YETI #2 Numéro 2

voir la série YETI
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

PRESSE

Sortie :

Résumé de l'album Numéro 2

Sommaire n°2
Page 2 RIFO - Fatman & Little Boy
Page 6 - MARCELÉ : Interview
Page 7 - MARCELÉ : Élodie et le dessinateur
Page 12 - JEAN-PAUL JENNEQUIN - Une araignée au plafond
Page 14 - AUDE SOLEILHAC : Mystère au manoir
Page 22 - JEAN-JACQUES BEINEIX : Interview
Page 24 - FERRA : Angkor
Page 28 - A. PERRET/P.-M. JAMET : Les communards
Page 33 - ELRIC/DARNAUDET : Le collectionneur
Page 38 - CHANTAL MONTELLIER : TGV - Pétroleuse
Page 40 - CUNEO : Villa Paradiso
Page 42 - CHRISTOPHER : Les filles
Page 45 - CHANTAL MONTELLIER : La guerre des bébés
Page 46 - THIERRY SAINT-JOANIS : Holmes et Rimbaud - 1874
Page 52 - ÉRIC LIBERGE : Temps mort
Page 57 - ABONNEMENT
Page 58 - ÉLIZABETH HERRGOTT : Montcul
Page 60 - PÉHAN : Thérèze contre le Serpent

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Numéro 2

Dans les kiosques à partir de ce mardi 14 septembre, le Yeti 2 s’impose en rouge et noir avec une couverture de Monsieur Jacques Tardi, mis à l’honneur à l’occasion de la sortie très attendue du quatrième et dernier tome du « Cri du Peuple ».
Le mag consacre également un dossier sur le sujet élargi à l’Histoire avec des références chronologiques notamment.
Le magazine s’étoffe déjà et la maquette est légèrement modifiée. Les différences sont subtiles mais le confort de lecture est évident. Le papier est plus épais et la place réservée aux interviews et articles divers est plus importante. Tant mieux, il faut du temps pour le lire et la dépense est justifiée.
Au fil des pages on retrouve des auteurs déjà présents dans le n° 1 comme Chantal Montellier qui continue de nous raconter ses voyages et qui ajoute une planche consacrée à la dure vie des bébés.
Alain Fretet s’immisce dans les pages fiction de Thierry Saint-Joanis et donne un visage rêveur et juvénile aux grands Rimbaud et Holmes.
La jeunesse toujours symbolisée par Aude Soleilhac et son court récit assez amusant avec un chien qui machouille…
Cueno s’installe avec Christopher au centre du magazine et tous les deux s’illustrent avec un clin d’œil, sens de lecture oblige, il faudra désormais faire tourner Yeti d’un quart de cercle vers la droite (pareil pour les gauchers ;-) ) , s’installer bien au fond du fauteuil et lire les bandes.. !
J’aime beaucoup cette idée de mélanger les genres, les styles et les formats. Alors en constatant que Tardi ,et son œuvre sur la Commune flirte agréablement avec un « collectionneur » très spécial coulé dans une ligne claire à la Chaland.. on se dit que tout va bien. Les générations dialoguent au sein d’un même magazine avec naturel et aisance. Pas de retenue ni de gêne, la cohabitation est réussie.
En ce qui concerne les interviews, c’est une bonne surprise également, les interviewés se livrent avec générosité, c’est un régal.
Beaucoup à lire donc dans ce mag qui s’identifie dès le départ avec des sujets approfondis, des récits complets, des inédits et une mise en page fluide.
Si vous avez loupé le n°1, il n’est pas trop tard pour s’y intéresser. En tous cas, je le recommande, il est passionnant ^_^

Par , le

Les albums de la série YETI