VIOLETTE MORRIS À ABATTRE PAR TOUS LES MOYENS #2 Deuxième comparution

voir la série VIOLETTE MORRIS À ABATTRE PAR TOUS LES MOYENS
Dessinateur :


Scénaristes :




Éditions :

Futuropolis

Genre :

Biographie

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 9782754827577

Résumé de l'album Deuxième comparution

Lucie poursuit son enquête sur la mort de Violette Morris et l’affaire semble, pour le moins, toujours plus trouble au fur et à mesure qu’elle rencontre d’anciens résistants.

Les souvenirs ramènent aussi aux grandes années sportives de la championne, en football mais, surtout, dans les sports mécaniques.
Mais Lucie vit également avec la tristesse et l’amertume. Celles de la mort de ses parents, déportés durant la guerre.

Par Legoffe, le 20/10/2019

Notre avis sur l'album Deuxième comparution

En parlant de « deuxième comparution » plutôt que d’épisode, les auteurs annoncent clairement la couleur. Leur enquête est là pour aider le lecteur à se faire sa propre opinion sur Violette Morris, qui marqua le sport dans les années 1920 autant qu’elle défraya la chronique avec ses frasques avant de devenir une cible pour ses liens supposés avec les Allemands.

Le récit, toujours construit avec intelligence, nous entraîne principalement sur trois époques : le moment de l’enquête de Lucie (1945), les années 20 vécues par Violette et le début de la guerre où l’on retrouve Lucie et ses parents.

Si cela rend le livre très vivant, le scénario a un autre mérite. Il permet de replonger dans la société de ces différentes époques. On y parle des rêves d’émancipation de la femme dans les Années Folles, puis du revirement quelques années plus tard, avec des conservateurs et des extrémistes qui veulent remettre la gente féminine à la place qui est la leur - selon eux - c’est-à-dire le foyer et la gestion des enfants. Sans oublier la montée de l’antisémitisme.

Dans ce second épisode, nous n’avons pas encore d’informations sur la nature des liens que Violette Morris aurait pu entretenir avec les nazis, car le récit de sa vie s’arrête en 1930. Mais, pour l’heure, nous voyons surtout une femme qui dérange l’establishment, adulée comme détestée .

Et si les auteurs complètent progressivement le dossier du jugement, des faits peu reluisants viennent se rappeler au lecteur, et ils n’ont rien à voir avec Violette. Collaboration, rafle du Vel d’Hiv, épuration après guerre… L’héroïsme et l’engagement de Français pour la liberté avait son pendant noir, qu’il ne faudrait pas oublier. Une manière de se dire que, durant la lecture, on s’appliquera peut être plus à comprendre qu’à juger.
Seule certitude, la série est passionnante, magnifiquement dessinée et très bien documentée. Il serait donc dommage que vous ne rejoignez pas le banc des jurés…

Par , le

Les albums de la série VIOLETTE MORRIS À ABATTRE PAR TOUS LES MOYENS

Nos interviews liées

Kris nous parle du collectif En chemin elle rencontre

Sceneario.com : Bonjour Kris ! Pour mieux faire connaissance, vous serait-il possible de faire une petite rétrospective de votre immersion dans le monde du 9ème art ? Quel en a été le fait déclencheur ?
Kris : Ho, c’est un parcours on ne peut plus classique : un rêve de gamin qui commence à prendre corps le jour où j’ai rencontré plusieurs dessinateurs talentueux qui, comme moi, voulaient à tout prix faire de la bande dessinée. C’était en 1998, alors que j’étais en fac d’histoire à Brest : ça faisait longtemps que j’écrivais des scénarios, dans mon coin. Mais un scénariste BD sans dessinateur, ça ne sert pas à grand-chose… Bref, je travaillais au rayon BD d’une librairie et les étudiants des beaux-arts du coin venaient y traîner régulièrement. Il y avait Obion, Gwendal Lemercier, Mike, Julien Lamanda, etc [...]

Lire la suite ›