UCHRONIE[S] : NEW BYZANCE #1 New Byzance: Tome 1

voir la série UCHRONIE[S] : NEW BYZANCE
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Science Fiction

Uchronie

Sortie :
ISBN : 9782723459051

Résumé de l'album New Byzance: Tome 1

Dans un monde radicalement différent de celui que nous connaissons, le capitalisme a disparu suite aux attentats du 11 septembre 2001 qui ont laissé la place à un nouveau régime  : l’Utopie Fondamentaliste.

Dans une société aux usages archaïques telle la domination des hommes sur des femmes voilées et bafouées, des hommes au service du gouvernement en place dénommés « les prescients » sont dotés de qualités mentales exceptionnelles servant à cadrer des détenus ayant commis comme seul crime celui d’envisager un acte malveillant.

Zack Kosinski sentant son « don » faiblir, prend la décision de plonger dans la clandestinité afin d’éviter le sort réservé aux prescients devenus inutiles  : la mort.

Parallèlement, la femme d’un architecte de renom menacée d’une terrible punition par son mari pour avoir évoqué l’hypothèse que celui-ci le trompait décide elle aussi de s’échapper.

Le destin va réunir ces deux protagonistes qui n’ont qu’un but  : rejoindre la banlieue en traversant la mystérieuse « zone interdite ».

Par Matt, le NC

Notre avis sur l'album New Byzance: Tome 1

Le tome 1 de New Byzance marque le coup d’envoi de la nouvelle saga signée Corbeyran (Scénariste entre autre du Chant des Stryges), j’ai nommé « Uchronie(s) ».

Bon je vous cache pas que je n’ai pas tout compris à l’idée mais en gros, « Uchronie(s) » aurait pour but de nous faire découvrir a travers trois séries de trois tomes trois grandes cités dans une réalité alternative  : Byzance, New York et Harlem.

Le pari se révèle aussi osé que le concept mais  pourquoi pas après tout, ca fait plaisir de voir un peu d’innovation au milieu de ce flot incessant de nouveauté dont on nous abreuve depuis quelques temps. Cela ne peut pas faire de mal.

En ce qui concerne le dessin ma foi, on sent qu’il y a du travail derrière cet album (visible notamment grâce aux décors fournis qui foisonnent dans l’album). Chabbert n’est pas un nouveau venu dans la partie puisqu’il a déjà été aux commandes de deux séries chez Glénat si je ne me trompe pas !

Pour le scénario, je pense qu’il va falloir s’accrocher. Beaucoup d’informations en ce tome d’introduction qui se révèle très dense dès les premières pages.

On aurait cependant aimé en savoir un peu plus sur le régime en place, ainsi que sur les techniques employées afin de détecter les « criminels en devenir », mais cela va peut-être être abordé dans les prochains tomes, soyons donc patients.

Le concept en lui même ne me déplait pas mais comme je le disais précédemment, il est osé voir périlleux. Je souhaite à Corbeyran (c’est un peu paradoxal dans le contexte de la bd je vous l’accorde) de garder les pieds sur Terre afin de nous éviter une dérive scénaristique comme j’ai pu le voir avec l’ « Histoire Secrète », sachant que trois tomes vont donc sortir d’ici fin mai 2008.

Bref vous l’aurez compris, un premier tome prometteur à prendre avec des pincettes en attendant la suite pour une éventuelle confirmation !

Par , le

D’aucun pourrait voir en New Byzance le renouveau de la science-fiction en bande dessinée… et il aurait raison. Un scénario digne des plus grandes séries du 7ème art au service d’un univers exceptionnellement riche en rebondissements. Voilà ce que vous propose cette saga.

Le premier tome de cette magnifique série vous plonge directement au cœur même de New Byzance. Suite aux attentats du 11 Septembre 2001 le monde n’a pas évolué dans le sens où nous le connaissons aujourd’hui ! Ben-Laden a détruit les principales villes du monde civilisé et un dictateur du nom d’Omar en a profité pour mettre en place une nouvelle société basée sur le Coran.

Un dessin d’exception nous permet de nous faire rêver à une citée particulièrement belle de nous plonger au sein d’un monde pas si éloigné que cela du nôtre. Les personnages sont assez caricaturaux mais on prend plaisir à suivre leurs premiers pas au sein de cette aventure.

Une fois la situation initiale posée et l’élément perturbateur mis en place on suit les pérégrinations des héros au sein d’une société qui va, au fil des pages, nous apparaître comme de plus en plus laide… La fin de l’aventure se révélera encore plus surprenante et nous obligera à lire la suite pour en savoir plus.

Une excellente BD et un scénario du tonnerre.

Par , le

Les albums de la série UCHRONIE[S] : NEW BYZANCE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›