WALKING DEAD #3 Sain et sauf ?

voir la série WALKING DEAD
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Comics

Horreur

Noir et Blanc

Sortie :
ISBN : 9782756012834

Résumé de l'album Sain et sauf ?

Rick, et ce qui reste d’un groupe hétéroclite de plus en plus décimé, quitte la ferme des Greene, aspirant plus que jamais à trouver un havre de paix où ils pourraient se reposer. Après quelques heures de route, ils tombent sur un pénitencier visiblement ravagé par le phénomène de zombification.

Rick prend encore une fois les choses en main, et réparti les effectifs afin de « nettoyer » l’endroit, en quête de nourriture. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il tombe sur quatre prisonniers bien en chair, coupés du monde mais à l’abri de la famine grâce aux provisions stockées.

Malgré une certaine méfiance, les protagonistes vont commencer à croire à un nouveau départ bien mérité, mais c’était sans compter une nouvelle série de décès qui va exacerber les tensions sous jacentes.

Qui est donc le tueur trancheur de tête et quel sort Rick veut-il lui réserver? Le pénitencier vu comme une aubaine va t-il finalement se transformer en enfer sur Terre ?

Par Matt, le NC

Notre avis sur l'album Sain et sauf ?

Et voilà le troisième tome de Walking Dead, l’une des meilleures histoires de zombies qu’il m’est donné de voir depuis quelques temps. J’avoue préférer les bons comics traditionnels comme X-Men et Spider-Man, mais je remercie la personne qui m’a donné la chance de découvrir cette nouvelle série.

« Sain et Sauf ? »  : Je mets quiconque au défi de trouver un meilleur titre pour résumer cet opus qui met en scène un huis-clos oppressant. Bien loin de faire un parallèle avec le film Blair Witch par exemple, les auteurs mettent en scène les angoisses, les doutes et espoirs de chaque personnage. Un troisième tome finalement très psychologique, n’excluant cependant pas quelques scènes de « dé-zombification » assez satisfaisantes.

Le trait et le travail d’encrage réalisés par Charlie Adlard restent égaux à eux-mêmes mais je me demande si un poil de couleur… Mais je m’égare !

On appréciera au passage, juste avant de refermer le livre, la tenue du tableau de chasse résumant les forces en présence, et les pertes subies (je me demande par contre s’il n’y aurait pas eu des oublis, j’ai l’impression que le nombre de décédés n’est pas exorbitant, c’est sans doute la banalisation de toute cette violence comme dirait certaines associations parentales !) sans oublier les études de couvertures…

Bref, ce troisième tome de Walking Dead aborde un nouvel aspect de cette fuite désespérée face aux zombies et ma foi, on a vraiment hâte de se trouver confronté au prochain tome !!

Par , le

Quelle claque ! Ce tome 3 de la série Walking Dead confirme tout le bien que je pensais de cette saga lors de la lecture des deux opus précédents.

Nous retrouvons donc notre groupe de survivants devant la porte du pénitentier où nous les avons laissés. Le groupe se cherche un refuge pour pouvoir vivre en paix et éviter que les mort-vivants les attaquent, c'est un endroit sûr qu'il leur faut, une forteresse. Mais à l'intérieur de ces murs, le danger n'est pas toujours celui auquel on s'attend.

Kirkman réussit avec ce scénario à nous tenir en haleine tout du long des 140 pages. Il arrive même à faire peur au lecteur. Pas peur en nous montrant des scènes  horribles ou gores, mais peur "psychologiquement". La peur nait au sein des relations entre les survivants. Même s'ils essayent de recréer une société, ils n'arrivent pas à oublier les "mauvais penchants" de l'humanité. Comme cette scène où Rick laisse parler la violence qui est en lui en affrontant le "tueur" et se nomme juge et bourreau en le condamnant à la pendaison. Comme au bon vieux far-west !!!
C'est de ce genre de scène que naît donc la peur. Cela vous prend peu à peu et ne vous lâche plus jusqu'à la fin (et même après la lecture). C'est un peu le même sentiment que j'ai eu en voyant le film 28 semaines plus tard.

Kirkman signe donc une très bonne série avec Walking dead, une série à découvrir, je vous le dis.

De plus, Charles Adlard, l'illustrateur du très beau livre La mort blanche, fait un très bon travail en noir et blanc qui va impressionner le lecteur. Justement, ce noir et blanc renvoie au film de Georges A.Romero : La nuit des Mort-Vivants. Ce noir et blanc met bien plus mal à l'aise que la couleur.

Walking dead est une série que je vous invite à découvrir, une série que vous n'oublierez pas de sitôt, une série dont on attend la suite avec impatience !

Par , le

Les albums de la série WALKING DEAD