UCHRONIE[S] #1 New Harlem: Rapt

voir la série UCHRONIE[S]
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Grafica

Genre :

Anticipation

Thriller

Uchronie

Sortie :
ISBN : 9782723460026

Résumé de l'album New Harlem: Rapt

A New Harlem, la population blanche vit dans la misère et le dénuement le plus total. Zack vit ici avec ces parents qui peuvent bénir le fait d'avoir découvert un don chez leur fils. Un donc qui attire le magnat Tyrone Brown qui achète Zack aux Kocinsky. Car Zack est prescient, il peut voir l'avenir dans diverses réalités.
A New Harlem, les postes clés sont détenus par la population noire et l'ordre, surtout moral, est géré par le "Black Order" et en étant acheté par Tyrone Brown, Zack va pouvoir prendre un ascenseur social et durant les vingt prochaines années il va faire gagner des millions à son patron. Mais un beau jour la machines se grippe. Alors que son conseil d'administration lui demande de définir la date la plus propice à l'inauguration du nouveau complexe immobilier Utopia, Zack est victime de vertiges et perd ses moyens et sans doute son don. Mais perdre son don, pour un prescient équivaut à être jeté au rebuts. Alors qu'il tente tant bien que mal de garder la face, il est victime d'un enlèvement et d'une demande de rançon émanant de la fraternité blanche...

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album New Harlem: Rapt

Ce premier tome consacré à la série New Harlem, second volet de la saga Uchronie[s] va sans doute déconcerter les lecteur de New Byzance. La raison est que l'on voit certaines similitudes troublantes entre les lieux et même les personnages. Mais je vous rassure cela s'arrête là et ce volet semble totalement indépendant. Le pitch de cette saga Uchronie[s] fait un peu penser dans les faits au thème d'un série de science fiction comme Sliders, où des individus voyagent en découvrant des Terres Parallèles. Ici on dénombre un certain dénominateur commun avec Zack Kocinsky. Mais la situation politique et social diffère grandement de celle de New Byzance, pour nous renvoyer une image en négatif de notre société actuelle.
Côté dessin, le travail de Tibery fait remarquablement écho à celui d'Eric Chabbert. On remarque peu différence dans les styles comme si chaque dessinateur devait répondre à un cahier des charge draconien pour que les éléments ne soient pas trop disparates. Tibery fournit un excellent travail sur les décors sont vraiment plaisants et riches en détail. On peut déplorer quelques erreurs d'anatomie mais c'est vraiment pour trouver quelque chose à redire. Dans l'ensemble cette saga Uchronie[s] se montre très homogène.
Ce premier tome introductif est pourtant riche en enseignement sur la situation politique du monde de Zack Kocinsky et je dois avouer que pour le moment j'ai un peu de mal à voir quels sont les liens entre les diverses réalités s'il y en a. L'histoire semble complexe à souhait et sort un peu des sentiers battus. Il reste à voir si le troisième volet de cette saga aura la même force.

Par , le

Les albums de la série UCHRONIE[S]

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›