TERMINUS 1 #2 Le fruit défendu

voir la série TERMINUS 1
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

ANKAMA

Genre :

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9791033500001

Résumé de l'album Le fruit défendu

Suite à l’accord passé avec son amie Marge surnommée la sorcière rousse, Julius a atteint la planète Walden où il a débarqué avec sa nouvelle dulcinée Stella. Là, grâce à Kang, un correspondant local, ils font la connaissance de Diaz, le guide qui va emmener Julius vers son objectif, à savoir le désert jaune et la fameuse vallée où se trouve le cimetière des fusées. Après avoir confié Stella aux bons soins de Kang, Julius s’enfonce dans le pays sauvage via une ligne ferroviaire qui l’entraîne jusqu’au Terminus 6. Le soir venu, il avertit Marge de son arrivée au moyen de la valise transmetteur qu’il ne quitte jamais et lui demande de se préparer à répondre à ses sollicitations dans les trois jours à venir. En effet, Julius est proche de son but et porté par l’amour pour Stella, tout semble lui sourire. Sauf que lors de l’ascension d’une montagne, il est agressé sauvagement par un gorille volant affamé qui l’entraîne sur les plus hautes cimes pour le dévorer. Serait-ce la fin de son excursion sur Walden ?

Par Phibes, le 11/01/2017

Notre avis sur l'album Le fruit défendu

Cette seconde partie nous replonge dans cette aventure extraterrestre qui s’étale sur deux époques espacées de 30 ans et deux planètes différentes. L’une, la plus récente, est destinée à vivre les pérégrinations de Marge Natividad vieillissante flanquée de son ami Diaz au sein de son immense propriété sur le monde de Luxale, l’autre plus ancienne, est liée à la mission de Julius sur Walden, partagé entre son amour pour Stella et sa chasse au trésor.

Serge Le Tendre continue donc son adaptation du roman éponyme écrit originellement par Stefan Wul en 1959. Sous le couvert du périple de Julius, cet épisode vient en quelque sorte nous affranchir sur la caractéristique de l’une des pièces maîtresses de la collection de la fondation Natividad, l’intrigant arbre-homme et sur le drame dont il est à l’origine. D’une manière simple et pour le moins efficace, le récit nous plonge ici dans une sorte de road-movie rythmé juste ce qu’il faut, qui a l’avantage de susciter de bons rebondissements (la quête de Julius est contrariée à plusieurs reprises) et aussi quelques élans émotionnels qui auraient demandés peut-être à être plus forts.

Il n’en demeure pas moins que cette retranscription scénaristique dont la difficulté première a été de condenser un texte de près de 200 pages en 96 planches reste fidèle à l’esprit du romancier. Elle est l’occasion de démontrer une fois encore l’imagination débordante du romancier qui n’en finit pas de développer des mondes atypiques au cœur desquels se déroulent des aventures non moins originales et emplies de curiosités surprenantes.

On pourra également saluer la prestation de Jean-Michel Ponzio qui, en véritable adepte du dessin réaliste, nous livre une mise en images quasi photographique. Par ce biais, l’histoire de Julius, Marge, Diaz, Stella et les autres prend une connotation presque véridique. Au vu de leur expressivité, le travail pictural est indéniable. A la faveur d’une palette graphique maîtrisée, l’artiste use d’instantanés superbes, met en évidence des décors exotiques dépaysant, le tout sous une colorisation lumineuse et remarquablement bien adaptée.

Une fin d’aventure extraterrestre à la fois entreprenante et émouvante, dans une revisite de l'univers de Stephan Wul rondement menée par un tandem d’auteurs au talent avéré.

Par , le

Les albums de la série TERMINUS 1

Nos interviews liées

Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio nous parlent de Genetiks

Sceneario.com : Richard Marazano, Jean-Michel Ponzio, bonjour et bienvenue sur Sceneario.com. Tous les deux vous avez un parcours qui au départ ne vous destinaient pas forcément à faire de la bande dessinée. Qu’est ce qui vous a donné envie d’entrer dans cet univers ? Que représente aujourd’hui pour vous la bande dessinée, un métier, une passion… ?
Richard Marazano : Depuis tout gamin, j’ai toujours lu de la bande dessinée. Lorsque j’en suis venu à m’exprimer au travers de différents media, il m’a semblé tout a fait naturel de le faire également dans un « langage bande dessinée ». En débutant je n’imaginais évidemment pas que cela allait devenir un métier si prenant et si enrichissant à la fois. En effet, aujourd’hui la bande dessinée est pour moi un métier (puisque mon travail en bande dessinée me prend tout mon temps et me fait vivre, et que cela nécessite pour moi des réflexions et un apprentissage quotidien), mais également une passion sans laquelle ce genre d’investissement personnel ne serait pas possible [...]

Lire la suite ›