Etat de New York, hiver 1634-1635

Dessinateur :


Scénaristes :



Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Historique

Récit de voyage

Sortie :
ISBN : 9782205060980

Résumé de l'album Etat de New York, hiver 1634-1635

1634. New York ne s’appelle pas encore New York, mais New Amsterdam. La ville est peuplée d’Européens venus chercher fortune dans le Nouveau Monde. Parmi eux, le hollandais Van Den Bogaert, Harmen Meyndertsz de son prénom, est un jeune entrepreneur spécialisé en fourrure.
Afin de contrer la concurrence française et sécuriser son approvisionnement en peaux de castor, il organise une expédition en territoire indien avec deux compagnons. Ils parcourent le grand pays hostile et s’enfonce au cœur du rude hiver. Bientôt, ils réalisent que leur vie dépend de l’attitude des Mohawks avec lesquels ils marchandent.

Par Geoffrey, le 10/09/2014

Notre avis sur l'album Etat de New York, hiver 1634-1635

A travers ce roman graphique de plus de 130 pages, l’auteur entraîne le lecteur dans le récit à la première personne. Nous suivons Van Den Bogaert et ses deux compagnons de village en village, s’enfonçant toujours plus profondément en territoire indien et dans l’hiver. S’ils rencontrent et rapportent des observations sur un peuple adapté au climat rigoureux de l’est-américain, on se demande ce que les Hollandais cherchent et jusqu’où ils iront.
Sans recul, O’Connor suit le journal de bord et raconte pas à pas le périple de ses héros. Il n’existe aucune dramatisation, à part peut-être l’affrontement avec l’hiver. S’il nous a expliqué dans le texte en préambule que Van Den Bogaert cherche des fourrures, dans la BD, son personnage principal s’en préoccupe à peine. Il semble se perdre (et le lecteur avec) dans une observation, très superficielle, limitée aux habitations des indiens, ces derniers étant devenus très rapidement amicaux, ouverts, bienveillants et protecteurs.
Le graphisme n’apporte aucun secours quant à la compréhension de l’histoire. Le dessin de style manga avec des expressions limitées au visage des personnages et le choix de raconter l’histoire uniquement dans des blocs de texte dans les cases n’arrangent rien. Les personnages sont muets et les paysages se ressemblent tous. On ne peut donc évaluer le chemin parcouru par les héros. Quant à la mise en couleur, elle se résume à de gros aplats dignes des années 1970 ou 80.
En adaptant le carnet de voyage d’un Européen du XVIIème siècle (a priori l’un des premiers écrits relatant la rencontre avec des Iroquois, selon Wikipedia), O’Connor a sans doute fourni un travail conséquent. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’une œuvre de jeunesse, indigeste et inintéressante, où la chute brille comme le sous-texte par leur absence.
Autant de défauts qui m’amènent à interroger l’éditeur sur son choix : pourquoi s’être payé l’effort d’une traduction pour une BD plutôt digne d’un fanzine quand il y a pléthore d’auteurs de qualité sur le marché francophone ? Le débat est sans doute infini.

Par , le