les pas de Casanova - Musée d'Angoulême

Venise sur les pas de Casanova - Musée d'Angoulême

Du 25 janvier au 11 mars 2018

Venise sur les pas de Casanova
De la peinture du xviiie siècle à la bande dessinée

Tout au long du xviiie siècle, Venise a été une source d'admiration et d'étude pour plusieurs génértions de peintres et de collectionneurs passionnés. Aucune autre ville au monde ne peut s'enorgueillir d'avoir suscité un phénomène culturel et artistique semblable à celui de la peinture de la veduta. Si elle puise ses origines "scientifiques" aux Pays-bas au xviie siècle, c'est grâce à l'interprétation géniale de Canaletto que la veduta devient un courant artistique aussi important que les styles traditionnels, et le reflet par excellence du siècle des Lumières. Canaletto a su exalter la beauté de la ville et de ses architectures inondées par la lumière limpide de la lagune. Ses compositions, dont trente-huit seront gravées par Antonia Visentini (1688-1782) à partir de 1735 dans la série Prospectus Magni Canalis Venetiarum, constitueront le répertoire iconographique de base du védutisme vénitien du xviiie siècle.

Venise, ville cosmopolite, connaissait déjà un fort déclin politique et économique, mais les arts, la culture, l'édition et la musique continuaient de vivire un rêve. Celui-ci sera brutalement interrompu par le traité de Campoformio et la création du Royaume d'Italie par Napoléon Bonaparte en 1805. La Venise de Canaletto peut nous paraître un songe lointain, tant la Venise d'aujourd'hui, plus fragile que jamais après trois siècles d'histoire tourmentée, souffre des contradictions du monde moderne.

Cette exposition nous permet de retrouver et d'admirer la Venise de Canaletto en présentant, pour la première fois des oeuvres de la veduta sélectionnées dans les collections frnaçaises. Celles-ci sont accompagnées des dessins d'artistes contemporains qui, en visitant Venise de nos jours, ont cherché à revivre le songe en suivant les pas d'un autre grand protagoniste du xviiie siècle vénitien : Giacomo Casanova.

Bozena Anna Kowalczyk

     
     
     
     
     
     
     

Le fond Glénat pour le patrimoine et la création a été créé pour animer la vie culturelle du couvent Sainte-Cécile fondé en 1624 par les soeurs bernardines, siège des éditions Glénat. La présentation au public d'oeuvres collectionnées depuis trente ans (peintures, planches de bnde dessinée), l'attibution de bourses à de jeunes créateurs, l'organisation de conférences et de concerts dans la chapelle, l'acquisition d'oeuvres comme la collection des gravures de Rembrandt, sont les principales activités du fonds. La création d'expositions originales reste l'investissement culturel le plus fort : après La grimage du monde, Le fantastique entre Bosch, Bruegel et la bande dessinée et Tables et festins, L'hopitalité dans la peinture flamande et hollandaie et la bande dessinée, voici maintenant Venise sur les pas de Casanova. De la peinture du xviiie siècle à la bande dessinée.

Ces expositions ont pour objet de montrer au pubic que peinture et bande dessinée se rejoignent, car elles racontent toutes les deux des histoires en images. Si les personnages de bande dessinée parlent dans des phylactères, ceux des tableaux anciens n'en ont pas besoin, le spectateur étant invité à déchiffrer leur histoire ou à l'imaginer lui-même. Ne voit-on pas dans les vedute de Guardi, Canaletto, Bison ou Belotto, la Venise que Casanova, l'aventurier, l'intrigant, l'écrivain arpentait ?

Huit célèbres dessinateurs de bande dessinée se sont rendus dans la cité des Doges pour retrouver ses traces. François Avril, Griffo, Miles Hyman, Kim Jung Gi, Tanino Liberatore, Loustal, Milo Manara et Zep, à leur façon, nous montrent Venise trois cents ans après les grans peintres du xviiie siècle.
Je vous souhaite une belle promenade en gondole sur les canaux de Venise.

Jacques Glénat

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
 
     
     
     
     
     
     

Loustal