Vivisection

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

TREIZE ETRANGE

Genre :

Amour

Intimiste

Noir et Blanc

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782723472586

Résumé de l'album Vivisection

 
Lors de la fête donnée à l’occasion du troisième mariage de sa sœur, Théo remarque une jeune femme qu’il n’arrive plus, ensuite, à quitter du regard. Ses hormones s’emballent alors et tout se met à tourner très vite dans sa tête : oui, c’est évident, cette fille... il la désire !!!

Cependant, il apprend très vite que cette fille, Claire, est une cousine à lui qui habite au Luxembourg et que du haut de ses quinze ans, elle est beaucoup plus jeune que lui !!! Autant de choses qui auraient dû le faire renoncer à tenter quoi que ce soit ; à penser à quoi que ce soit, même... Mais entre ses potes qui, ayant capté le truc, le remettront sur le tapis tout au long de la soirée et les réflexions du biologiste qu’il est, Théo vivra une soirée pleine d’émotions au gré du ballet interne des cellules qui font son corps...
 

Par Sylvestre, le 16/10/2011

Notre avis sur l'album Vivisection

 
Entre un intrigant dessin de couverture et un début d’histoire donnant peu d’indices sur le genre de lecture auquel on doit s’attendre (humoristique ? sérieux ? chronique rurale ? récit fantastique ?), c’est avec une certaine fébrilité qu’on se lance ; comme un scientifique ouvrirait au scalpel avec la minutie requise un triton dont il attend beaucoup du message délivré par ses tripes...

On fait alors connaissance avec le personnage principal de cette histoire : Théo. On apprend qu’il est biologiste, on se dit qu’il n’est donc pas le clampin de base. L’introduction relative aux cellules est là pour nous conforter dans cette idée. Mais très vite, on se laisse surprendre par la tournure des événements, lorsque Théo et Claire sont présentés l’un à l’autre. Et on est intrigué par les raisonnements qui vont bien pouvoir suivre dès lors que l’on sait qu’il va s’agir du comportement d’un adulte envers une adolescente qui lui a "tapé dans l’œil"...

Justement, ce sont des réflexions, des souvenirs et des vérités qui vont faire le programme de la soirée de Théo... Avec humour, on va revisiter son enfance à la recherche d’explications sur son comportement et sur son mode de penser ou d’agir. On va aussi le suivre dans ses rêveries, privilégiés qu’on est d’être ainsi les seuls à avoir le droit de savoir réellement ce qu’il pense à l’intérieur quand, à l’extérieur, il est bien obligé de savoir se tenir. Et tout cela sonne très sincère, très vrai, très... vécu ?!

Dans Vivisection, on passe donc souvent d’un univers à un autre. De l’intérieur à l’extérieur... Lors du mariage, on est parfois d’un côté de la verrière, dans la grande salle éclairée qu’on imagine bruyante et surchauffée, et parfois de l’autre, dans la fraîcheur d’un extérieur où les décibels agressent moins les tympans. On voyage aussi du présent au passé lorsque nous sont rappelées certaines anecdotes de la vie de Théo lorsqu’il était un jeune garçon. Enfin, on navigue à plusieurs reprises entre la réalité dans laquelle Théo a pied, et les pensées dans lesquelles il s’évade selon les situations (des rêves dans lesquels Claire trouve sa place ou des cauchemars dans lesquels sa mère est une redoutable sorcière ô combien terrifiante...) A chaque fois, ces univers antagonistes sont différenciés, la couleur noire se faisant beaucoup plus présente en marges pour nous avertir qu’on s’éloigne du réel ou du présent... C’est une des originalités graphiques de ce récit en noir et blanc qui en réserve d’autres, comme ces métaphores et autres visions subjectives ou... biologiques !

On avance dans la lecture intéressé(e) par la sincérité de ce qu’on y lit. Comme si on était nous aussi à ce mariage et qu’on écoutait Théo. Ce qui fait que comme lui, on passe un peu à côté dudit mariage, mais on est "en plein dedans" quand il s’agit des tourments amoureux desquels il est victime (consentante !). Lui qui, chercheur dans un laboratoire, est plutôt du genre à ne croire que ce qu’il démontre, le voici complètement bouleversé par la science non exacte de l’amour !!!

Vivisection est un bel exercice narratif entre "histoire d’amour impossible" et "mémoires d’un jeune vieux déboussolé" (!!!) C’est une lecture recommandée à faire aux bien nommées éditions [treize étrange].
 

Par , le