UNE BALLE DANS LA TETE #1 Livre I - Angus

voir la série UNE BALLE DANS LA TETE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

EMMANUEL PROUST

Collection :

Atmosphères

Genre :

Drame

Guerre

Historique

Polar

Sortie :
ISBN : 9782848102290

Résumé de l'album Livre I - Angus


Irlande, années 70, en pleine guerre civile, le leader d'un groupe catholique est gravement blessé par une balle des forces de l'ordre lors d'un violent affrontement. Si Nick reste dans le coma, son frère ne perd pas de temps et tente de rallier les membres du groupe à sa cause : celle de la vengeance. La tension monte et, Angus, Irlandais au lourd passé, tente de trouver un moyen afin de calmer les esprits.
 

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Livre I - Angus


L'Irlande a tant souffert de ses guerres de religion qu'elle continue de soigner ses blessures. Pour ce faire, les auteurs parmi les plus engagés s'intéressent à la douleur de ce peuple déchiré entre protestantisme et catholicisme.

Il y a deux ans, le grand Ken Loach sort un film magistral : Le vent se lève. L'année dernière, Kris et Bailly publient Coupures irlandaises. Cette année, c'est Eric Corbeyran, scénariste prolifique, qui nous fait plonger dans les tumultes de ces souvenirs sanglants, au coeur des combats, des rivalités, des morts mais aussi de l'espoir et de l'amour. On le suit sans mot dire tout au long d'un premier épisode mettant en scène un anti-héros du nom de Angus, coincé entre ses souvenirs, la guerre, la lutte anti terroriste, les légendes et l'amour car souvent, chez Corbeyran, l'amour et le mysticisme s'inscrivent dans ses oeuvres. C'est Darat, jolie serveuse de bar qui lui prête ses traits et apaise régulièrement les tourments du mystérieux Angus.

Naturellement cet album ne fait pas le tour des guerres d'Irlande mais dans sa partie, l'intrigue est particulièrement intéressante notamment pour ce qui concerne la psychologie des personnages constamment contraints de faire un choix pour avancer. Pas de monotonie, pas de répit pour un premier tome captivant laissant quand même parfois le héros faire une pause dans les bras de sa belle, moment nécessaire avant de repartir, d'autant que le plus difficile est de garder les idées claires, ne pas se laisser impressionner et rester sur les rails.

La liberté de mouvement est réduite, les personnages doivent être attentifs, la tension est lourde. L'atmosphère riche et attachante est immédiate grâce au dessin solide de Jef. Son style réaliste et soigné ajoute à la force de l'univers. Le trait épais accompagne les formes, les valorise, les distingue. Malheureusement, nous serons obligés d'attendre un peu avant de connaître le destin de ce groupe armé en espérant que l'amour et la paix seront vainqueurs.
 

Par , le

Les albums de la série UNE BALLE DANS LA TETE

Nos interviews liées

Un entretien avec Thomas Kotlarek et Jef

Entretien avec Thomas Kotlarek et Jef pour FLASH (Editions Des Ronds Dans l'O) durant le Festival QUAI DES BULLES de Saint Malo. (2013). Interviewer : Olivier
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›