« Le Coup de Cafard » de Cecilia « Gato » Fernández est la première création entièrement financée par les éditions iLatina dans la collection Novela Gráfica. L’objectif est de faire de Novela Gráfica un véritable espace de création et d’expérimentation pour les nouvelles générations d’auteurs sud-américains et leur permettre de voir leurs créations diffusées auprès du public français.

Le Coup de Cafard raconte le quotidien de Lucia. Une petite fille qui est l’alter ego de l’autrice, Cecilia « Gato » Fernández. Chez elle, il y a sa mère, son frère. Mais il y a aussi Alberto, son père, qui abuse d’elle.

Avec ce livre, l’autrice témoigne de son vécu. Elle raconte tous les moyens auxquels un enfant a recours pour essayer d’échapper à un abus dont il ne sait pas qu’il n’est pas « normal ». L’autrice aborde l’inceste qu’elle a subi de façon subtile sans pour autant recourir au récit autobiographique.
Gato Fernández a choisi un style simple, qui s’inscrit dans la ligne du réalisme magique, ce style très sud-américain, qui lui permet de valoriser l’expressivité des personnages et de rendre l’histoire supportable. Son dessin très moderne sert une narration dynamique qui nous emmène dans l’univers sombre et inquiétant de cet appartement de Buenos Aires. L’impossible est raconté par des métaphores et des séquences oniriques qui viennent s’imbriquer dans l’histoire.

Le Coup de Cafard est une autofiction, ou fausse autobiographie en bande dessinée que Gato Fernández a longtemps maturé. Dès 2011 on en trouve les prémices sur son blog avec un dessin où son frère lui montre un cafard dans la rue, légendé ainsi « ayez peur de lui ». Le cafard, cette image tirée de ses phobies, dont elle se sert pour décrire l’indicible.

En 2016, elle découvre la prescription juridique des viols qu’elle a subis et la colère qui en découle est pour elle un déclencheur. Fernández se promet de dessiner son histoire et de marquer en gras pour tout le monde le droit de dénoncer les abus qu’ils ont subis.

Cette histoire est née d’une volonté, celle de ne pas se taire. En dépit de la prescription, de la société patriarcale dans laquelle elle vit, de ses crises de panique, Gato Fernández a voulu parler ; pour vaincre ses démons, mais aussi pour transmettre son histoire, aider les victimes et confondre les prédateurs.

Le Coup de Cafard est, selon ses mots est, selon ses mots, une demi-thérapie de choc qu’elle offre au lecteur, qui ne la libère pas de la douleur mais qui l’aide à avancer. Un témoignage honnête et douloureux des situations que produit un abus intrafamilial, qui par sa forme vise à être lu par un large public.

À l’heure où les paroles se libèrent enfin, Gato Fernández espère que son histoire aura des retours pédagogiques pour aider d’autres victimes à briser le tabou de l’inceste.



En contribuant à ce projet, vous permettez à cette jeune maison d’édition de donner une chance aux jeunes auteurs sud-américains de créer des projets personnels, uniques et qui portent la voix de leurs auteurs.

Le lien vers la page Ulule: https://fr.ulule.com/le-coup-de-cafard/

Laissez un commentaire