Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

LES HUMANOÏDES ASSOCIES

Collection :

Shogun Seinen

Genre :

Aventure

Fantastique

Manga

Noir et Blanc

Sortie :
ISBN : 9782731620795

Résumé de l'album Tome 2

Le jeune Disciple a affronté le Tengu, ce démon venu du coeur de l'éternité. Et il en a payé le prix. Le ronin, le guerrier manchot qui l'accompagnait, a regardé le combat de loin. Tandis que le Disciple va connaître un cycle temporel qui va l'amener à différentes époques, le ronin va se dévoiler...

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Tome 2

C'est assez diffcile de résumer ce tome 2 de la série Tengu-Do sans trop en dévoiler la trame. Par contre, c'est une excellente surprise et cela se révèle comme une excellente série.

Ecrite et menée de main de maître par Alex Nikolavitch, cette saga va nous amener à différentes éposques de l'histoire du Japon, surtout au XIXème et au XXème siècle. 
Le scénariste va nous semer en route pour mieux nous surprendre dans sa narration. Ce ne doit pas être évident d'écrire sur des paradoxes temporels, des voyages dans le temps sans que le lecteur ne s'y perde et ne soit un peu dérouté. Ici, Nikolavitch réussit à nous tenir en haleine et à nous surprendre.

Le dessin de Rossetto est tout à fait correct . Son noir et blanc convient parfaitement au récit. De plus, dans le "making-of", Nikolavitch revient sur ce récit et Rossetto nous fait découvrir les esquisses du tome 3. Côté bonus, certains auteurs comme Lord Shion, Philippe Scherding, Sylvain Delzant, Cyrille Munaro, Odrade, Mar Botta (La dernière cigarette)  ou Louis (Tessa, 42) donnent leurs versions des personnages. Une mention particulière à Botta et Louis, d'ailleurs.

Bref, un tome 2 fort réussi et abouti, qui réserve bien des surprises et dont nous attendons la suite.

Par , le

Les albums de la série TENGU-DO

Nos interviews liées

Alex NIKOLAVITCH

SCENEARIO.COM: Pour commencer peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

Alex NIKOLAVITCH: J'ai toujours adoré la BD, et j'en ai toujours lu. Du Tintin, du Lucky Luke, du Gaston, du Pif et du Astérix, à la base. Et puis aussi Strange et Nova, quand j'arrivais à en avoir, ce qui n'était pas évident vu que ma mère supportait tout, dans le genre, sauf le super-héros. Du coup, j'ai toujours fait de la BD. Quand j'étais tout gosse, j'ai créé un personnage assez Gastonnesque, ainsi qu'un pastiche de l'Araignée. Puis, en grandissant, un héros ado démerdard, dont j'ai pondu, textes et dessins, quatre albums sur papier machine, coloriés au crayola. Avant de m'apercevoir que ce n'était qu'un magma d'influences pas digérées et de me calmer un peu, d'autant que mon dessin n’était... pas phénoménal. Jusqu'au jour où j'ai découvert Watchmen [...]

Lire la suite ›