ATTENTION : CONTENU RESERVE
A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités.
En affichant cette page, vous déclarez prendre vos responsabilités vis-a-vis de ce contenu.

Afficher Sortir

VERNON SULLIVAN ALIAS BORIS VIAN #1 J’irai cracher sur vos tombes

voir la série VERNON SULLIVAN ALIAS BORIS VIAN
Dessinateurs :




Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Adaptation

Adulte

Drame

Sortie :
ISBN : 9782344020562

Résumé de l'album J’irai cracher sur vos tombes

Enfant mulâtre au physique avantageux, à la peau blanche et aux cheveux blonds, Lee Anderson vient s’installer à Buckton, petite ville du Sud des États-Unis, pour prendre la gérance d’une librairie. Après avoir assimilé les rudiments de gestion et pris possession de son logement, il s’adonne pleinement à son travail. Au bout d’une quinzaine de jours, Lee éprouve le besoin de sortir et de rencontrer des femmes. Il finit par intégrer une bande de jeunes locaux avec lesquels il passe des moments orgiaques très agréables. Mais le sourire n’y est pas car le jeune métis a quelque chose en tête qui le mine et qui le pousse à attendre le moment propice pour se mettre en action. Lors d’une soirée organisée par Dexter à laquelle participent des notables, Lee croise le regard de deux sœurs, Lou et Jean Asquith. C’est le coup de poing dans la figure ! Ayant trouvé ce qu’il cherchait enfin, il décide de mettre à exécution son plan ; en commençant par les faire danser et leur faire la cour. Quel est donc ce plan démonique ? N’est-il pas en lien avec la tragédie que Tom et le gosse, ses frères, ont vécu précédemment ?

Par Phibes, le 16/03/2020

Notre avis sur l'album J’irai cracher sur vos tombes

Nouvelle série à agrémenter le catalogue de la maison Glénat, Vernon Sullivan alias Boris Vian est, comme on peut le deviner aisément, une mise à l’honneur des quatre fameux titres que le romancier/trompettiste/chanteur… a pu écrire sous ce pseudo aux intonations américaines entre 1946 et 1950.

Cette première adaptation, signée Jean-David Morvan, est l’occasion de plonger dans un récit noir imparable, à la fois dramatique et machiavélique. A cet égard, l’on conviendra que le scénariste s’est bien calé à l’histoire originelle (elle fit sensation au moment de sa sortie en 1946) et a su la restituer dans un style résolument moderne, sans aucune retenue, ne manquant pas au passage de faire état de la débauche sexuelle et de la violence inhérentes à celle-ci.

L’effort de césure est conséquent. L’auteur se fixe sur le personnage central et fait en sorte, pour bien camper les situations, de jouer sur ses pensées les plus personnelles. Ces dernières se révèlent ainsi au travers d’un jeu narratif très prégnant qui nous ouvre les yeux sur ses aspirations revanchardes. A ce titre, il ne faut pas oublier que nous nous trouvons dans le sud des Etats Unis et que Lee est un homme issu d’un métissage blanc/noir, qui a été marqué par l’histoire tragique de sa famille et qui s’élève contre la discrimination raciale. Il va nous le prouver de la plus sordide des façons.

Pour les besoins de la mise en images des pérégrinations manipulatrices de Lee, pas moins de trois dessinateurs se sont associés. Rey Macutay, Rafael Ortiz et Scie Tronc, fidèles du scénariste, nous offrent un travail de grande qualité. A la faveur d’un trait réaliste parfois épuré, parfois détaillé, qui se veut bien agréable, le trio se complète à merveille. Les décors de l’Amérique des années 50 sont superbement réalisés. Côté personnages, là-aussi, les hommes et femmes ont une physionomie très soignée. Le choix de la représentation de Lee est particulièrement intéressante, tête d’ange et corps d’athlète qui tranchent avec sa gravité presque permanente et ses intentions. Enfin, les co-dessinateurs n’hésitent pas à jouer le sulfureux en croquant des scènes de sexe torrides et brutales.

Une adaptation illustrée de la première œuvre de Boris Vian écrite sous le pseudo de Vernon Sullivan réellement convaincante, qui a l'avantage de nous faire (re)découvrir une facette plus sombre du romancier.

Par , le

Les albums de la série VERNON SULLIVAN ALIAS BORIS VIAN

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›