URBAN #1 Les règles du jeu

voir la série URBAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Polar

Science Fiction

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782754803182

Résumé de l'album Les règles du jeu

Le futur.
Zachary Buss quitte sa ferme familiale et prend le train pour se rendre à Monplaisir. Cet endroit est un immense complexe de loisirs, une grande cité qui est livrée à toutes les formes de plaisirs.
A Monplaisir, Zach est accueilli par Membertou qui sera son coach dans la cité durant six mois. Zach postule pour l'académie de police. Il va découvrir d'entrée la vie dans ce lieu. Peu à peu, il s'habitue à sa nouvelle vie.
Quelques semaines, il affronte Isham, un autre jeune homme qui veut être désigné comme le meilleur flic de Monplaisir. Zach perd le combat.
En attendant, dans la cité, des femmes sont retrouvées mortes...

 

Par Berthold, le 04/08/2011

Notre avis sur l'album Les règles du jeu

Le scénariste Luc Brunschwig a une actualité chargé en cette rentrée 2011. Outre la sortie du très bon Car l'enfer est ici, Futuropolis vous propose une nouvelle série de l'auteur de Lloyd Singer, Urban.

Brunschwig nous entraine dans un futur assez proche pour une histoire dans le genre thriller/SF.
Avec ce premier tome, Les règles du jeu, il nous présente l'univers de Monplaisir, le personnage de Zach et met en place l'intrigue principale. Après la découverte de la cité, de certains de ses codes et de ce qui attends Zach, Brunschwig place peu à peu son intrigue policière avec la découverte de quelques femmes assassinées et de la première mission d'Isham, celui qui a battu Zach dans le combat pour définir le meilleur policier de la cité.
D'ailleurs, nous verrons que la carrière d'Isham risque d'être très courte. Ce tome 1 vous accroche d'emblée. Vous êtes dans une bonne histoire qui vous prend et vous passionne dès les premières planches. Quelque part, cela me fait penser (pour l'ambiance) au film de Ridley Scott, Blade Runner, qui est devenu une réference depuis. Il fait aussi beaucoup de place à l'émotion comme au début avec le départ d'un frère ou encore lorsque Zach découvre l'amour et comme il est naïf, il va commettre de belles gaffes.
Luc Brunschwig a porté ce projet durant de longues années. Il a bien fait d'attendre pour nous offrir ce spectacle, ce récit policier en technicolor et ce drame qui se joue sous nos yeux.

Le scénariste du pouvoir des innocents s'est trouvé un très bon compagnon de route avec Roberto Ricci (Les âmes d'Helios) qui signe ici, pour le moment, l'un de ses plus beaux boulots en tant que dessinateur et coloriste. Il suffit juste comme ça, de regarder l'une de ses planches ou une case pour s'en rendre compte. Il a su instaurer une belle atmosphère dans cette aventure et donner une belle architecture, de beaux designs pour les véhicules dans cette histoire. Oui, nous pouvons dire que le récit de Brunschwig l'a vraiment inspiré. L'artiste rend aussi hommage à quelques héros de cinéma, de bandes dessinées ou de dessins animées dans les premières pages du livre. Saurez -vous reconnaitre Bender, Pinhead, Batman, Dark vador et Leia, Wonder Woman, Robocop entre autres dans ces cases ?

Urban est donc l'une des belles surprises qui vous attends pour septembre 2011. C'est une œuvre visionnaire qu'il ne faut pas rater ! Le futur est là qui vous attends à Monplaisir : ne loupez pas la visite de ce lieu de plaisir et de débauches !

 

Par , le

Aujourd’hui les heures de gloire de la SF se sont un peu fanées, et hormis quelques titres phares, il devient risqué en bande dessinée d’écrire des histoires revendiquant le genre. Mais faisant fi des modes du moment, Luc Brunschwig et Roberto Ricci renouent avec l’esprit de la grande SF pour nous offrir un superbe premier tome d’une série qui s’annonce comme immanquable. Et je pèse le sens de mes mots.

