ATTENTION : CONTENU RESERVE
A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités.
En affichant cette page, vous déclarez prendre vos responsabilités vis-a-vis de ce contenu.

Afficher Sortir

VERNON SULLIVAN ALIAS BORIS VIAN #3 Elles se rendent pas compte

voir la série VERNON SULLIVAN ALIAS BORIS VIAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Adaptation

Adulte

Drame

Sortie :
ISBN : 9782344020579

Résumé de l'album Elles se rendent pas compte

Issu d’une famille aisée, Francis Deacon est en cette fin de journée très affairé. En effet, invité par sa grande amie Gaya à une soirée costumée, le jeune homme s’est maquillé, mis des faux seins, une perruque et une robe et a dû passer chez Wu Chang afin de se faire épiler les gambettes. Irrité par ce qu’il se doit d’endurer, il parvient tout de même à intégrer la fête et à jouer le grand jeu en mimant ce que les souris font quand elles sont entre elles. Il finit même par accrocher Florence, déguisée en homme. Alors qu’il est proche de la conclusion avec cette dernière, Francis s’aperçoit que Gaya a disparu de la salle de danse. Il part à sa recherche, croise l’homme avec lequel il était et la retrouve à l’étage complètement shootée. Une semaine plus tard, Francis reçoit un faire-part de mariage entre son amie Gaya et un certain Richard Walcott, homosexuel patenté. Intrigué, il se rend à son domicile et insiste pour rencontrer son prétendant. Il l’accompagne à un restaurant où ce dernier a donné rendez-vous à sa promise. En récupérant le sac de Gaya, Francis découvre que celui-ci est bourré d’argent et que la jeune femme en a profité pour s’esquiver avec son futur mari et un ami à lui. Comprenant que Gaya a été prise au piège pour consommer de la drogue, il se décide à prendre des mesures de rétorsion radicales. Malheureusement, de s’en prendre à un gang de trafiquants, la partie risque d’être douloureuse. A moins que Ritchie, son frère, vienne l’aider.

Par Phibes, le 16/10/2020

Notre avis sur l'album Elles se rendent pas compte

Jean-David Morvan poursuit son adaptation en bande dessinée des œuvres écrites par Boris Vian sous le pseudo Vernon Sullivan. Faisant suite aux deux précédents albums qui ont su nous éclairer sur ce que l’auteur originel était capable d’écrire sous ce nom fictif, à la fois violent et dépravé, il ne fait aucun doute que le présent récit ne déroge pas au concept initial. Prenant pour cadre l’Amérique des années 50, il nous intéresse aux tribulations sulfureuses de deux frères en prise avec des trafiquants de drogue.

Force est de constater que Elles se rendent pas compte est une histoire audacieuse tant les agissements des deux protagonistes sont auréolées d’actions, d’homosexualité, de violence et de sexe, le tout servi avec une réelle once d’humour (ce qui n’est pas négligeable eu égard à la noirceur des faits). Jean-David Morvan, une fois de plus motivé par cet univers, relate fidèlement et avec style des péripéties qui, bien entendu, restent en marge du politiquement correct et nous donnent une facette très corrompue de cette société américaine à la fois libertine et machiste.

Malgré tout, cette équipée, bien que rythmée, a le désavantage d’être moins prégnante que les précédentes, peut-être dû au fait que la surprise n’y est plus (on garde en mémoire les deux premiers tomes) et que le déroulement semble moins percutant. Par ailleurs, la férocité (volontaire) des propos des protagonistes envers la gente homosexuelle se révèle réellement peu en phase avec notre époque et a tendance à être dérangeante.

La partie graphique a été confiée au dessinateur argentin Patricio Angel Delpeche. Signant ici sa première participation à un ouvrage français, l’artiste démontre naturellement qu’il a du talent. En effet, son trait met en évidence une belle rigueur artistique, que ce soit au niveau des arrière-plans ou des personnages bien réalistes, qui se voudrait conforme au genre Comics. Le dessin est assurément dynamique, détaillé, fait appel à une belle recherche sur les plans dont certains bien osés.

Une adaptation entreprenante, un peu en dessous des précédentes, qui vaut tout de même par son lot de violences, de débauches et d’actions en tout genre.

Par , le

Les albums de la série VERNON SULLIVAN ALIAS BORIS VIAN

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›