TIBILL LE LILLING #1 Salade d'Ortiz

voir la série TIBILL LE LILLING
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Heroic Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302006355

Résumé de l'album Salade d'Ortiz


A la suite d’une action dont il est à l’origine qui a mal tourné et qui a causé la destruction de près de la moitié de son village, Tibill le Lilling est condamné au bannissement. Alors qu’il a pris le chemin de nulle part, lors d’une halte dans une auberge, il apprend incidemment que le magicien Rolland, dont il connaissait la bienfaisance, est mort. De même, ne sachant où aller, un de ses voisins de table lui propose un travail sur un bateau. Mais cette sollicitude se révèle maléfique et Tibill se retrouve prisonnier dans les cales d’un trafiquant d’esclaves qui n’hésite pas, après une longue traversée maritime, à le mettre en vente sur la place de la Grande Cité. Il parvient toutefois à échapper une première fois à ses tortionnaires et apprend fortuitement lors de son escapade que le sorcier Rolland a été assassiné et que son frère Laurent est également menacé. Néanmoins, il est repris par ses tourmenteurs et voit son destin associé à celui d’un autre Lilling, la sémillante Lorette. Ensemble, ils parviennent à fuir leur nouveau propriétaire. Une seule chose compte aux yeux du petit couple : courir le plus rapidement possible et chercher à prévenir le sorcier menacé de ce qui se trame et qui pourrait mettre en péril le monde entier.

Par Phibes, le 21/01/2010

Notre avis sur l'album Salade d'Ortiz


En marge de leurs productions liées à la chasse aux dragons et autres créatures légendaires (La geste des chevaliers dragons, Marie des Dragons, Paradis perdu, …), le duo Ange se lance dans une nouvelle épopée qui fleure bon l’heroïc fantasy et l’aventure merveilleuse. Pour ce faire, il fait intervenir Laurent Cagniat dont les aptitudes dans la mise en images de mondes magiques et grouillants de charmants petits personnages ne sont plus à prouver.


Ce premier opus est celui de la présentation du petit Tibill, pétillant héros malgré lui, qui se voit expulsé de son village d’origine pour une initiative dont il n’a pas su maîtriser tous les effets, et également du monde auquel il appartient. Dès le départ de l’aventure qui se décline dans une sorte de road-movie animé, la cadence est donnée, à la vitesse d’un troupeau de "cerfantaures" au galop et reste constante tout au long de cette première partie. Tibill se transforme par obligation en arpenteur de territoires et va, de fait, au devant d’une myriade de personnages, plus ou moins sympathiques.


L’univers décrit est féerique, très bariolé de par les nombreuses ethnies qui le composent. Dans cette ambiance pleine de fantaisie, la naïveté du pauvre petit agriculteur liling est soumise à rude épreuve puisqu’à plusieurs reprises, il se trouvera pris au piège de lugubres personnages prouvant que son monde n’est pas que béatitude. Mais s’il doit subir, il peut aussi avoir de la ressource, si bien qu’on se plaira à le voir se distraire de certaines situations délicates pour s’investir dans une mission de sauvegarde.


Le récit est donc très vivant, plein de fantaisie et d’imagination débordante. Le monde décrit est charmeur mais peut se révéler aussi sans concession. La longue fuite en avant de Tibill est intrigante, promet de belles surprises, prend des envolées passionnées bien agréables et sous-entend une quête à grande échelle des plus remarquables. A ce titre, le final de ce premier épisode sera éloquent quant à la réelle destinée du petit lilling.


Le style de Laurent Cagniat est en totale osmose avec l'aventure concernée. Grâce à son travail tout en rondeur qui fait penser à certains moments à celui d'Uderzo (dans le village et l'auberge), il parvient sans difficulté à nous charmer de son univers graphique qui vient se raccrocher à celui de sa série Pitchi Poï. La qualité de son trait, rehaussé par une colorisation superbe, est incontestable et démontre l'assurance de cet auteur à évoquer des mondes imaginaires fourmillant de bestioles les plus incroyables dans un détail extraordinaire.


Une très bonne entrée en matière à ne surtout pas jeter aux "Ortiz".

Par , le

Les albums de la série TIBILL LE LILLING

Nos interviews liées

ANGE nous parle de Fédération tome 1

Sceneario.com: Gérard. Fédération est un retour pour toi sur un roman paru en 1996… 22 ans après avoir écrit La Mâchoire du Dragon aux Editions Fleuve Noir, comment as tu appréhendé l'écriture de cette Bande Dessinée?
Ange: Avec joie et détermination.
Non, en fait, en flippant un peu comme à chaque projet. On savait que la Mâchoire était adaptable, mais encore fallait-il trouver le bon moment et le bon dessinateur. Et en discutant avec Alain, on s'est tous dit qu'on avait trouvé le bon dessinateur… et quand je vois le résultat, avec les couleurs d'Elvire, je me dis que la team est au point. Après, on espère que les lecteurs seront nombreux à penser la même chose, mais ça nous dépasse un peu.

