Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782505006923

Résumé de l'album Irina

Après l’excellent premier album de la série XIII Mystery, centré sur la Mangouste, voici, un an après, le second tome, centré cette fois-ci sur Irina, un autre personnage phare de la série XIII, l’original. Nous suivons le parcours d’une jeune pensionnaire d’un orphelinat de Biélorussie, qui va devenir au fil des années une redoutable tueuse…

Par Quentin Lefebvre, le 01/10/2009

Notre avis sur l'album Irina

On retrouve dans cette histoire une ambiance et un ton que l’on pouvait déjà trouver dans le précédent tome. On suit le parcours de ce personnage singulier qu’est Irina, avec sa voix-off commentant son propre parcours. Comme dans le tome précédent, on sent la montée en puissance du personnage, on vit avec elle ses péripéties, même si quelques évidentes ellipses (des sauts dans le temps de plusieurs années) accélèrent sa mutation.

L’album se lit tout seul, il n’y a aucune lourdeur, pas de temps mort. Tout est traité avec cohérence et réalisme. Les dialogues sonnent vrais, l’histoire ne manque pas de retournements de situations, et de personnages charismatiques (certains des personnages les plus fameux de la série originale sont présents). Enfin, l’épilogue est des plus bluffant !

Les couleurs mettent très bien en avant le trait magnifique de Philippe Berthet, très contrasté dans les noirs. L’univers de XIII est là : des femmes sensuelles, de la bagarre, des morts, du suspense…

On se demande comment les auteurs du prochain tome de XIII Mystery pourront faire mieux que ça ?
Dorison et Meyer avaient fixé la barre haut avec « La Mangouste », elle l’est restée.

Par , le

Cet "Irina" continue donc dans la lancée du premier numéro paru un an plus tôt.

Le scénario utilise de façon très cohérente les éléments de la série mère, on y recroise des figures marquantes, on apprend un certain nombre de petits "secrets" sur la belle tueuse, mais, assez étrangement, l'intrigue n'est pas non plus très passionnante.
C'est lent, sans montée en puissance, il n'y a même pas vraiment de coup de théâtre, c'est une histoire qui se laisse lire, de façon assez logique, sans surprise. Corbeyran passant très rapidement sur l'aspect "tueur à gage du KGB" et se bornant à ne donner du volume à son personnage principal qu'au travers de cette histoire d'amie assassinée, jadis. Tout le reste semblant être vécu par Irina de façon incroyablement détachée...

Je suis habituellement très fan du dessin de Berthet, mais là, je ne sais pas, je trouve qu'il manque cruellement d'expression, de puissance. Aucune passion, aucune sensualité, que ce soit dans les moments de tendresse, de tristesse, quand il y a de la tension... Du coup, il se dégage vite une impression de froideur générale qui casse un peu les effets du scénario. Irina perdant de son mystère, ne restant qu'une machine à tuer, sans profondeur.

Malgré tout, on reste complètement dans le concept de cette série qui explore le passé des protagonistes de XIII. Je trouve juste que ce deuxième tome est un chouilla en deçà de ce que le premier volume avait pu nous proposer.
Attendons de voir ce que Yann et Henninot nous offrirons avec la suite.

Par , le

Les albums de la série XIII MYSTERY

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Rencontre avec Cuzor et Berthet pour XIII mystery

Sceneario.com :
Comment avez-vous été castés pour la série XIII Mystery ?
Berthet : J’ai reçu un coup de téléphone de l’éditeur qui avait le scénario d’Eric Corbeyran sur son bureau et il m’a dit qu’il avait un personnage féminin pour moi. Comme j’ai fait une série qui s’appelle Pin up il y avait une possibilité de cohésion, et voilà, c’est ainsi que cela s’est fait. J’ai lu le scénario que j’ai tout de suite adoré, je me suis senti très très vite capable de dessiner ça, je voyais bien ce qu’Eric avait en tête. Globalement pour XIII Mystery c’est ainsi que cela se passe, c’est d’abord une aventure scénaristique coachée par Jean Van Hamme et puis après, une fois que le scénario est validé, ils vont à la recherche de dessinateurs [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›