TYKKO DES SABLES #1 Les chevaucheurs des vents

voir la série TYKKO DES SABLES
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloristes :



Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302003866

Résumé de l'album Les chevaucheurs des vents


En la florissante oasis de Mubarre où convergent bon nombre de caravanes, se trouve Tykko, jeune employé du Khaar Galvorn. Exécutant des tâches de basse besogne, subissant les railleries de son équipier Flish, il vit dans l'espoir de participer au défi des treize tribus qui lui permettrait, s'il gagne, de voir avec sa mère un avenir meilleur. Malheureusement, le sort semble s'acharner sur sa pauvre personne et surtout celle de sa mère, atteinte du mal noir. Seuls, les soigneurs pourront la sauver mais la magie étant rare et chère, ses faibles ressources ne permettent pas de la sauver. C'est au chevet de celle-ci qu'il apprend qu'il détient un pouvoir unique, celui de communiquer avec les morts et que son père est un pirate sanguinaire. Tout semble présager une destinée terrible à moins que la course à laquelle il souhaite participer lui apporte autre chose comme par exemple la rencontre avec les chevaucheurs des vents.
 

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Les chevaucheurs des vents


"Tykko des sables" est le premier album qui ouvre la toute nouvelle série de chez Soleil intitulée Légendes de Troy. Se décomposant en plusieurs diptyques ou triptyques qui seront dessinés par différents auteurs tels Dany, Herenguel, Vatine…, cette saga "fantasy" donne une autre facette du monde auquel Arleston nous a habitué avec sa première grande aventure "Lanfeust de Troy".

En ce volume co-scénarisé par Arleston et Melanÿn, il y est question d'un territoire aride, le désert du Delpont, au cœur duquel un petit être, ramasseur de crottins de Kamle, assaillis par les coups du sort, va vivre une épopée fantastique en retrouvant les fantômes d'un passé enfoui.

A la manière d'un conte pour enfants (petits et grands pourront l'apprécier), les auteurs plantent le décor (l'oasis de Mubarre et ses environs), décrivent l'univers mercantiliste de ce bout de territoire isolé dans lequel moult personnages bigarrés vont se révéler. De ce lot hétéroclite, se détache Tykko, le petit kamleer, enfant doux rêveur et attachant, victime d'un destin peu enviable.

L'intrigue, qui court en ces 56 planches et qui se poursuivra ultéruerement, se déroule en dents de scie, ponctuée de moments de tristesse et de joie, de drame et d'espoir, d'amour et de violence. Beaucoup de rebondissements auréolés de magie troyenne (mais à un moindre niveau - c'est le secteur qui le veut) et tournant autour de Tykko, viennent donner un certain punch à un scénario constitué linéairement.

On pourra regretter que l'aventure, à un certain moment, prenne des airs de déjà vu au regard de la course à laquelle participe Tykko, qui se réfère à celle de l'épisode 1 de Star Wars. Par ailleurs, d'une manière générale, on pourra convenir que cet album ne bouleverse pas pour autant le genre heroic fantasy et reste affilié à la ligne directrice des productions sur le monde de Troy.

Nicolas Keramidas, à qui l'on doit en particulier "Luuna" produit un travail des plus attachants, à la fois plein de bons sentiments et de situations révoltantes. Son style malicieux confirmé colle parfaitement à l'univers de Troy et lui permet de créer des personnages imaginaires, bons ou méchants, convaincants aux regards explicites. Leurs attitudes qui évitent le piège de la fixité sont le signe d'une bonne maîtrise du mouvement. De même, les décors qui entourent les protagonistes complètent bien ces derniers et optimisent l'atmosphère désertique.

"Tykko des sables"est une bonne introduction à la nouvelle série "Légendes de Troy" et devrait combler les adeptes d'heroïc fantasy ainsi que les inconditionnels de ce monde magique qu'est Troy.

Par , le

C'est vrai qu'avant tout, sans être exceptionnel, Tykko est un album très agréable à lire. Sans temps morts, l'intrigue nous entraîne dans les pas d'un jeune héros un peu idéaliste, empêtré dans une situation désespérante, au fin fond d'un désert, paumé entre deux bouses qui sèchent. Néanmoins, tout est un peu cousu de fil blanc, sans véritable surprise, le héros est un cliché en soi, son parcours ne l'est pas moins. Il glisse d'une situation à l'autre, mais globalement il n'y a que très peu de points très importants à garder, la mort de sa mère, son pouvoir révélé, sa décision de partir et sa rencontre finale, le reste ne semblant être que du remplissage (même la course et sa victoire n'apporte finalement rien à l'intrigue car cela n'aura réellement servi à rien !).
Malgré tout, un point important, en tout cas pour le lecteur que je suis, c'est que Tykko ne nécessite pas une grande connaissance du monde de Troy, on peut très bien aborder cet album en novice et se laisser séduire par le rythme général, d'autant que le dessin de Kéramidas est excellent, très souple et très vivant, un vrai plaisir des yeux !
Allez, vous n'allez pas en sortir plus enrichi mais en tout cas vous passerez un bon moment de lecture, c'est le plus important !

Par , le

Les albums de la série TYKKO DES SABLES

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›