Sceneario.com: As tu réalisés beaucoup d'adaptation? Des modifications?
Ange: Pas tellement en fait, à part des modifications mineures de temporalité et quelques recalages [...]

Lire la suite ›

ANGE relance Nemesis

Sceneario.com : Qu’est ce qui t’a poussé à relancer Némésis ?
Ange : Pourquoi relancer Nemesis ? parce qu’on pouvait ! C'est une série que nous avons toujours adorée, et qui a une « base » de fans très motivés! Alain était d’accord pour s’y atteler à nouveau. Bref, trois auteurs très heureux de se replonger dans cet univers. Il n’y avait qu’à résoudre un seul petit souci : ce qui se passait dans Rebirth, le dernier tome de la série originale, sorti au début des années 2000 (les lecteurs de l’époque comprendront ce que je veux dire…)
Sceneario.com : Pourquoi avoir choisi de ressortir la saison 1 de Nemesis en albums et non pas sous forme d’intégrale des cinq premiers tomes ?
Ange : Si on veut relancer une série, il faut que tous les tomes soient disponibles… Ce qui tue la plupart du temps une série c’est quand certains tomes manquent dans une continuité… Une intégrale, c’est bien, c’est pratique, on est sûrs que rien ne manque, mais c’est un format différent, c’est souvent un achat de fans, ceux qui, justement, connaissent déjà la série [...]

Lire la suite ›

ANNE ET GERARD.... ANGE pour les intimes

SCENEARIO.COM :Bonjour Anne et Gérard. En ce mois de mai, sort le deuxième opus de Marie des Dragons. Qui, de vous deux, est à l'origine de ce personnage et qu'est-ce qui vous a poussé à créer cette mercenaire de choc et de charme ?
ANGE: Il s’agit vraiment d’une réalisation à deux. Nous voulions une héroïne, et faire de l’historique, mais avec une pointe « d’ailleurs »… Rapidement, notre choix s’est porté sur une femme mercenaire, d’origine populaire. Pas une princesse en exil, pas une jeune femme noble exilée par sa famille, pas une magicienne… Une héroïne poussée par les circonstances et pas par sa nature. (Bien que les origines de Marie et de sa famille aient leur part de mystère… Mais nous verrons cela plus tard !) Il a été plus difficile de définir dans quel monde nous voulions faire évoluer Marie, quel serait exactement son rôle, et surtout, quels seraient ses opposants [...]

Lire la suite ›

Ange

Sceneario.com: Enfin nous arrivons à réaliser une 2° interview de toi… ce long silence est du à quoi ?
ANGE:
Tu as du perdre notre adresse mail, je ne vois que ça. Et tu es tellement occupé avec Sceneario.com, que tu ne penses pas à nous… il y a tellement d’auteurs qui sortent des albums plus intéressants que les nôtres…

Sceneario.com: Tu as donc besoin de parler…
ANGE:
Pas plus que les autres auteurs, pas moins non plus. C’est vrai qu’en fait, notre métier, c’est plus écriveur que parleur. Mais parfois, on se dit qu’on est un peu sous-médiatisés et qu’il serait bon que ça change un peu… c’est le cas pour nous, mais aussi pour d’autres auteurs comme Jean-Charles Gaudin… on est systématiquement oubliés par certains magazines (Bo Doi, par exemple) ou médias [...]

Lire la suite ›

ANGE

SCENEARIO.COM: Pour ceux qui ne vous connaissent pas, (s’il en existe encore), pouvez-vous décliner votre identité ? ANGE G.: Oh, il en existe encore, et plein… Donc, Anne et Gérard, dits Ange. On utilisait d’autres noms auparavant, comme G.E.Ranne pour les Jeux de Rôle, G.Elton Ranne pour les romans ou Grégoire Dannereau pour les traductions, et quelques autres encore, mais il était temps d’assumer nos différentes casquettes et de tout regrouper sur une même tête. Sinon, à part ça, taille pas beaucoup, poids trop, cheveux ça dépend, signe particulier quatre bras, deux nez, une paire de lunettes et bientôt deux. SCENEARIO.COM: Vous êtes le scénariste de nombreuses BD… où en sont les nouveaux scénarios pour la Geste des Chevaliers-Dragons, celui de Kookaburra Univers 2 et Bloodline, sans oublier Nemesis et Paradis Perdu… ANGE G.: Réponse rapide, c’est en cours d’avancement [...]

Lire la suite ›