Une après-midi d'été

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Mirages

Genre :

Aventure

Drame

Guerre

Humour

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 2756002100

Résumé de l'album Une après-midi d'été

Assis dans la cuisine, le fameux Nonna, marin pêcheur avant la guerre, rebelle, dynamique, solidaire, taille des petites statuettes. Silencieux, méconnaissable, l’homme ignore la promesse qu’il avait faite à Perdrix : se marier ! Devant ce silence et malgré ses supplications, la belle n’obtiendra pas de réponse…
Que reste-t-il alors des marins et grands aventuriers du début du siècle, lorsqu’ils construisaient le phare du port contre les lois naturelles ?
Que reste-t-il des hommes et de leurs rêves, perdus au fond de leurs tranchées, dans le froid, sous les ordres de leurs supérieurs ?
Beaucoup de silence…

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Une après-midi d'été

La guerre de 14, la « Der des der » qui ne le sera évidemment pas, inspire ici le talentueux et sensible auteur de « Trois éclats blancs ». Après avoir reçu le prix Goscinny en 2004 pour ce récit d’hommes (avec un grand H) Bruno Le Floc’h s’est lancé dans la suite de l’aventure de ces personnages. Reprenant l’histoire où il l’avait laissée, ces hommes sont propulsés de leur Bretagne aux tranchées du front, sales, gadoueuses et glaciales. 
Les rêves disparaissent, les plus enthousiastes perdent allant et sourire, les moins chanceux se font tuer dès les premiers jours et les autres résistent, épuisés, maltraités par les autorités, mal nourris et sacrifiés.
L’auteur n’hésite pas à détailler un dialogue mettant en avant l’indifférence totale des gradés face au contingent que ce soit à propos de leurs conditions de vie, de leur résistance ou de leur nombre. Pas de gratuité donc pour cet album rempli d’humanité, dessiné magnifiquement dans un style ligne claire, au trait épuré mais suffisamment détaillé.
La mise en couleur très personnelle, insistant sur les roses et les bleus, couleurs douces et pastels utilisées en contre pied d’un récit noir et douloureux permet parfois de mettre en avant les inepties de la drôle de guerre telle cette bataille de boule de neige à laquelle Français et Allemands, jouent chacun dans leur camps !
C’est ainsi qu’il aborde aussi ce qui se passa plus souvent qu‘on ne le pense durant ce conflit : la prise de décision de certains gradés de respecter les hommes plutôt que les ordres. Ces trahisons valurent quelques vies sauves, quelques moments de répits mais également quelques fusillés. 
Cet album est à découvrir absolument même si le thème est difficile et si l’injustice est encore bien présente. Le tact et l’élégance du dessinateur donne une certaine profondeur à l’histoire qu’on aborde de façon plutôt intime. Et c’est dans la discrétion aussi qu’on devine la terrible issue de certains des personnages. Fusillée, suicidée, même après l’armistice, la guerre n’a pas dit son dernier mot, autant le faire savoir. Cet ouvrage mérite largement qu’on s’y intéresse. Bravo !

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Bruno Le Floc'h

Interview réalisée par Melville à Angoulême à l’occasion du 39ème Festival International de bande dessinée (janvier 2012).

Sceneario.com : Auteur de bande dessinée n’est pas votre activité principale, que représente pour vous la réalisation d’un album ?
Bruno Le Floc’h : Aujourd’hui faire de la bande dessinée est devenu ma principale activité, c’est celle à laquelle je consacre le plus de temps. Mais c’est vrai qu’avant cela j’ai été pendant longtemps storyboardeur pour les dessins animés et j’ai également fait un peu d’animation. Je dispense toujours quelques cours de storyboard dans une école d’animation de Nantes, l’école Pivaut, et puis il m’arrive à l’occasion de dessiner quelques affiches, etc [...]

Lire la suite ›