Comme chaque année, de nombreuses expositions sont prévues dans le cadre du festival d’Angoulême.

haut d’Angoulême

Cosey – Une quête de L’épure
hôtel Saint-Simon, 15 Rue de la Cloche Verte
du 25 au 28 janvier 2018

De Jonathan à Calypso, en passant par le Bouddha d’Azur et À la recherche de Peter Pan, La rétrospective consacrée à Cosey dévoilera au public plus d’une centaine d’originaux et de documents exceptionnels qui retracent la singularité de l’œuvre d’un grand auteur voyageur.

 

Naoki Urasawa
Espace Franquin, 1 Boulevard Berthelot • salle iribe
du 25 au 28 janvier 2018

Grand maître du suspense, auteur acclamé par la critique et le public, Naoki Urasawa (20th Century Boys, Monster, Pluto, Master Keaton ou plus récemment Billy Bat) est l’un des plus passionnants mangakas contemporains. Dans les années 1970, il découvre Métal Hurlant et voue dès lors un culte à Jean Giraud. Utilisation du vide, finesse du trait, choix des textures : toute l’originalité graphique de Moebius marque profondément Urasawa. Il devient l’un des premiers auteurs japonais à revendiquer l’influence de la bande dessinée franco-belge. Le mangaka est par ailleurs musicien, mais aussi théoricien de la bande dessinée.

 

Gilles Rochier, faut tenir le terrain
Espace Franquin, 1 Boulevard Berthelot
du 25 au 28 janvier 2018

Depuis 1996, Gilles Rochier développe une œuvre largement autofictionnelle, ancrée dans des paysages urbains. L’auteur a reçu le Prix Révélation au Festival d’Angoulême en 2012 pour TMLP-Ta Mère La Pute, où il raconte sa jeunesse et la prostitution de certaines mères de famille du quartier pour boucler les fins de mois.
À l’occasion de la sortie en 2017 de La Petite Couronne  et de Tu sais ce qu’on raconte … , cette exposition mettra en lumière les figures qui habitent l’œuvre de l’auteur, à travers la présentation de planches originales.

 

Le monde selon Titeuf
Parvis de l’ Hôtel de ville
du 25 au 28 janvier 2018

En janvier 1993, lors de la 20e édition du Festival d’Angoulême, Zep, présente au monde un tout nouveau personnage : Titeuf. En 2018, il aura 25 ans. À cette occasion, le Festival met le garçon à la mèche blonde à l’honneur dans une rétrospective qui passe en revue ce quart de siècle, à travers une grande exposition gratuite sur le succès d’une série en prise avec son époque.

 

Sonny Liew, le prodige de Singapour
Théâtre d’Angoulême
du 25 au 28 janvier 2018

Si elle est connue aux États-Unis, l’œuvre de Sonny Liew était relativement confidentielle en Europe. En 2017, la publication de Charlie Chan Hock Chye, Une vie dessinée révèle un auteur talentueux, que le Festival est heureux de saluer par une exposition.
Il entame une carrière de dessinateur dès le milieu des années 1990, publiant My Faith in Frankie avec les Américains Marc Hempel et Mike Carey. Depuis une dizaine d’années, il a reçu de nombreuses récompenses et certains de ses livres, comme Malinky Robot et The Shadow Hero, sont traduits en français. Lors du Comic-Con 2017, trois Eisner Awards couronnent son nouveau livre, Charlie Chan Hock Chye, Une vie dessinée.

 

EXPOSITIONS Sélection de la Bulle des Lecteurs et Peau d’âne
Hôtel du Département, 31, boulevard Emile Roux
du 25 au 28 janvier 2018

L’exposition proposée par le Département de la Charente sera composée de deux parties. La première avec la présentation des planches originales à partir des 6 ouvrages de la sélection de l’opération «Bulle des Lecteurs» en lien avec le Service Départemental de la Lecture. Ces deux expositions permettront de mettre en lumière l’opération « Bulle des Lecteurs » organisée par le Service Départemental de la Lecture mais aussi une exposition conçue pour s’adresser à tous les publics avec une partie adaptée (traductions en braille, activités de sensibilisation pour se rendre compte du quotidien des mal voyants …), en cohérence avec la volonté politique du Département de lutte contre l’illettrisme.

