YIU #2 La promesse que je te fais

voir la série YIU
Dessinateurs :



Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Science Fiction

Genre :

Cyberpunk

Religion

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 2845651139

Résumé de l'album La promesse que je te fais

L’église de l’annonciation prépare le venue de son messie. L’antéchrist est sur le point d’arriver et de semer la destruction sur son passage.
A Jerusalem, lieu où convergent les religions, le clergé prépare une nouvelle mission à confier à son « assassin» : Yiu.
Celle-ci est de plus en plus déterminée à réaliser ces missions dangereuses et très bien payées.

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album La promesse que je te fais

Avec Yiu, on touche du doigt la destinée peu conventionnelle d’une belle jeune femme dans un univers pré-apocalyptique où l’espoir semble évanoui. Dans son rôle tueuse à gages, Yiu peu paraître froide et distante. Mais elle cache en elle une chose qui la rend humaine et surtout attachante. Cette chose c’est son amour pour son frère. On se prend à souhaiter qu’elle réussisse ses mission, non pas pour elle, mais surtout pour son frère malade. D’ailleurs, les dix pages durant lesquelles ont lieu leurs retrouvailles sont vraiment très touchantes.
Le dessin en couleur directe est sombre et traduit parfaitement l’atmosphère pesante et peu joyeuse de cette bédé. Graphiquement on s’approche de ce que réalise un Olivier Ledroit sur une série comme Requiem.
Heureusement Ji-ha et sa sœur sont là car on pourrait penser que l’espoir est absent de cette bédé.

Par , le

Les albums de la série YIU

Nos interviews liées

Yiu, Premières Missions Tome 5 : Exfiltration Geisha

Sceneario.com : Vax, le dessin ne se démarque pas trop de la série mère, était-ce pour ne pas blesser les fans de la première heure?
Vax :
Je n'ai pas vraiment eu à me forcer pour coller à l'univers graphique de la série mère, ce genre de décors, de persos, c'était exactement ce que j'aimais dessiner avant de faire de la bd, du coup c'est assez naturellement que je me suis mis dans le bain. Et oui, c'est certain que le but était de garder une certaine homogénéité entre les deux séries, même si en regardant bien on trouve beaucoup de différences au niveau dessin. Je dirais même que d'albums en albums, je me sens de plus en plus libre d'apporter des choses qui n'existaient pas forcement dans la série mère, comme ce coté japonisant qu'on retrouve dans les tomes 2 et 5.    


Sceneario.com : Vax, Souhaiterais-tu diversifier ton talent de dessinateur en t'attaquant à un ou d'autres genres que la science-fiction ? Si oui, lesquels ?
Vax :
J'aime beaucoup le médiéval fantastique, les series plus actuelles et réalistes m'intéressent également, et j'ai une envie d'album humour sur des ninjas que je traine depuis quelques temps [...]

Lire la suite ›

Interview de Téhy, auteur avec Lalie de L'ange et le dragon

Sceneario.com : Bonjour ! "Téhy"... Forcément, ce nom dit quelque chose aux amateurs de bandes dessinées, notamment à ceux qui connaissent tes réalisations et à ceux qui ont déjà lu une première interview que tu avais accordée à Sceneario.com en janvier 2003, mais pourrais- tu quand même te (re)présenter ?
Téhy : Je suis un modeste auteur BD, partagé en deux parties : une partie "Jim" multipliant les expériences BD humour, avec différents titres, différents formats, différents types d'humours, et une partie "Téhy" plus axée sur les scénarios "fantastiques", avec moins de morceaux d'humour à l'intérieur ^^ . Mais là aussi, avec une tendance à vouloir essayer des projets différents, décalés, comme avec le projet YIU (7 tomes de 72 planches) ou sa série parallèle Premières missions [...]

Lire la suite ›

TEHY

Sceneario.com: Bonjour et merci d'avoir accepté de répondre à mes questions. Tu portes deux noms de scène, tu as plusieurs métiers (dessinateur, réalisateur, scénariste.), alors finalement, comment te décrire ?

Téhy: Plutôt un scénariste, je suppose, en phase d'apprentissage perpétuel, mais content à chaque fois que j'ai l'impression - subjective, forcément - de faire des progrès, de savoir un peu mieux raconter. Je considère ces années comme une sorte de passage pour apprendre à raconter des histoires, à s'y frotter, tester, jouer à essayer de s'épater, et toutes ces choses là. A côté de ça, dessinateur ou réalisateur, ce n'est jamais que des façons de faire passer les idées.

Sceneario.com: Ton métier de scénariste t'a conduit vers différentes histoires, dont celle de « Fée et Tendres Automates » qui se conclut ce mois ci. Après des péripéties tumultueuses tant dans la fabrication de la série que dans son récit, le troisième et dernier tome arrive enfin [...]

Lire la suite ›