Camp de Natzweiler-Struthof 1942

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Editions du Signe

Genre :

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 9782746825932

Résumé de l'album Camp de Natzweiler-Struthof 1942

Début juillet 1942. La gare de Strasbourg.
Le jeune Raymond part en vacances chez sa tante Marie et chez son oncle Ernest, qui possèdent une ferme de montagne au Struthof. Il est plutôt content d'y aller. Son père va l'accompagner pour le voyage en train.
Arrivé en gare de Rothau, ils seront accueillis par un officier SS qui leur donne quelques recommandations à suivre pour aller à la ferme des Idoux. En chemin, en passant par la forêt, un autre poste de garde les intercepte. Raymond devra continuer seul et son père faire demi-tour pour reprendre le train. Lui qui pensait aussi y rester deux ou trois jours doit faire demi-tour. Raymond arrive à la ferme et bien que content d'y retrouver son oncle et sa tante, ainsi que sa cousine Henriette, il va vite découvrir que la ferme a bien changé. Surtout depuis que les allemands y ont réquisitionné des chambres. Mais ce n'est pas tout : il y a aussi un endroit où les enfants n'ont pas le droit de s'approcher, un endroit qui doit être caché de tous...

 

Par Berthold, le 13/02/2012

Notre avis sur l'album Camp de Natzweiler-Struthof 1942

Les livres sur les camps de concentrations sont nombreux. En bande dessinée, le sujet a été plus ou moins bien traité (je repense à l'excellent Maus de Spiegelman). Mais je vois qu'il reste encore des sujets à aborder, des endroits et des récits moins connus de cette sombre période.
Le scénariste Roger Seiter est un auteur dont j'apprécie le travail que ce soit sur Fog ou encore les fantômes du passé, en passant sur Wild River ou son adaptation du Policier qui rit.

Pour les Editions du Signe, avec Un été en enfer, il va nous raconter une histoire de famille, sa famille, lors de l'été 1942 où un jeune enfant allant passer des vacances à la ferme de son oncle, va découvrir une autre vérité sur la guerre. Il tomber sur le camp de Natzweiller-Struthof, le seul camp de concentration qui se trouvait sur le sol français. Seiter ne s'attarde pas sur ce qu'ont vécu ces prisonniers mais s'intéresse plutôt au regard de l'enfant, de sa famille sur cette situation. Le camp étant dirigé par les SS, il y a aussi deux ou trois soldats de la Werchmacht, en convalescence, qui aident à la ferme. Les SS vont aussi utiliser les enfants pour montrer aux habitants des villages voisins que tout se passe bien autour de la ferme Idoux. Jusqu'au moment où Raymond s'approchera d'un peu trop près des barbelés...
Cette histoire est belle, forte et puissante. Elle est simple mais va quand même marquer le lecteur.
Roger Seiter retrouve son complice Vincent Wagner pour mettre en image son histoire. Ce dernier va s'appliquer à retranscrire tout cela sans fausses notes. Son travail est impeccable, sobre et efficace.

Vous pourrez lire à la suite de ce récit 16 pages écrites par Robert Steegmann qui raconte l'histoire du KL-Natzweiler, ce camp de concentration. C'est vraiment intéressant et passionnant.

Un été en enfer est un livre que je conseille fortement pour se "souvenir" et ne pas "oublier" cette période sombre. C'est une bande dessinée idéale pour les bibliothèques scolaires et qui méritent aussi une bonne place chez vous.
Une oeuvre que je vous recommande fortement.

Par , le

Nos interviews liées

Interview de Roger Seiter

Sceneario.com : Bonjour Roger. Cela fait un bon moment que nous n’avons pas pris de tes nouvelles. Nous profitons donc de la sortie du 12 septembre, une nouvelle série chez Glénat, pour te poser quelques questions. 12 septembre : le titre risque de faire penser aux tristes événements du 11/09/2001, et d’ailleurs, il en est question dans le début de ce livre. Pourquoi as-tu voulu aborder ce sujet par ce biais ?
Roger Seiter : On a déjà beaucoup écrit, disserté et enquêté sur les causes et les conséquences des attentats du World Trade Center. Il s'agit sans aucun doute d'un événement majeur de l'histoire du début du XXIeme siècle et traiter un tel sujet dix ans après le drame ne pouvait que m'intéresser. Mais j'ai pensé qu'il fallait trouver une approche différente. Il me semblait que relater simplement ces évènements n'avait guère d'intérêt pour les lecteurs [...]

Lire la suite ›

Roger Seiter

Sceneario.com :Bonjour Roger. Vous avez lancé La Mort Rouge chez tous les libraires de France et de Navarre. Pensez vous que les lecteurs seront infectés par cette « peste » lorsqu’ils ouvriront le livre ?
Roger Seiter: Le risque n'est pas négligeable. Mais ce n'est pas très grave. D'après les écrits laissés par le docteur Ponnonner, il semblerait que le vaccin contre la grippe A guérit également la Mort Rouge. Du coup, je crois savoir de source sûre que le gouvernement dispose de stocks suffisants pour faire face à l'épidémie. Vous n'avez donc rien à craindre ...
Sceneario.com :Cette fois-ci, pour cette nouvelle aventure, vous vous inspirez de la nouvelle Le Masque de la Mort Rouge, du Chat noir et Le Roi Peste. Pourquoi ce choix cette fois-ci ?
Roger Seiter: Il faut rajouter « La Vérité sur le Cas de Monsieur Valdemar » [...]