La seconde sera autour de l’œuvre de Cécile Chicault (auteure charentaise) aux éditions Scutella : «Peau d’Âne». Une version poétique, douce et magique du conte de fée Peau d’Ane !

 

Osamu Tezuka – Manga no Kamisama
Musée d’Angoulême, square Girard II
du 25 au 28 janvier 2018

Une rétrospective exceptionnelle, la première du genre en Europe, est présentée à Angoulême pour saluer Osamu Tezuka, l’un des auteurs de bande dessinée les plus prolifiques de tous les temps …  Sa carrière s’étend sur presque 50 ans et compte, selon les historiens, plus de 150 000 pages dessinées et ses œuvres complètes (Astro Boy, Le roi Léo, Blackjack, Ayako, …) publiées par Kodansha au début des années 1990, comptaient 400 volumes. L’exposition présentée par le Festival retracera le cheminement de son œuvre protéiforme avec une sélection exceptionnelle de 200 originaux.

 

Venise sur les pas de Casanova – De la peinture du XVIIIe siècle à la bande dessinée
Musée d’Angoulême, square Girard II
du 25 janvier au 11 mars 2018

Dans cette exposition de dessin et de peinture, les visiteurs sont invités à découvrir des vedute de la Venise du XVIIIe siècle, dont certains chefs d’œuvre de Canaletto (1697-1768) et Guardi (1712-1793). Loin des vues touristiques du centre de la ville, Casanova (1725-1798) déambule dans une Venise interlope, traversant des ruelles discrètes et périphériques…
C’est ce double-regard que montrera l’exposition : d’un côté la Venise officielle, avec ses canaux et ses palais, vue à travers de somptueuses peintures, de l’autre, des illustrations inédites et contemporaines qui se placeront dans les pas de Casanova. Ces tableaux, issus du Fonds Glénat et de différents musées français, seront accompagnés de dessins inédits réalisés par des auteurs de bande dessinée en hommage à Casanova.
huit dessinateurs ont réalisé des œuvres inédites mettant en scène le scandaleux aventurier et proposant différentes vues de la ville. François Avril, Griffo, Miles Hyman, Kim Jung Gi, Tanino Liberatore, Loustal, Milo Manara et Zep se sont ainsi prêté ensemble à cet exercice : faire en toute liberté le portrait d’une ville et d’un de ses symboles immémoriaux, sans contrainte de format ni de technique.

 

Exposition «Ma guerre, de la Rochelle à Dachau» de Tiburce OGER
Espace mémoriel de la Résistance et de la Déportation (EMRD), 34 rue de Genève
du 24 au 28 janvier

Exposition de planches originales et dédicace de Ma guerre, de la Rochelle à Dachau et d’Honoré d’Estienne d’Orves à l’EMRD et des reproductions sur baches (80 x 140cm) suspendues dans la Rue de Genève, du 15 janvier au 30 mars.
Exposition de planches de l’album «Buffalo Runner» au restaurant Little Comptoir,toujours rue de Genève.

 

Exposition SOGO
Archives départementales, 24, avenue Gambetta
Samedi 27 et dimanche 28 janvier, de 10h à 17h

Les festivaliers découvriront dans la salle de conférence des Archives départementales une exposition des étudiants de l’Académie du design et du spectacle (SOGO) d’Osaka, qui intervient l’année du 150e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon.  Un groupe d’une quinzaine d’étudiants et leurs professeurs accompagnants exposeront des planches des albums et des dessins de manga dans la salle de conférence des Archives départementales.

