ZODIAQUE #5 La part du Lion

voir la série ZODIAQUE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Drame

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782756023953

Résumé de l'album La part du Lion


Grâce au pouvoir du signe zodiacal dont elle bénéficie, Tilda Leoni, responsable d'entreprise fortunée et ambitieuse, a invoqué un esprit qui lui a permis de localiser un trésor de guerre. Afin de lui permettre de procéder à la récupération de celui-ci, elle s'est attachée le service de deux associés, Nick et Richard, membres du Lions Club de Chicago. Après avoir repêché le trésor et procédé au partage conformément aux exigences de l'esprit, Tilda se voit pourtant frappée par une malédiction. Sa société bat de l'aile, ses collaborateurs cherchent ailleurs, la reconnaissance dont elle jouissait dans le milieu s'étiole, son mari souhaite le divorce, l'esprit avec lequel elle avait passé un contrat ne lui répond plus et comble de malheur, son associé Nick est blessé mortellement dans un accident de la circulation. Est-ce que le pouvoir du signe l'aurait abandonnée ?


 

Par Phibes, le 02/06/2012

Notre avis sur l'album La part du Lion


Eric Corbeyran s'empare du cinquième signe du zodiaque, celui du Lion, pour en développer une nouvelle histoire qui se doit d'intégrer la saga dont l'artiste est à l'origine avec la complicité de Guy Delcourt.


Cette nouvelle intrigue ne cache en aucun cas ses intentions occultes puisque, justement, le pouvoir généré par le signe permet à son porteur, en l'occurrence la bouillonnante Tilda Leoni, d'invoquer les esprits et passer des contrats avec eux. De fait, le mystique plane sur la totalité du récit, récit au demeurant un peu moins captivant que les précédents.


Malgré tout, on y trouve de la diversité car, en plus de flirter avec les morts, le lecteur est appelé à participer à une chasse au trésor, à la déliquescence professionnelle d'une femme d'affaire et à sa quête pour découvrir les raisons d'un tel désastre. La mécanique est bien huilée, se veut très rapide dans ses circonvolutions et génère une intrigue à laquelle, cependant, on peine à adhérer totalement. Toutefois, elle donne l'occasion de croiser, et ce pour la deuxième fois dans la série et de façon assez éphémère, un personnage que l'on a déjà vu précédemment à savoir John Bull (du signe du taureau – T2) qui va permettre d'orienter les recherches de Tilda.


Hugo Palasie succède à Robin Alexis au niveau du dessin. Cet opus est, au regard des remerciements en deuxième page, son premier album grand public et force est de constater que son style cultive l'authentique de façon prometteuse. Ses graphiques qu'il colorise lui-même se découvrent dans un découpage certes classique mais adroit, laissant filtrer un univers contemporain qui a du charme, peuplé de personnages reconnaissables et attrayants.


Un épisode sympathique qui entretient un certain mystère mais qui reste un (petit) ton en dessous des précédents.


 

Par , le

Les albums de la série ZODIAQUE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›