Lire la suite ›

Histoires Extraordinaires d'Edgar Poe tome 2 par Roger Seiter

Sceneario.com : Bonjour. Ce mois de mars 2009 voit donc la sortie du tome 2 de votre série illustrée par J.L. Thouard, « Histoires Extraordinaires d’Edgar Poe » dont le titre est " Usher ".Tout d’abord, quelle fut l'accueil du public pour le premier tome ?
Roger Seiter : Bonjour. L'accueil est excellent. Avec Jean-Louis Thouard, nous avons fait pas mal de séances de dédicaces et j'ai donc pu constater une grande curiosité et un véritable intérêt du public pour cette série. Le nom d'Edgar Allan Poe n'y est probablement pas étranger. Tout le monde connaît cet auteur de nom et beaucoup de gens ont lu quelques nouvelles (souvent les mêmes) soit par intérêt personnel, soit dans le cadre de leur scolarité. Le fait de proposer, non pas simplement les textes de Poe illustrés, comme cela a souvent été fait (par Corben, Battaglia ou encore Alexis Thomas), mais une vraie série, avec des personnages récurrents évoluant dans l'univers de Poe, y a sans doute largement contribué [...]

Lire la suite ›

Le scénariste Roger Seiter dévoile les secrets d'H.M.S.

  Sceneario.com : Bonjour Roger Seiter. Nous nous retrouvons ce mois de septembre pour la sortie du tome 4 de HMS dans la collection « Ligne d'Horizon » de Casterman. Ce tome 4 conclue la nouvelle enquête du docteur Fenton. Mais avant de parler de cela, pouvez-vous nous dire quelle a été l'envie qui vous a poussé à vous lancer dans ce genre de récit maritime et historique ? Où avez-vous puisé les influences parmi vos lectures ? En bref, comment est née la série HMS ? Roger Seiter : Pour être honnête, ma première rencontre avec l'univers du roman maritime a été la lecture de « Mémoires d'un Gentilhomme Corsaire », qui n'est pas du tout un roman, mais les véritables mémoires d'Edward John Trelawney, un officier anglais de l'époque napoléonienne devenu corsaire dans les mers du sud [...]

Lire la suite ›

Roger Seiter

(LES VISUELS SONT DES ZOOMS, CLIQUEZ DESSUS POUR LES DECOUVRIR AUTREMENT !)
Sceneario.com : Bonjour. A peine un mois après la sortie de Wild River, on vous retrouve sur une nouvelle série nommée « Histoires Extraordinaires d'Edgar Allan Poe ». Pouvez-vous nous dire comment est né ce projet ?
Roger SEITER : Le plus simplement du monde. Jean-Louis Thouard, que je ne connaissais pas, m'a contacté par téléphone pour me proposer une collaboration. Cet illustrateur de grand talent aimait bien mon travail sur la série Fog et souhaitait passer à la BD. Jean-Louis voulait une histoire qui se passe aux États-Unis, mais pas forcément au 19ème. Nous avons discuté BD, cinéma et littérature pendant plus de deux heures. Je n'avais bien sûr pas de projet tout prêt dans mes tiroirs. Je ne fonctionne d'ailleurs pas comme ça [...]

Lire la suite ›

Roger Seiter pour Wild River

    Sceneario.com: Bonjour. Ce mois de mars 2008 va voir paraître une nouvelle série chez Casterman: « Wild River », dont le dessin sera assuré par votre complice de « Mysteries », Vincent Wagner. Pouvez-vous nous en dire un mot ?

Roger Seiter: Bonjour. « Wild River » est une saga familiale ayant pour cadre historique et géographique les premières tentatives de conquête des grandes plaines de l'ouest américain et des Rocheuses. Pour la première fois, au début du XIX eme siècle, les Américains franchissent le Missouri et les montagnes pour conquérir l'ensemble du continent nord-américain et rallier la côte du Pacifique. Ils se heurtent bien sûr à des tribus inconnues, souvent puissantes et hostiles, qui vont tenter pendant une décénie, de s'opposer à cette invasion [...]

Lire la suite ›

Interview de Vincent Wagner, auteur de Wild River

Sceneario.com : Bonjour Vincent. Pouvez-vous en quelques mots nous parler de votre passé avant de faire de la bande dessinée ?
Vincent Wagner : Lorsque je suis sorti, en 1995, de l'atelier d'illustration de Strasbourg, je rêvais déjà de faire de la bande dessinée. Pour mon diplôme, j'avais réalisé un projet de 170 planches de BD (toutes dessinées ! Et oui, on est fou quand on est jeune) et monté un dossier béton pour l'édition. Mais à l'époque personne n'en a voulu au motif que j'étais inconnu et que le projet était trop ambitieux. Cela m'a un peu refroidi. J'ai fait un peu de pub, j'ai créé plusieurs spectacles de marionnettes et fait quelques tournées dans l'Est pour des sociétés de production. Puis j'ai bossé quelques temps dans un Musée d'Histoires Naturelles, à dessiner des taxidermies (et des taxidermistes) [...]

Lire la suite ›

Roger Seiter entre le spiritisme et le brouillard

Sceneario.com : Comment avez-vous rencontré Max ? :
Roger Seiter : Avant toute chose, je tiens à préciser que je scénarise cette série avec Isabelle Mercier. C’est elle qui donne ce ton très particulier à la série et au personnage de Théo Thomas. Ce projet était dans nos cartons depuis quelques temps déjà, mais nous avions du mal à trouver le bon dessinateur. A l’époque, j’utilisais assez peu Internet et je ne surfais pratiquement jamais. Un jour, je ne sais vraiment pas pourquoi, j’ai visité quelques sites de graphistes qui mettaient en ligne leurs travaux et je suis tombé sur les dessins de Max. Des dessins très réalistes, avec une ambiance mystérieuse, fantastique. Bref, exactement ce que je cherchais pour « Dies Irae ». Je n’avais même pas d’adresse e-mail et j’ai donc chargé un ami de contacter Maxime [...]

Lire la suite ›