 

Exposition sculptures en coulisse
Chambre Commerce et Industrie, 27 Place Bouillaud
du 25 au 28 Janvier 2018

Exposition des sculptures de Samuel Boulesteix. Ce sculpteur est spécialisé dans l’interprétation des personnages de bande dessinée. Ses sculptures de Gaston, Spirou, Lucky Luke, …

bas d’Angoulême

Marion Montaigne ramène sa science
Médiathèque Alpha, 1 Rue Coulomb
du 25 au 28 janvier 2018

Depuis 10 ans, Marion Montaigne porte un projet debande dessinée ambitieux et réjouissant : celui de se confronter à la science tout en évacuant le sérieux scientifique. Sur son blog, dans ses livres et ses vidéos, elle n’hésite jamais à désacraliser le savoir pour le ramener au niveau de l’humour… Pour porter la narration de Marion Montaigne, il y a le Professeur Moustache, du blog puis des livres de Tu mourras moins bête… mais tu mourras quand même ! et depuis 2016 sur Arte.
Pour présenter l’œuvre drolatique de cette artiste amatrice de jeux de mots et d’éprouvettes, quel meilleur lieu que l’Alpha, la nouvelle médiathèque d’Angoulême, avec son architecture high tech et ses airs de labo secret… ?

 

Emmanuel Guibert , Le dessin comme écriture
Vaisseau Moebius (CIBDI), 121 Rue de Bordeaux • Mezzanine Calvo
du 25 au 28 janvier 2018

Si l’auteur travaille depuis plus de 20 ans à une œuvre protéiforme (Le Photographe, La Guerre d’Alan, …), c’est son travail de scénariste qui est mis à l’honneur dans l’exposition consacrée au lauréat du Prix René Goscinny 2017. Emmanuel Guibert écrit Ariol, une série jeunesse aussi remarquée qu’appréciée, dessinée par Marc Boutavant. Et depuis 2002, les scénarios de Sardine de l’espace, en compagnie de Joann Sfar et de Mathieu Sapin.

 

marsam international comix #2
vaisseau moebius (CIBDI), 121 Rue de Bordeaux
du 25 janvier au 22 avril 2018

Deuxième exposition collective organisée par le site marsam.graphics, elle présente les planches d’une cinquantaine d’autrices et d’auteurs originaires du Brésil, d’Espagne, d’Argentine, de Taiwan, des États-Unis, de France, de Colombie, d’Italie, d’Écosse, de Chine, d’Angleterre, de Grèce, de Belgique, du Mexique, d’Égypte, de Croatie, du Liban… La plupart d’entre eux se sont rencontrés à Angoulême à l’occasion d’une résidence à la maison des auteurs ou par le biais de leurs études à l’École Européenne Supérieure de l’Image, où ils se sont liés d’amitié et ont partagé un quotidien de création.

 

un monde Méroll
vaisseau moebius (CIBDI), 121 Rue de Bordeaux • New Factory
du 25 au 29 janvier 2018

Aujourd’hui, plus d’un habitant sur trois dans le monde consomme quotidiennement de l’huile Méroll. Derrière ce véritable empire économique un homme : Édouard-Michel Méroll. Comme tous les visionnaires, ce grand industriel a bâti sa fortune à travers une idée toute simple : une huile 2-en-1, à la fois délicieuse pour vos fritures et performante pour vos moteurs. Cours magistral sur le consumérisme décomplexé, la propagande publicitaire et la mondialisation, l’exposition Un Monde Méroll est une fable satirique en 3D. Elle éclaire toutes les facettes de cette aventure merv’huileuse : une bande dessinée, un film d’animation (Il était une fois l’huile), des œuvres d’art cotées, des projets architecturaux ambitieux…

 

Fairy tails
Quartier Jeunesse • Chais Magelis, 3 Rue de la Charente
du 25 au 28 janvier 2018

Avec la série Fairy Tail, Hiro Mashima a créé une saga épique pleine de magie et d’aventures. La série s’inscrit dans le style adolescent du nekketsu (littéralement « sang bouillant qui met en scène un héros énergique et vertueux affrontant les forces du mal grâce à ses amis et alliés.  La série, qui s’est achevée au Japon à l’été 2017, connaît un immense succès depuis ses débuts en 2006, avec plus de 60 millions d’exemplaires vendus ainsi que son adaptation télévisée de près de 300 épisodes.
Jeux de dessin pour les plus jeunes, performance graphique, mini-atelier de l’auteur en vidéo, présentations de planches originales, décors de belle amplitude et de nombreuses autres surprises sont prévus pour cette exposition.

