WEENA #5 Batailles

voir la série WEENA
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Terres de Légendes

Genre :

Aventure

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782756003375

Résumé de l'album Batailles

Morckoor poursuit toujours Weëna et Opéra après son fiasco au cloître des Soeurs de Glace. Les deux jeunes filles ont embarqué pour Nym-Bruyn.

Gwylym voit enfin son rêve devenir réalité : être un grand guerrier.. Il a été promu général de l’armée du Roi. Mais lorsque lui et sa troupe se retrouvent sur la plaine face à quelques paysans ou fermiers du pays Behrs, Gwylym hésite à donner l’assaut. Son caporal le frappe par derrière et le laisse pour mort sur le champ de bataille. Miureal apprenant ce qui est arrivé, veut partir sur le champ retrouver le corps du jeune homme.

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Batailles

Avec ce tome 5, débute un nouveau cycle. Nous y retrouvons tous les protagonistes principaux : Weëna, Morckoor, Gwylym, Miuréal et Opéra. Mais ce que je trouve très bien avec ce tome 5 , c’est que nous voyons moins Weëna et que des personnages comme Miuréal, la couturière, prennent plus d’importance. Je trouve que cet opus est d’ailleurs très intéressant de par le biais de la présence importante de Miuréal. Lorsqu’elle part à la recherche de Gwylym accompagné du sergent, elle se trouve face à Morckoor. A partir de là, le récit va mettre en avant la malédiction de la Branche Morte et la naissance de Weëna. Ce récit est donc important pour l’histoire.

Corbeyran, encore une fois, signe un beau récit qui nous change complètement de toutes ces histoires d’héroïc-fantasy qui tournent en rond et qui se ressemblent.
Une des raisons qui me poussent aussi à lire cette saga, c’est le dessin d’Alice Picard. Je trouve son trait très fin, original, qui n’a pas son pareil et qui, de tome en tome, s’améliore de plus en plus. Ce tome 5 aborde une nouvelle phase, une nouvelle évolution : certaines cases fourmillent de mille détails. Il y a des scènes de foule ou de plans du port et de la cité qui valent le coup d’œil. Prenez, par exemple, pages 28 et 29 (même la 30),  regardez ces petites choses qui se passent dans les « à-côté », n’est-ce pas fabuleux ? De plus, il faut aussi dire un mot sur le superbe travail de la coloriste, Elsa Brants. Je reste admiratif devant sa palette et son choix des couleurs. Certaines cases sont un véritable enchantement (page 6, case 1 par exemple).

Weëna débute donc un nouveau cycle sous les meilleures augures. Une série que je vous conseille aussi.

Par , le

Les albums de la série WEENA

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Elsa BRANTS

Sceneario.com : Bonjour Elsa. Tu t’es passionnée très jeune pour la BD choisissant d’en faire plus tard ton métier. Qu’est-ce qui a déclenché cet engouement?

Elsa BRANTS : Prenez des grands parents artistes, peintres, sculpteurs, dessinateurs, une mère photographe, un père dévoreur de bd… laissez reposer 12 ans, et vous obtiendrez une petite fille persuadée que dans la vie il n’y a rien de plus beau que la bd ^ ^

Les Week-end et les vacances je dessinais, j’inventais mes histoires, ça n’avait ni queue ni tête mais en 5 ans je suis tout de même arrivée à faire plus de 900 pages…

Si je ne devais retenir qu’un seul élément déclencheur, ce serait sans doute les gags de Gottlib racontant la vie d’un auteur de bd ^ ^.
extrait tome 1

S
ceneario [...]

Lire la suite ›