Au scénario, Luc Brunschwig construit un vrai récit de genre avec ses codes incontournables qu’on prend plaisir à retrouver tant ils sont bien amenés. Mais il va également plus loin – et c’est en ce point que l’on peut saisir le talent d’auteur de Luc Brunschwig, en quelque sorte il « renouvèle le genre de l’intérieur ». J’aurais certainement l’occasion de détailler ce point plus amplement dans la chronique du tome 2 (où je disposerai de plus d’éléments pour le faire).
Au dessin, Roberto Ricci se surpasse en nous montrant un travail d’une qualité rare. De son trait et de ses couleurs émane l’atmosphère crépusculaire et suintante de la corruption et du vice comme formidable décor de science-fiction. Le dessin porte la série sur ses épaules et lui donne une âme. Superbe !

Ce premier tome de Urban de Luc Brunschwig et Roberto Ricci est un coup de coup. Un must à posséder d’urgence !

Par , le

Dès la couverture, nous comprenons que l'univers dépeint dans Urban va être foisonnant, riche, mais nous pressentons qu'avec Zach il va y avoir aussi un décalage, quelque chose de plus profond, un malêtre qui va certainement amener le "héros" à réagir.

Ce premier volume est donc, avant tout, une mise en place de cet univers, avec une description de son fonctionnement, de son ambiance. Ensuite, on pose le personnage principal, on explique plus ou moins son rôle, son positionnement dans ce monde qui l'entoure, on introduit une petite intrigue amoureuse et on lance ce qui risque d'être la dynamique de la suite avec ces meurtres irrésolues et ce rôle de super flic. Mais, pour l'instant, ce côté "polar" est encore assez embryonnaire tant l'accent est mis sur le côté SF de la série. On sent qu'il y a vraiment une nécessité de bien baliser le terrain pour ensuite pouvoir développer le reste.
Et on est complètement dans un récit SF bien assumé et incroyablement riche graphiquement. Les références sont nombreuses et le lecteur ne peut s'empêcher, bien sur, de sourire en croisant tel ou tel déguisement, en reconnaissant dans le profil de Zach cet archétype du héros costaud, un brin naïf qui croit encore à ses idéaux, qui arrive, tout neuf, dans cette grande ville qui le déstabilise.

Mais la grande richesse du scénario de Brunschwig c'est aussi de jouer avec ces codes pour amplifier le regard qu'il pose sur une certaine société insouciante, qui ne voit plus les autres, obnubilée par les affres de la facilité, qui n'a plus réellement de valeurs autres que le plaisir et le pouvoir. On n'est donc plus réellement dans une SF basique, ni même dans un simple polar. Le scénariste va une nouvelle fois croiser les genres pour gripper la machine à partir de ses fondations. D'où le sentiment que derrière ces "règles du jeu" se glisse déjà quelques exceptions pour faire réfléchir et envisager la suite d'une façon plus surprenante.

Le scénario est très adroit, avec un sens du rythme incroyable, propre à Brunschwig. Mais au delà de ce scénario c'est aussi une énorme claque graphique. On connaissait déjà le sens des détails, de l'architecture de Roberto Ricci depuis ses albums avec Saimbert, mais là il a monté l'exigence de plusieurs niveaux. Non seulement les décors sont fabuleux, mais en plus il a affiné son trait, le rendant plus vif, plus réaliste aussi. C'est tout simplement sublime. On sent qu'il y a une osmose entre les deux créateurs, que Ricci doit même certainement extrapoler la vision de Brunschwig.

Alors en effet, on attend le dernier tiers pour voir "l'action" réellement démarrer, l'ensemble de l'album servant davantage à positionner l'univers pour présenter le statu Quo à partir duquel vont ensuite se coller les différents éléments de l'intrigue. Malgré tout c'est un premier volume fascinant, plein de promesses à venir !
Un titre à surveiller de très très près (comme toutes les séries de Brunschwig de toute façon !)

Par , le

Les albums de la série URBAN

Nos interviews liées

Un entretien avec Luc Brunschwig

Sceneario.com : Commençons par le tome 4 d’Holmes. (Tiens, au fait, on n'est pas loin de Bob Morane avec Holmes et le personnage du Colonel Moran, l’un des criminels imaginé par Conan Doyle) ! Cette série, avec Cecil au dessin, n’est pas le genre de récit habituel que nous voyons sur le personnage de Sherlock Holmes. Ce n’est pas vraiment une enquête du célèbre détective du 221 Bis, Baker Street ?
Luc Brunschwig : En effet. Lorsqu'avec Cecil nous avons commencé à réfléchir ce projet, nous nous sommes dits qu'il serait fou d'espérer nous montrer aussi fûtés que Sherlock Holmes et son créateur Conan Doyle. Sherlock doit ses incroyables capacités au fait que la société anglaise victorienne était très codifiée. Il « suffisait » donc de posséder une connaissance pléthorique des codes de cette époque pour décoder d'un regard tout un tas de choses [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG

