WALTER APPLEDUCK #2 Un cow-boy dans la ville

voir la série WALTER APPLEDUCK
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Humour

Sortie :
ISBN : 9791034738991

Résumé de l'album Un cow-boy dans la ville

Parce qu’il a été l’auteur de nombreuses bévues vis-à-vis de Miss Rigby à Dirtyoldtown, Walter Appleduck a entraîné son tuteur de stage Billy, l’adjoint du shérif de la bourgade rurale, à la découverte de la grande ville. Là, en ces lieux grouillants où la civilisation a tissé sa toile, Walter souhaite lui inculquer en neuf leçons les valeurs inhérentes à un homme respectable et respecté. Malheureusement, cette résolution va se révéler des plus ardues à appliquer tant la crétinerie de son tuteur est on ne peut plus démesurée. Serait-ce du coup peine perdue ?

Par Phibes, le 26/06/2020

Notre avis sur l'album Un cow-boy dans la ville

L’association Fabcaro / Fabrice erre fonctionne toujours aussi bien. Après une première partie rocambolesque qui nous permettait de plonger dans les ambiances westerniennes complètement déjantées à la faveur des péripéties vécues par un duo de personnages très caractérisés, les auteurs ont décidé de remettre les couverts.

Cette fois-ci, le jeune Walter, propre de sa personne et bien équilibré, a décidé d’amener son mentor (dézingué) Billy au contact de la civilisation. Comme il se doit, au regard de son abrutissime personnalité que l’on a découvert dans le précédent épisode, Billy se doit, en arpentant la grande ville, de se « désabêtir » et d’apprendre, en quelque sorte, l’humanité. Malheureusement, son naturel semble être un obstacle difficile à franchir si bien que son naturel a tendance à revenir inéluctablement au galop.

Il ne fait aucun doute que l’auteur du fameux Zaï Zaï Zaï Zaï s’en donne une nouvelle fois à cœur joie pour planter son personnage lourdingue dans des situations complètement ubuesques. Le comique qu’il met à l’œuvre est on ne peut plus délirant et fonctionne à merveille. Les neuf leçons de savoir-vivre en société se suivent généreusement mais se ressemblent toutes dans leurs effets. Billy est vraiment trop c… !

Si le scénariste joue à merveille sur ses gags, l’on peut considérer que Fabrice Erre est réellement, au niveau dessin, au diapason de celui-ci. En effet, grâce à ce trait caricatural humoristique et déjanté qu’il use dans tous ses albums, l’artiste prouve qu’il est absolument à l’aise dans le satirique. Le mouvement est totalement délié, les expressions portées à leur paroxysme, le comique on ne peut plus présent.

Un moment de lecture 100% délirant et déridant.

Par , le

Les albums de la série WALTER APPLEDUCK

Nos interviews liées

Fabcaro, auteur de La clôture

Sceneario.com : Bonjour Fabcaro, et merci de nous accorder quelques instants alors que tu as la clôture de Pompon à terminer... On va tâcher de faire vite ! Alors, pour commencer... Pourrais-tu te présenter dans les grandes lignes et nous rappeler ton parcours artistique ?
Fabcaro : Pour faire court : j'ai décidé de vivre de l'écriture et du dessin à la fin des années 90, j'ai alors commencé à placer des illustrations et des strips dans différents mensuels avant d'attaquer mes premières collaborations avec Psikopat ou Tchô. Peu après sortait mon premier album, Le steak haché de Damoclès, aux éditions La cafetière. Sceneario.com : La cafetière, 6 pieds sous terre... Tu donnes l'impression d'être abonné aux « petits éditeurs ». Est-ce un choix ou est-ce parce que ce que tu as envie de raconter n’intéresse pas les plus gros ?
Fabcaro : Je fais aussi des choses pour les plus gros, notamment un truc pour l'Echo des Savanes (Glénat) qui va donner lieu à un album chez Drugstore en septembre [...]

Lire la suite ›