Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

TONKAM

Genre :

Public Averti

Science Fiction

Seinen

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782845806078

Résumé de l'album Tome 1

Deux personnages : un jeune homme aux cheveux argentés braque un être humanoïde, qu’on suppose être Zetman, avec une arme à feu futuriste : « Où dois-je tirer pour que tu meures sans souffrir ? Réponds !! ».

13 ans plus tôt : Jin est un jeune garçon particulièrement atypique : il est très fort, intelligent et débrouillard tout en étant à la fois non violent, extrêmement naïf et, comme tous les enfants de son âge, dépendant. En effet, Jin vit depuis toujours ou presque avec celui qu’il appelle « papi », sa seule famille. Celui-ci lui a tout appris, il l’a aidé à grandir dans la grande misère qu’ils partagent au quotidien, avec les autres SDF du quartier.
La vie est rude, la galère et la débrouille rythment leur vie. Pourtant, ces deux là sont heureux, particulièrement Jin, pour qui « papi » est à la fois un modèle et une raison de vivre. C’est donc le sourire constamment aux lèvres et avec sa naïveté touchante que Jin aborde les choses « normales » de la vie. Cela semble rassurer « papi » qui souhaite pour Jin un avenir normal et heureux comme s’il cherchait à protéger le garçon de lui-même.
Mais d’où vient Jin et quelle est cette marque en anneau sur sa main ? Une organisation inconnue semble le rechercher et l’appelle « le ZET ». Qu’est ce que le ZET ? Que cache Goro, le « papi » de Jin (à moins qu’on ne doive l’appeler professeur Kanzaki…) ?
Nous n’avons pas le temps de le savoir : en effet, un étrange tueur en série rôde en ville, perpétuant des crimes presque surnaturels et nos deux personnages ne tardent pas à le rencontrer… Il s’agit d’un player, un monstre d’une force et d’une cruauté infinie dont l’identité et l’origine semblent étrangement familières à Kanzaki. Malheureusement, cela ne protègera pas le vieil homme, causant le premier traumatisme d’une longue liste pour Jin…

Par Braider, le 08/04/2010

Notre avis sur l'album Tome 1

Zetman est une série complexe et ambitieuse, on le sent dès la lecture de ce premier tome (le prologue) : l’histoire, le dessin, l’univers et les thèmes abordés semblent avoir été mûrement réfléchis. On n’a donc pas cette impression de tome « d’essai », un peu timide comme on en trouve parfois dans les séries… On sent que l’auteur a pensé Zetman dans sa totalité et qu’il prend le temps de soigner les tomes comme il l’entend, d’où un rythme de parution plutôt lent (tous les 6 mois environ).

On est d’abord tout de suite marqué par un trait fin d’une grande qualité et un souci du détail très poussé comme on en voit rarement dans les mangas. Masakazu Katsura (Vidéo Girl Ai, I’s, DNA²…) a du talent, et ça se voit… Le style est ici plutôt réaliste pour mieux coller à l’ambiance du manga, mais celui-ci ne s’affranchit pas pour autant de nombreux codes du genre, comme certaines expressions exagérées par exemple.
Ce prologue installe habilement les premiers éléments d’un univers qu’on devine tout de suite complexe et adulte. De très nombreuses questions sont posées dans ce premier tome entamant la construction d’une intrigue dense et sombre. Malgré quelques éléments surnaturels troublants comme l’existence des « players » dont on ne sait que peu de choses à l’issue de ce tome, on reste ancré dans un environnement bien réel et moderne.
On sent une grande misère humaine dans une partie de la population de cette ville inconnue. Les conflits et les travers de la société sont traités avec une grande justesse et une certaine désillusion, mais jamais sans lourdeur puisque cette misère ne sert finalement que de toile de fond à l’intrigue. On ressent tout de même une volonté d’aborder la thématique des super héros à partir de cette représentation d’une société de débauches et de vices. Cette vision désabusée de l’héroïsme est d’ailleurs incarnée par Jin, dont la naïveté finit par être écorchée par les tragédies et les injustices qu’il subit.
L’association entre cette fresque presque désespérée des sociétés humaines modernes et des intrigues plus fantastiques qui semblent de grande ampleur, apporte un mélange de réalisme et de science-fiction très intéressant. Si on ajoute ce début de réflexion sur le thème des super héros, on obtient un manga bien plus prometteur et original qu’on ne pourrait le penser.

Comme le dit si bien le grand Akira Toriyama (créateur de Dragon Ball, tout de même…) sur la couverture du premier tome de Zetman : « Attention !! Ce livre n’est pas qu’une BD de super héros !! Vous comprendrez en le lisant !! ». En effet Zetman est bien plus que ça. Assez classique dans la forme (mais très maîtrisé), il saura convaincre tous les amateurs d’action et de seinens sombres. Mais il séduira aussi tous ceux qui en attendent plus d’une série, notamment côté scénario.

Finition impeccable, histoire passionnante, rythme irréprochable… Aucun doute possible : Zetman est un incontournable !

Par , le

Les albums de la série ZETMAN