TROLLS DE TROY #20 L’héritage de Waha

voir la série TROLLS DE TROY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Fantasy

Humour

Sortie :
ISBN : 9782302046740

Résumé de l'album L’héritage de Waha

Dame Hatÿfe, la tenancière du bordel d’Eckmül, n’a plus donné signe de vie depuis plus d’un an et a été déclarée morte. Aussi, Maître Kraväth a expressément, devant ses deux clercs, ouvert le testament de la disparue qui désigne comme héritière Waha, sa fille unique, ou par défaut son père, le sinistre vénérable Rysta Fuquatou. Ne sachant pas où se trouve la jeune fille, l’officier ministériel envoie ses deux employés auprès du sage Fuquatou afin de le lui demander. Malheureusement, cette sollicitation qui remet sur le tapis la relation illicite que celui-ci a eue avec Dame Hatÿfe arrive au plus mauvais moment. En effet, le vénérable est en campagne actuellement pour le renouvellement de son poste de gouvernant et la divulgation de cette information confidentielle pourrait bien servir son adversaire en lice, le non moins ambitieux sage Färkho. Aussi, il décide de donner aux clercs l’adresse de sa fille en se confortant dans l’idée qu’ils seront éliminés par les villageois de Phalompe. Manque de pot, après avoir entendu les deux envoyés, Waha décide de venir à Eckmül pour récupérer son héritage. Evidemment, le sage Färkho va tenter d’en profiter pour faire éclater le scandale et par ce biais, détrôner Rysta Fuquatou.

Par Phibes, le 31/08/2015

Notre avis sur l'album L’héritage de Waha

Huit mois ont suffi à Christophe Arleston et Jean-Louis Mourier pour concocter ce nouvel épisode qui nous entraine, comme il se doit, dans des aventures trolliennes toujours aussi aiguisées. Cette fois-ci, Waha, la plus trolle des humains, se voit hériter des biens de sa mère disparue et de par son intervention, va mettre dans l’embarras son père, le sage Fuquatou, en pleine campagne pour le renouvellement de son poste à la gouvernance du conservatoire d’Eckmül.

Ce 20ème épisode confirme une fois de plus que Christophe Arleston a de la ressource pour plonger les personnages qui animent le monde de Troy dans des tribulations toujours aussi décalées. Cette fois-ci, l’artiste reprend en quelque sorte les conséquences du tome 14 où l’on a appris bien des choses sur l’ascendance directe de la jeune et pétulante Waha. Si Dame Hatÿfe n’est plus de la partie, reste tout de même le présomptueux Fuquatou qui, de par le legs de la disparue, va être obligé de compenser avec sa fille d’une part, et avec un confrère ambitieux d’autre part.

Ces nouvelles péripéties restent donc dans la mouvance des précédentes, truculentes comme il se doit. A n’en pas douter, Christophe Arleston s’amuse sans compter, se jouant de la magie ambiante, des aptitudes hors norme et incisives de ses trolls (certes un peu moins que dans les tomes précédents tant on pense qu’ils se sont assagis), de leurs répliques savoureuses et rudimentaires, et n’hésitant pas à faire apparaître de nouveaux personnages, dont certains tirés de la vie réelle et caricaturés expressément (Färko et sa dulcinée qui sont facilement reconnaissables et qui prennent une place de choix dans l’aventure).

Jean-Louis Mourier reste le pivot de cet univers troyen à la faveur d’un trait qui demeure toujours aussi affuté et plein de fantaisie. On lui reconnaîtra, une fois encore, la justesse de sa mise en image, haute en couleurs, bourrée d’extravagance et de bons petits clins d’œil. Pareillement, on lui saura gré de la façon dont il anime son petit monde fantaisiste grâce à un travail maintenant éprouvé sur les expressions les plus caricaturales et les attitudes les plus rocambolesques.

Une nouvelle aventure qui, une fois encore, reste d’un bon niveau jubilatoire, que les passionnés de Waha et de ses compagnons poilus ne rateront sous aucun prétexte.

Par , le

Les albums de la série TROLLS DE TROY

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-Louis Mourier

Sceneario : Comment es-tu arrivé dans le monde de la bande dessinée ?
Mourier : A la base, j'ai toujours voulu en faire. Mon père était un grand lecteur de bande dessinée et j'ai grandi entouré de beaucoup de bandes dessinées et comme je l'ai déjà dit dans d'autres interviews, il y avait un peintre officiel de la marine, Jean-Louis Paguenaud, qui habitait au dernier étage de l'immeuble de mes grands-parents à Limoges et qui payait son loyer en tableau. Mon père a attrapé le virus du dessin et de la peinture avec lui.

Sceneario : Ton père dessinait aussi ?
Mourier :
Ce n'était pas son travail, il était pharmacien mais il dessinait très bien et il adorait la bande dessinée et les illustrations et quand en tant que gamin, tu grandis au milieu de tout ça, tu as le terreau qu'il faut (rires).

Sceneario : Et comme études ?
Mourier :
Je suis entré aux arts appliqués au niveau de la seconde [...]

Lire la suite ›

Claude GUTH scénariste, dessinateur et coloriste de
Pichi Poï

SCENEARIO.COM: Peux tu te présenter?
Claude GUTH: Eh bien, j’ai 41 ans, je vis à Molsheim, une petite ville du Bas-Rhin proche de Strasbourg.
Avec ma petite tribu, nous occupons une adorable maison alsacienne, que je restaure patiemment… quand j’ai un peu de temps.
J’apprécie les travaux physiques, qui tranchent avec la sédentarité de notre travail.
D’ailleurs, j’entretiens avec bonheur une petite vigne, car au contact de la terre, je me ressource complètement Cette passion pour la vigne, je la partage avec Christophe Arleston, très grand amateur de vins. Notre plaisir, lorsque nous nous rencontrons, c’est de nous retrouver autour d’une bonne table pour échanger nos découvertes viticoles. Si je commence à avoir une petite expérience sur la vinification, Christophe m’impressionne par sa connaissance des terroirs, en particulier dans le bordelais.
J’aime aussi faire des longues ballades dans les collines et les petits villages alsaciens au guidon de ma Lambretta [...]

Lire la suite ›