 

Exposition « Sans Frontières »
Musée du Papier, 134 Rue de Bordeaux
du 25 au 28 janvier 2018

Par un jeu de regards croisés, les groupes d’étudiants coréens et français imaginent en image un départ à l’étranger dans une ville qu’ils n’ont
jamais visité (Paris & Séoul). Quelle image ont-ils d’une ville et d’une société qu’ils ne connaissent pas ? La culture joue-t-elle un rôle dans cette perception ?

 

Exposition et concours Jeunes Talents
Pavillon jeunes talents, 138 Rue de Bordeaux
du 25 au 28 janvier 2018

Le public est invité à découvrir les 20 projets sélectionnés de l’année, composés d’une à trois planches, racontant une histoire complète. Soucieux de suivre l’évolution de ces auteurs en devenir, le Festival propose chaque année d’accueillir un ancien lauréat d’un des concours organisés par le Pavillon Jeunes Talents dans le cadre d’une exposition. Cette année, Oriane Lassus, lauréate du concours Révélation Blog en 2011 et éditée chez Biscoto, présentera son album : Le Meilleurissime Repaire de la Terre.

 

Alix, L’Art de Jacques Martin
Musée de la Bande Dessinée, 2 Rue des Abras
du 25 janvier au 13 mai 2018

A travers plus de 150 planches originales et documents rares, le Festival met à l’honneur Jacques Martin (1921-2010) et son héros Alix, qui fêtera ses 70 ans en 2018. Cette saga historique ancrée dans l’Antiquité romaine a fait les beaux jours du journal Tintin pendant près de 40 ans. L’exposition constitue la première grande rétrospective consacrée à l’art de Jacques Martin, et plus précisément aux années 1948-1988 pendant lesquelles l’auteur dessine et écrit seul Alix et aux débuts de Guy Lefranc, le « cousin » contemporain d’Alix, dont Jacques Martin a dessiné les trois premières aventures en même temps que celles du jeune Gallo-Romain.

 

Nouvelle génération la bande dessinée arabe aujourd’hui
Musée de la bande dessinée d’Angoulême, 2 Rue des Abras
du 25 janvier au 4 novembre 2018

Depuis une dizaine d’années, les pays du Maghreb et du Levant voient se développer de nouvelles formes de bande dessinée, éloignées de la production qui a prévalu depuis les années 1950. Une nouvelle génération d’auteurs trentenaires innove et bouscule. Comptant nombre de femmes dans leurs rangs, ces artistes sont souvent constitués en collectifs qui témoignent avec force, humour, acuité et parfois rage de la situation dans chacun de leur pays. Tous ont à coeur de faire émerger une bande dessinée originale et novatrice. De cette scène effervescente, l’exposition a
sélectionné plus de quarante auteurs provenant d’Algérie, Egypte, Irak, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie et Tunisie.

 

l’escale, l’exposition des auteurs en résidence
MAISON DES AUTEURS, 2 Rue Aristide Briand
du 25 janvier au 25 FÉVRIER 2018

D’Algérie, de Colombie, de Corée du Sud, d’Egypte, d’Espagne, des États-Unis, de Taïwan, de Tunisie… mais aussi de Marseille, de Paris ou de Lyon, des auteurs graphiques, jeunes talents ou auteurs confirmés, viennent poser leurs valises et cartons à dessin à la Maison des auteurs, résidence d’artistes de la Cité de la bande dessinée. Pour quelques semaines ou quelques mois, ils investissent les ateliers, échangent avec leurs pairs, découvrent une ville et travaillent sur des projets qui trouveront leur public en France ou ailleurs.

Laissez un commentaire