à Katsuhiro Otomo, depuis la création du festival, c’est la première année qu’un auteur japonais se voit attribuer la plus haute distinction.

Otomo

L’auteur d’Akira, grande fresque où, dans un Japon post-apocalyptique, Kanéda et sa bande, des jeunes du lycée professionnel, n’ont qu’un loisir : s’éclater au guidon de leurs bécanes, bourrés d’amphétamines et d’alcool. Mais, un soir, tout va changer. Tetsuo, le meilleur ami de Kanéda, est victime d’un terrible accident. Sa moto percute un gamin au visage de vieillard…
Tetsuo est conduit dans un hôpital militaire par les forces de l’ordre, où il subit toute une série d’examens très étranges.
Dès lors, le timide et réservé Tetsuo va devenir incontrôlable.

Développée en épisodes hebdomadaires sur 2200 planches, cette magnifique saga fascine par son sujet , son ambiance mais surtout par son esthétisme qui la place dès sa publication comme une oeuvre majeure du 9ème art.

Akira

C’est Jacques Glénat qui fera connaitre cette fresque monumentale en France.

Le créateur d’Akira se voit ainsi récompensé pour l’ensemble de son travail, mais ce choix est aussi la reconnaissance de la place du manga dans le paysage des bandes dessinées.

 

 

 

Laissez un commentaire