UN SAC DE BILLES #2 Deuxieme partie

voir la série UN SAC DE BILLES
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Adaptation

Chronique sociale

Guerre

Sortie :
ISBN : 9782754805896

Résumé de l'album Deuxieme partie

Après avoir fui Paris, Maurice et Joseph rejoignent leurs grands frères à Menton, occupée avec désinvolture par quelques troupes italiennes.
Après l’atmosphère pesante et menaçante de Paris, ils retrouvent gout à la liberté. Bonheur de courte durée car le drame va les rattraper. Quelques mois après leur arrivée, leurs parents sont arrêtés par la police de Vichy.

Par Olivier, le 19/10/2012

Notre avis sur l'album Deuxieme partie

C’est avec beaucoup de plaisir que l’on retrouve la famille Joffo et toute la fraicheur qui se dégage du récit au milieu de cet océan de haine et d’atrocités qui a déferlé sur l’Europe.
Loin de mettre en avant la noirceur de la barbarie, dont les personnages ignorent encore tout ( nous sommes en 1942), Kris apporte le regard des enfants sur les drames et les joies quotidiennes en ces temps d’occupation et de chasse aux juifs, ces détails anodins au regard de la grande Histoire mais qui furent le quotidien de centaines de familles.
L’histoire de Joseph Joffo est celle de gens simples, de justes rencontrés au hasard de leur fuite, de ceux qui devinrent des héros sans nom, ou d'autres, qui, au contraire, au nom des ordres reçus où d’une idéologie mal digérée furent d’infâmes salopards.
Le roman, mis en scène avec une fraicheur et une émotion presque tangible, trouve sous la plume de Kris un rythme picaresque, une verve joyeuse, qui, même dans les instants les plus dramatiques laisse filtrer l’espoir. Entre la débrouillardise des garçons et le sens des réalités des parents, l’occupation est vécue au plus près de la réalité.
Le dessin de Vincent Bailly exprime avec beaucoup de sensibilité la vie de cette famille, ballottée par les événements, consciente qu'il ne faut pas se faire attraper, qu'il faut mentir, se cacher mais qui n'imagine même pas l'horreur des camps. La mise en couleur en aquarelle habille l'album d'une lumière et d'une douceur qui tranche avec les événements historiques mais qui met en valeur l'innocence et la naïveté des enfants.

Un sac de billes est un récit que le temps ne marque pas et cette adaptation très réussie met admirablement en avant le parcours de Joseph, d'une enfance insouciante vers la maturité de l'homme au sein d'une famille soudée et aimante.

Par , le

Les albums de la série UN SAC DE BILLES

Nos interviews liées

Kris nous parle du collectif En chemin elle rencontre

Sceneario.com : Bonjour Kris ! Pour mieux faire connaissance, vous serait-il possible de faire une petite rétrospective de votre immersion dans le monde du 9ème art ? Quel en a été le fait déclencheur ?
Kris : Ho, c’est un parcours on ne peut plus classique : un rêve de gamin qui commence à prendre corps le jour où j’ai rencontré plusieurs dessinateurs talentueux qui, comme moi, voulaient à tout prix faire de la bande dessinée. C’était en 1998, alors que j’étais en fac d’histoire à Brest : ça faisait longtemps que j’écrivais des scénarios, dans mon coin. Mais un scénariste BD sans dessinateur, ça ne sert pas à grand-chose… Bref, je travaillais au rayon BD d’une librairie et les étudiants des beaux-arts du coin venaient y traîner régulièrement. Il y avait Obion, Gwendal Lemercier, Mike, Julien Lamanda, etc [...]

Lire la suite ›

Vincent Bailly dessinateur talentueux

Sceneario.com: Comment avez vous rencontré Luc? Quels éléments particuliers vous ont décidé à travailler ensemble ?
Vincent Bailly : A Strasbourg ,on avait des amis en commun. Luc est d' Obernai et à ce moment là il travaillait déjà avec Laurent Hirn sur le " Pouvoir", on a du se rencontrer autour d'une bière avec d' autres élèves des Arts Décoratifs.
Le talent de Luc était déjà évident à l'époque, et c'est donc vers lui que je me suis tourné quand Delcourt a commencé à moins avoir envie du " Coeur de sang". Je savais qu'avec Luc l'aventure serait belle, la petite nouvelle de 10 pages qu' il m'a présentée cassait tout et donc je n' ai pas eu de mal à me décider. Entre-temps Delcourt s'était lui décidé à signer le dernier tome du "Coeur", Luc a bien voulu m'attendre un peu et on s'est lancé.

Sceneario.com : Angus PowDerHill est souvent qualifié d'Héroïc-Fantasy. Pourtant l'ambiance onirique semble inscrire cette BD dans un cadre plus général [...]

Lire la suite ›