ZODIAQUE #8 La technique du Scorpion

voir la série ZODIAQUE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Fantastique

Policier

Sortie :
ISBN : 9782756023984

Résumé de l'album La technique du Scorpion

Ursula Black exerce le métier de détective privé. Engagée très souvent pour des affaires liées au sexe, elle assume ses contrats avec brio selon une méthode secrète qui n'empêche pas de rendre suspicieux certains clients. Il est vrai que la clé de son succès réside dans l'usage d'un pouvoir qu'elle tire de son signe zodiacal. Aujourd'hui, elle est embauchée par Arielle Drumont, une jeune femme aisée qui souhaiterait qu'Ursula retrouve un bijou de famille de valeur dérobé par Tim Snake, un casanova mal intentionné. Faisant appel à son amie, Agatha la voyante, elle remonte peu à peu la piste de l'escroc jusqu'à le rencontrer enfin. Un jeu de dupe se met alors en place, chacun tentant de faire capituler l'autre. Il va de soi qu'Ursula a de la ressource mais en aura-t-elle suffisamment pour affronter ce qui l'attend ?

Par Phibes, le 01/11/2012

Notre avis sur l'album La technique du Scorpion

Huitième signe du Zodiaque, le Scorpion permet, selon le concept de la série mis en place par Guy Delcourt et Eric Corbeyran, de se plonger dans un nouveau récit. Cette fois-ci, l'on fait connaissance avec un protagoniste que l'on a déjà rencontré dans Le secret du Bélier, porteur du fameux bijou zodiacal, promis, dans le cadre de son métier, à résoudre une affaire où la manipulation est de mise.

L'épisode est pour le moins agréable voire captivant, résidant essentiellement dans l'affrontement de deux personnages particulièrement habile à jouer les faux-semblants. Ursula la détective et Tim le séducteur escroc nous entraînent dans un jeu sournois dont la teneur va amplifier au fil des pages jusqu'à faire tomber les masques. Dans ce contexte tendu, les aveux tomberont comme les masques, et permettront ainsi de bénéficier d'un rebondissement de dernière minute qui permettra de recadrer définitivement l'histoire.

Toujours agrémenté d'un verbiage généreux et explicite, le récit n'exclue pas l'usage d'un fantastique qui, évidemment, sied à son déroulement. Un peu moins tapageur que dans le tome précédent, il permet certes de régler plus facilement certaines dispositions scénaristiques mais aussi de donner une dimension autre à l'enquête d'Ursula. Il est à noter qu'il vient également remettre sur la table une expérience ancienne entre détenteurs de bijoux zodiacaux qui pourrait peut-être assurer, comme chaque final de tome, le lien entre tous les tomes. L'avenir nous le dira.

Fidèle du scénariste, Djillali Defali voit poursuit un parcours particulièrement chargé. Rien que pour l'année 2012, après Leçons coloniales et dernièrement le premier tome de Septième sens, il poursuit son chemin avec la sortie de 8ème opus de Zodiaque. Sa participation a beaucoup de charme dans le fait qu'elle rend bien convaincante l'enquête d'Ursula. On pourra convenir que son trait est bien agréable, doté d'un réalisme cohérent. Si certains décors peuvent parfois se révéler un peu nus, ses personnages possèdent quant à eux un charisme non négligeable pour porter l'histoire.

Un tome bien agréable à parcourir qui devrait piquer la curiosité de plus d'un lecteur de la série.

Par , le

Les albums de la série ZODIAQUE

Nos interviews liées

Une rencontre avec Alexis Sentenac

Un entretien avec Alexis Sentenac


Interviewer : Berthold
Images et Son : Mathieu et Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Djillali Defali et la loi des 12 tables

Bonjour Djillali,
On ne va pas revenir sur qui tu es et d'où tu viens, pour ceux qui l'ignorent, vous trouverez notre première interview
ICI. On va parler de ton actualité et par conséquent de la loi des douze tables



Extrait du tome 2 de la loi des XII tables
la nuit des walpugis

D'où vient l'idée de faire 6 albums en 1 an, et es-tu le premier à faire ça ?
Il y a eu le décalogue en deux ans. Sur les autres séries, il y a toujours plusieurs auteurs. Il y a d'autres séries de ce type en projet mais je pense que c'est la première fois que c'est fait par le même dessinateur.

La série Asphodèle d'où vient le personnage principal est mise en stand-by ? Est-elle arrêtée ou reprendras-tu la série après cette année chargée ?
Normalement, il y a une troisième histoire avec Asphodèle [...]

Lire la suite ›