ZODIAQUE #13 Le plan du Serpentaire

voir la série ZODIAQUE
Dessinateurs :



Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Esotérique

Fantastique

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782756024035

Résumé de l'album Le plan du Serpentaire

Lors d’un séminaire en Inde il y a une quinzaine d’années, la sémillante rouquine Chiara se voit attirée par la personnalité exceptionnelle du guide Konrad Zwölf et son savoir mystérieux. Après être devenu son amant, le jeune homme lui confie qu’il mène une activité parallèle qui consiste à faire des recherches sur les énergies cosmiques et sur la bioélectricité des émotions. La partie théorique étant finalisée, il propose à Chiara de l’aider dans la mise en pratique de ce qu’il a découvert, eu égard à une force biologique que détient chaque être et qui serait liée au signe astral. Pour cela, il lui propose de réaliser une expérience qui, si elle parvient à maîtriser cette force, aurait des répercussions humanitaires. Il lui confie donc comme catalyseur un médaillon à l’effigie du serpentaire, 13ème signe astrologique, et à l’issue de nombreuses tentatives, parvient à découvrir le pouvoir de Chiara. Fort de ces résultats encourageants, Konrad décide de passer à l’échelon supérieur en organisant une nouvelle expérience, cette fois-ci, avec plusieurs personnes de signes différents. Les résultats vont vite se faire sentir en même temps que les premiers grippages. Cette expérimentation serait-elle, au fil du temps, vouée à l’échec et Chiara aurait-elle un dernier rôle à jouer ?

Par Phibes, le 06/03/2013

Notre avis sur l'album Le plan du Serpentaire

Les douze premiers épisodes de la saga orchestrée par Eric Corbeyran, sous l’égide de Guy Delcourt, étaient l’occasion de suivre des récits individuels dont le point commun étaient d’une part, la détention par le personnage central d’un talisman zodiacal qui lui conférait un pouvoir et d’autre part, la perte de celui-ci à l’issue de son aventure. Avec ce treizième volet, ladite saga connaît une énième convulsion pour enfin se clôturer définitivement.

Grâce à cet opus, le lecteur est appelé à enfin connaître les liens insoupçonnés de toutes ces tranches de vie saupoudrées de fantastique et d'ésotérisme, au gré d’un recentrage efficace qui aura l’avantage de répondre à toutes les questions que l’on se posait au fil des tomes. C’est donc à Chiara, à son signe peu usité (le Serpentaire) et à Konrad qu’échoie le privilège de conclure via des péripéties bien ficelées qui trouvent leur origine quinze auparavant et qui nous introduisent dans une révélation finale purement surprenante.

Eric Corbeyran fait étalage, une fois de plus, de tout son art dans l’élaboration de ses histoires, reposant sur un travail d’écriture assez conséquent. Le découpage de celles-ci est éloquent, les dialogues sont maîtrisés et les thématiques bien assimilées (ici les explications de Konrad sur les énergies cosmiques). Sans pour autant rentrer dans des circonvolutions alambiquées, ce dernier met un point d’honneur à entretenir une intrigue plus ou moins consistante, portée par des personnages au jeu aussi subtil que convaincant, et à la finalité qui se veut souvent prendre à contre-pied le lecteur. Avec ce tome, le scénariste gagne son pari en restant fidèle au concept de départ et en donnant une fin en totale cohésion avec l’ensemble.

Pour cette der de der, c’est le duo constitué par Etienne Le Roux et Jérôme Brizard qui se colle à la mise en image et qui vient dévoiler les dernières déambulations de Chiara. Grâce à cette association heureuse qui dénote un bon potentiel artistique (ils ont en commun la série La mémoire dans la poche), ces dessinateurs nous régalent de leur trait doté d’une humanité non négligeable et d'une harmonie picturale. Aussi, le résultat est là, leurs planches se révèlent à nous pour notre plus grand plaisir dans une évocation qui sied parfaitement aux directives du scénariste.

Un tome réussi qui, par la qualité de sa finalité, octroie un intérêt global à toute la saga.

Par , le

Les albums de la série ZODIAQUE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›