Zaroff

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LE LOMBARD

Collection :

Signé

Genre :

Aventure

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782803672288

Résumé de l'album Zaroff

1932. Zaroff ne connait pas vraiment Fiona Flanagan. Même s'il a tué son père lors d'une de ses chasses à l'homme. Fiona décide de le venger en lui rendant la pareille. Elle a fait enlever par ses hommes la sœur cadette de Zaroff, et ses enfants. Elle les a fait déposé sur son île ou ils vont être traqués, comme des bêtes et, finalement, tués. Si Zaroff arrive à les retrouver avant, il devra les défendre, parce que Fiona ne veut laisser aucun Zaroff en vie, après cette "partie de chasse"...

Par Berthold, le 29/05/2019

Notre avis sur l'album Zaroff

En 1932, on découvre un film signé Irving Pichel et Ernest B.Schoedsack, intitulé "Les chasses du comte Zaroff", l'adaptation d'une nouvelle de Richard Connell: "The Most Dangerous Game". Le film a marqué l'histoire du cinéma en imposant un nouveau genre, le survival.

François Miville-Deschênes a eu envie d'imaginer ce qu'aurait pu devenir Zaroff après les évènements racontés dans la nouvelle. Il en parle à son scénariste de Reconquêtes : Sylvain Runberg.

C'est ainsi que nait ce récit dans lequel un seul homme a échappé aux chasses du comte russe : un certain Sanger Rainsford. A cause de lui, Zaroff a été marqué de quelques cicatrices, dont une au visage. Son goût de la chasse n'est plus le même depuis. Jusqu'au jour où la fille d'une de ses victimes, vient avec son gang d'irlandais, guidés par un brésilien, sur l'île de Zaroff, pour inverser les rôles et faire de lui une proie. De plus, elle s'en est pris aussi à sa soeur et à ses neveux et nièces. Le chasseur retrouvera t'il ses vieux instincts ou sera t'il une simple proie ?
Sylvain Runberg nous offre la un thriller digne de ce nom, avec un suspense acéré et une atmosphère captivante. L'intrigue tient la route jusqu'au bout, avec de nombreuses susprises et rebondissements.
Le scénariste fait ressortir la psychologie de Zaroff, ainsi que des personnages qui s'imposent au fur et à mesure du récit. Cette histoire est parfois même impressionnante, avec quelques passages musclés, mais aussi quelques scènes gores et très violentes.
Runberg remet au goût du jour le survival en le poussant à un niveau supérieur.
Le final est parfait, on a envie d'en découvrir plus.

Encore une fois, je suis bluffé par le talent de François Miville-Deschênes. On sent qu'il tenait à cœur cette histoire. Il nous propose de sacrées planches, donnant vie à cette île en nous faisant ressentir les dangers qu'elle recèle, que ce soit par sa nature ou bien par certains animaux qui y vivent. Les couleurs servent à merveille l'atmosphère du récit, les ambiances collent à la perfection aux tensions du scénario.

A la fin de ce volume, on a même droit à un cahier graphique pour mieux découvrir le travail de l'artiste, ainsi que des envies de Sylvain Eunberg.

Un petit chef d'œuvre qui complète la magnifique collection Signé du Lombard. Un très bel hommage au personnage, au texte de Connell, au film de 1932… !
A ne surtout pas manquer !

Par , le

Nos interviews liées

Sylvain Runberg et Serge Pellé pour Orbital tome 4

Pourquoi avoir choisi des diplomates comme personnages principaux ? Sylvain Runberg : Des personnages principaux qui ont pour mission d’éviter que des conflits ne surviennent ou dégénèrent plutôt que d’en être les éléments déclencheurs était une ligne directrice qui nous semblait assez originale. Cela n’empêche d’ailleurs pas l’apparition de conflits très graves dans nos récits, bien au contraire. Et pour la petite histoire, un diplomate français, lecteur d’Orbital, nous a envoyé un mail où il nous disait que notre manière d’aborder le sujet, même dans le cadre d’un univers imaginaire, était assez juste. Comme quoi, Science Fiction et réalisme font aussi bon ménage. Allez-vous revenir en détail sur la guerre Humains/Sandjarr évoquée à de nombreuses reprises dans la série ? Sylvain Runberg : C’est tout à fait envisageable mais je n’en dirais pas plus pour le moment [...]

Lire la suite ›

Interview de Sylvain Runberg

Sceneario.com : Bonjour Sylvain ! Tu es scénariste de bandes dessinées, qu’est-ce que représente pour toi l’écriture ?
Sylvain Runberg : Une passion avant tout, même si elle est apparue assez tardivement, et par accident. J’ai commencé à écrire en 2002 à l’âge de 31 ans, pendant un arrêt de travail de plusieurs mois…suite à un accident justement. Et depuis 2004, c’est devenu mon métier. Sceneario.com : Dans tes albums tu ne te cantonnes pas à un seul genre, SF, fantastique, aventure, chronique sociale, humour, jeunesse… Tu peux nous en dire un peu plus ?
Sylvain Runberg : Ca reflète simplement mes goûts. Et c’est aussi un plaisir que de choisir la variété dans le domaine de l’écriture. Pourquoi se priver si l’envie est là ? En revanche, quelque soit le type d’univers, mon approche reste la même. Partir des personnages et essayer de les rendre crédibles, peu importe s’il s’agit d’étudiants à Londres en 1991, de diplomates aliens sur une planète imaginaire dans un futur lointain ou de guerriers Cimmériens parcourant les steppes asiatiques il y a 3500 années de cela [...]

Lire la suite ›

Interview de Sylvain Runberg et Serge Pellé pour Orbital

Sceneario.com : bonjour, tout d’abord, la traditionnelle question : Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
Sylvain Runberg : j’ai commencé à lire très tôt, des romans, des ouvrages concernant l’Histoire en général, et évidemment de la Bande Dessinée. Niveau études, j’ai un parcours en Arts Plastiques pour le lycée et en Histoire politique contemporaine pour l’université. Niveau professionnel, j’ai travaillé quelques années dans une librairie à Aix-en-provence, puis j’ai rejoint les Humanoïdes Associés pour travailler dans l’édition. C’est pendant cette période, en 2001, que j’ai eu un accident qui m’a immobilisé pendant plusieurs mois. Cette inactivité m’a amené à réfléchir à des scénarios et j’ai commencé à écrire des histoires courtes [...]

Lire la suite ›