Entretien avec Luc BRUNSCHWIG pour la série URBAN (Editions Futuropolis) durant le 40° Festival International de la BANDE DESSINEE d'Angoulême. (2013).
Luc brunschwig par SCENEARIO Interviewer: Berthold et Melville
Images et son: Mat et Olivier
Montage: Aubert Une interview Off est visible à la fin du montage...Un grand moment de franche poilade. [...]

Lire la suite ›

Urban : une vision futuriste par Luc Brunschwig

Sceneario.com : Bonjour Luc. Tu as encore une actualité chargée pour cette rentrée 2011. Outre la sortie du nouveau spin-off tiré du Pouvoir des innocents, intitulé car l’enfer est ici (fin août 2011), tu nous proposes aussi Urban (sortie le 15 septembre 2011). Urban est un projet, je crois bien, que tu as porté sur plusieurs années. Peux tu nous raconter la genèse de ce récit.
Luc Brunschwig : En fait, ça remonte à loin, très loin… 1983, pour être précis, ce qui ne nous rajeunit pas. J’avais 16 ans… et j’écoutais du hard-rock comme tous les gamins de mon âge. Iron Maiden (dont un titre m’avait inspiré Angus Powderhill, un récit d’Héroïc-Fantasy), Scorpion et ACDC qui avait écrit dans la période Bon Scott (premier chanteur du groupe) un titre qui sonnait bien à l’oreille SIN CITY… ce titre m’avait fait fantasmé et je me suis mis à imaginer ce qui pouvait bien se cacher derrière lui : l’idée d’une ville vouée à tous les plaisirs, les raisons de son existence… 6 ans plus tard, SIN CITY a même été le second scénario que j’ai proposé à des éditeurs après le Pouvoir des Innocents (bon, un certain Frank Miller m’a soufflé le titre sous le nez, mais je jure que j’avais imaginé mon histoire avant lui) [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Luc Brunschwig pour Lloyd Singer et Les enfants de Jessica

Sceneario.com : Bonjour Luc. Ton actualité récente est donc la sortie du tome 5 de Lloyd Singer qui n’est autre que la série Makabi paru auparavant chez Dupuis, mais aussi la ressortie des quatre premiers tomes depuis janvier 2011 chez un nouvel éditeur Bamboo. Peux tu revenir sur cette affaire qui a du dérouter plus d’un lecteur ?
Luc Brunschwig : Disons qu’il s’agit essentiellement de problèmes de coulisses, qui ne devraient pas concerner les lecteurs… mais avec tous ces changements, il semble légitime d’expliquer ce qui s’est passé. Dupuis a signé MAKABI il y a 10 ans. Dans l’intervalle, un album est sorti, puis deux… puis, la maison belge a été rachetée par Media Participations. Ce rachat a pas mal déstabilisé notre éditeur. Nous avons changé 3 fois en 6 ans de directeurs de collection. Tous ont toujours soutenu MAKABI, mais il est vrai que leurs idées sur la façon de le défendre différaient considérablement [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG un auteur prolifique

Sceneario.com: Comment avez vous rencontré Vincent? Quels éléments particuliers vous ont décidé à travailler ensemble ?
Luc BRUNSCHWIG: Avec Vincent, c’est une vieille amitié… Vincent vient de la même école que Laurent Hirn (le dessinateur du Pouvoir des Innocents). Il habitait Strasbourg à l’époque où moi-même j’y habitais, nous avions quelques amis communs, on se rencontrait lors de mini-festivals organisés autour du renouveau de la BD en Alsace. J’appréciais beaucoup son travail, le côté très graphique de ses univers, son trait très personnel, même si je trouvais que tout son potentiel ne s’était pas exprimé sur sa première série le Cœur de Sang. Il y a chez lui un étrange mélange de force brute (faut avoir vu le gaillard) et de sensibilité (pour ne pas dire, de poésie), un cocktail qui fait toute la différence entre Angus Powderhill et une héroïc-fantasy que je qualifierai de plus classique. Il était vraiment l’homme de la situation.

Sceneario [...]

Lire la suite ›