Tocqueville vers un nouveau monde

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Adaptation

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782203089488

Résumé de l'album Tocqueville vers un nouveau monde

A l’été 1831, Alexis de Tocqueville part de New York avec un de ses amis, Gustave de Beaumont. Ils veulent découvrir les terres encore vierges de la région des Grands Lacs et rencontrer les indiens ; tout cela avant que la civilisation occidentale ne vienne marquer ces terres de manière indélébile.

Par Legoffe, le 22/05/2016

Notre avis sur l'album Tocqueville vers un nouveau monde

Alexis de Tocqueville, écrivain et philosophe français, n’a que 25 ans lorsqu’il part un an pour les Etats-Unis avec son ami Gustave de Beaumont. De cette expérience naitra un de ses écrits les plus célèbres, « De la démocratie en Amérique », ou encore « Quinze jours dans le désert », récit paru après sa mort et dont est tirée cette bande dessinée.

Kévin Bazot a été bien inspiré d’adapter cette aventure de Tocqueville, témoignage passionnant d’un choc de civilisations autant que d’un bouleversement écologique et social. Il a même été bien inspiré tout court tant il maîtrise de bout en bout le récit, son rythme et sa superbe manière de mettre en image ces terres qui changent à toute vitesse devant l’avancée des colons américains.

Sachant que c’est son premier album, j’ai hâte de découvrir les prochains livres de ce jeune auteur. Ses planches valent déjà, à elles seules, le détour. Il a non seulement le sens du détail, mais aussi la capacité à rendre ses dessins très vivants. Les hommes et les paysages dégagent une vraie force ; ils semblent sortir des pages. On ne sait plus si on est en admiration devant ces décors sauvages ou bien simplement devant le brillant coup de crayon de Kévin Bazot.

Grâce à son initiative, nous avons l’impression, nous aussi, de revivre le parcours d’Alexis de Tocqueville, d’avoir encore la chance de découvrir des contrées encore vierges de tout progrès occidental. La disparition des indiens et des grandes forêts nous semblent inéluctables face à la volonté des pionniers de faire leur vie dans ces nouveaux espaces. La logique du développement et de la maîtrise de la nature des occidentaux balaye d’un revers l’approche humble des indiens qui se sont toujours considérés comme faisant partie de cette nature, sans chercher autre chose qu’à vivre.

De Tocqueville ne juge pas vraiment, il témoigne. Le récit n’en est que plus fort et il nous invite à la réflexion sur notre culture, nos attentes et ce qui est finalement essentiel. Si le voyage n’a duré que quinze jours, le récit marquera longtemps nos sociétés et tous ceux qui prendront le temps de le lire. Il est le témoignage précieux d’un moment clé de l’Histoire, où se font et se défont des civilisations. Une histoire qui n’a pas vieilli, sans doute parce qu’elle s’est répétée maintes fois au fil des siècles et qu’elle trouve encore un écho dans notre monde actuel, que l’homme ne cesse de bouleverser au gré de ses envies, de ses rêves et de ses conquêtes.

Je ne peux que vous conseiller de partir, vous aussi, en voyage aux côtés d’Alexis de Tocqueville, vous en reviendrez avec des sentiments contradictoires et avec l’envie d’admirer de nouveaux ces superbes contrées sauvages.

Par , le