Tokyo Home

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

KANA

Collection :

KIKO

Genre :

Ado

Manga

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782505009139

Résumé de l'album Tokyo Home


A 17 ans + la goutte qui a fait déborder le vase avec sa mère, Julie Wallon a tout plaqué en France pour aller rejoindre son père... au Japon !!! Que de changements, à son arrivée à Tokyo : tout restait à découvrir pour elle, dans cet autre bout du monde, elle qui ne parlait pas un traître mot de japonais ! Que de changements... sauf en ce qui concerne son père... Depuis toujours, en effet, il a été pour elle un père absent et ses premières heures au pays du soleil levant l’ont confirmé puisque Jean-Raymond (c’est son prénom) avait oublié de venir la chercher à l’aéroport !

Ses premières aventures dans le métro tokyoïte ont donc été très formatrices pour Julie qui y a même, contre toute attente, rencontré une fille pas banale qui est devenue son amie. Lorsqu’elle est enfin arrivée chez son père, celui-ci s’attendait à tout sauf à ce que sa fille lui annonce qu’elle était décidée à s’installer durablement chez lui. Il l’a donc obligée à s’inscrire à l’école afin qu’elle y apprenne le japonais, qu’elle s ‘adapte à son nouvel univers...
 

Par Sylvestre, le 05/07/2010

Notre avis sur l'album Tokyo Home


C’est dans un très luxueux cartonnage que cette bande dessinée Tokyo Home nous est proposée, étrennant la nouvelle collection Kiko des éditions Kana. Bien que cet éditeur publie principalement de la bande dessinée japonaise, et malgré son format et son titre, Tokyo Home est pourtant belle et bien une BD qu’on pourra qualifier de franco-belge, son sens de lecture étant à l ‘européenne et le style graphique, surtout, n’empruntant pas aux codes de narration manga.

Ça commence comme un carnet de voyage, comme un de ces carnets de notes dans lesquels sont consignées toutes ces petites choses qui font le piment d’un voyage extraordinaire effectué pour la première fois, avec son lot d’anecdotes, d’observations et de réflexions. On a même droit à quelques pages intercalaires s’arrêtant sur des spécificités japonaises, sur des petits trucs qu’il est bon de savoir pour apprécier encore plus la lecture dans son contexte.

Puis assez vite, on passe de ces notes de voyage à quelque chose qui s’apparente plus à un shojo, avec toutes ces péripéties que vit Julie Wallon auprès de son père et dans son école, avec ses copains, avec ses copines et avec ceux qui, au contraire, mettent un peu de relief dans le récit ; un peu de wasabi dans les sushis !!!

Thierry Gloris, le scénariste, a fait avec Tokyo Home le pari de jouer dans un autre registre que ceux dans lesquels on le connaît. La dédicace qu’il fait à son adolescente de fille au début de l’ouvrage en dit certainement long sur cette expérience qu’il fait avec Cyrielle au dessin ; Cyrielle avec qui il s’était déjà essayé à un autre projet (qui n’a pas abouti) avant de trouver la bonne formule de travail en la narration longue, sur une pagination comparable à celle des manga.

Cyrielle est allée au Japon et en bonne fan de BD japonaises est assez documentée pour faire ressortir des situations dans lesquelles baigne Julie Wallon un maximum d’éléments qui apportent de l’authenticité à l’histoire. Au départ illustratrice pour la jeunesse, Cyrielle signe avec Tokyo Home sa première bande dessinée : le résultat est d’une telle qualité qu’on veut bien la croire lorsqu’elle annonce qu’elle n’exclut pas qu’un second volet succède à celui-ci. Séduits par cet ouvrage et par la fluidité de ce qu’on y a lu, on ne peut qu’avoir envie de la persuader de se lancer dans sa réalisation !
 

Par , le

Nos interviews liées

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›