VALERIAN #11 Les spectres d'Inverloch

voir la série VALERIAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782205046533

Résumé de l'album Les spectres d'Inverloch

La Terre est une nouvelle fois menacée, mais cette fois c'est aussi son futur qui est mis en jeu. Car en altérant les évènements tels qu'ils se sont réellement déroulés, c'est l'existence même de Galaxity (et donc de Laureline et Valérian) qui est menacée. Enquêtant sur tout les fronts, les deux jeunes héros et leurs amis vont alors tout tenter pour mettre les pièces de l'échiquier en place, afin d'éviter le désastre qui se profile à l'horizon. Même si, eux même ne savent pas vraiment le fond de l'histoire.

Par Fredgri, le 06/07/2010

Notre avis sur l'album Les spectres d'Inverloch

Avec ce nouveau diptyque qui commence, nous sommes exactement dans la même structure que les deux albums précédents à quelques petites variantes près. Laureline est sur Terre et attend son Valérian. Ici, il ne s'agit pas de se battre contre des monstres qui envahissent la Terre, mais bel et bien de trouver la menace qui pèse sur la Terre et de l'empêcher d'agir au plus vite ! Encore une fois l'intrigue se passe en très grande partie sur la Terre des années 80, même si elle se borne principalement dans le cadre d'une vieille demeure écossaise. Ici aussi, donc ce premier album sert surtout à mettre les éléments en place pendant que le lecteur reste dans le flou le plus total. Que se passe-t il ? Nous n'avons que quelques éléments pour nous y retrouver, mais franchement qu'importe. Vraiment. Car l'intrigue est très prenante et merveilleusement bien rythmée (en plus je l'ai lu dans le cadre des intégrales, donc j'ai enchaîné sans sourciller sur la suite, ce qui m'a bien aidé à rester connecté avec l'intrigue)
A nouveau, Valérian n'est pas en reste, Christin continue de travailler son personnage en profondeur tout en renforçant la relation entre lui et Laureline. Petit à petit le héros prend de la substance, de l'épaisseur. Il reste, c'est vrai, l'homme de terrain, beaucoup plus que celui qui réfléchis, malgré tout, il commence à se rebeller contre son autorité, il commence à remettre en cause le bienfondé de ses missions. Son côté "service service" perd de son luisant !
C'est en cela qu'on se rend compte aussi qu'il y a un tournant qui s'opère dans la série depuis Metro Châtelet. Les deux héros ne sont pas seulement des instruments de leur histoire, ils veulent davantage s'impliquer. Malgré tout, je trouve qu'encore une fois, même si le travail de fond est plus intéressant, Christin utilise ses "pions" pour mettre en scène une intrigue somme toute assez linéaire, bien plus que dans le diptyque précédent. Les personnages ne savent pas ce qui se trame dans leur dos mais veulent bien se contenter de suivre les indications, de rassembler les éléments qui va les amener à la solution, qu'importe si on a attendu le dernier moment pour leur dire de quoi il s'agit. Christin continue de raconter des histoire dans lesquelles les personnages tentent de se glisser, bien plus que de raconter des histoires de personnages, même si ça évolue bien à ce niveau ! (bon, ici, comme je le signale aussi, je trouve que les protagonistes s'impliquent davantage qu'à l'accoutumée).
Toujours est-il que ce nouveau cycle commence très bien. A lire d'urgence !

Par , le

Les albums de la série VALERIAN

Nos interviews liées

Jean-Claude Mézières

Un entretien avec Jean-Claude Mézières


Interviewer : Berthold
Image & Son Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Pierre CHRISTIN

Public : Vous êtes scénariste, quels conseils donneriez-vous à ceux d’entre-nous qui souhaiteraient se lancer dans ce métier ?
Pierre CHRISTIN :
A l’époque où j’ai débuté, dans les années soixante, on devenait scénariste un peu par hasard. Il s’agissait essentiellement de travaux pour les magazines destinés à la jeunesse.
Je suis donc rentré dans la BD par effraction. En voyage aux USA avec mon ami Jean-Caude Mézières, on n’avait plus un sous pour se payer le voyage retour. Suite aux conseils d’un ami, Jean Giraud (alias Moëbius), j’ai commencé à envoyer des histoires à un certain Goscinny pour le magazine Pilote. Il s’agissait avant tout de boucler les histoires, des premières idées jusqu’à la publication, dans la semaine. Il fallait aller rapidement, sans forcément connaître le dessinateur auquel serait attribuée l’histoire [...]

Lire la suite ›